Claude Petitjean

Ma biographie

Parisien de naissance Claude Petitjean a officié dans l'hôtellerie, avant de reprendre des études pour ensuite intégrer le monde de l'entreprise et des affaires, jusqu'à devenir lui-même chef d'entreprise. Ayant accumulé plusieurs projets littéraires dans ses tiroirs, il profite aujourd'hui de sa retraite pour leur donner vie, à travers sa passion d'écrire, qui s'est traduite depuis 2011 par trois romans. dont Maudite Journée aux éditions Mélibée en 2015 et Cadillac le dernier choix  en 2017 aux éditions Saint Honoré, actuellement en Médiathèque.
Crépuscule est son quatrième roman.

Mon portrait littéraire

Mon livre favori

Martin Eden

Mon auteur favori

Jack London

Mes genres littéraires favoris

Littérature classique , Romans contemporains , Polar

Ma revue de presse

Crépuscule

LIRE L'ARTICLE

Crépuscule

LIRE L'ARTICLE

Mes publications

crepuscule-1

Crépuscule

  de Claude Petitjean

Le crépuscule est une lumière faible, parfois incertaine, qui décline et décroît pour disparaître progressivement, laissant la nuit s’installer, ou… la lueur faible qui annonce le lever du soleil.

Le rose fluo de la casquette à visière apparut dans son viseur, juste au niveau du repère disposé la veille. Les deux coups partirent quasi simultanément, c’est à peine si l’arme avait bougé. Il n’y eut que « deux petits pops ». La joggeuse disparut de sa lunette de tir, qu’il abaissa lentement pour la voir mettre un genou à terre, puis deux, puis plus rien. Aucune poussière n’avait signalé son tir. Il ne mit pas plus de quelques secondes pour démonter l’arme, tout remettre en ordre et disparaître.

Quelqu’un avait décidé de laver le linge sale. Qui ? Pourquoi ? Martin Moine, du SRPJ, n’avait aucune piste. « J’ai bien peur qu’on n’en soit qu’aux amuse-gueules » pensa-t-il. Il éteignit sagement sa cigarette et décida qu’il était temps d’arriver en retard à la réunion. L’important, c’est d’être ponctuel dans ses retards, s’amusa-t-il.

Paul, de son côté, marchait encore et encore des heures durant dans Paris, la ville où l’on peut disparaître, sombrer sans que personne ne vous voie. La transparence, ça lui convenait. Ne penser à rien, car les émotions vous détruisent.

« Monsieur est-ce que ça va ? » Paul leva la tête, tentant de maîtriser son émotion. Il y avait si longtemps qu’on ne l’avait pas appelé Monsieur.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez-nous sur les réseaux sociaux.