Rencontre avec David Meulemans au Salon du livre de Paris

Lors de cette 34ème édition du Salon du livre, nous avons eu le plaisir de partager notre stand avec David Meulemans. David est le fondateur de la maison d’édition Les forges de Vulcain. Il est aussi le concepteur de Draft Quest, atelier d’écriture collectif qui réunit plusieurs milliers d’écrivains. Il a décliné dernièrement la méthode DraftQuest dans un MOOC (Massive Open online Course) « Ecrire une œuvre de fiction », qui accompagne les auteurs dans l’écriture d’un premier jet de leur roman. Enfin, il publiera en avril 2014, Oser écrire son premier roman en 10 minutes par jour.

David a gentiment accepté de répondre à quelques questions et de vous donner ses conseils de professionnel sur l’écriture créatrice.

 

1-    Ecrire son 1er roman en 10 min par jour, ça parait ambitieux, quels sont tes principaux conseils aux auteurs pour y arriver (sans nous spoiler tout le livre ;)) ?

En fait, écrire dix minutes par jour, c’est une fiction. Mais, comme toute fiction, c’est un mensonge qui dit quelque chose de vrai. Tout d’abord, il est bon d’écrire dix minutes par jour… au début ! Si, au bout de vingt jours, l’écrivain en herbe a réussi à prendre cette habitude, il va sans doute ressentir le besoin d’écrire un peu plus. Premier conseil : la régularité, donc. Ensuite, même si on ne noircit le papier que pendant dix minutes, on pense à son texte le reste de la journée : en faisant ses courses, en marchant dans la rue, etc. Donc, second conseil : se poser des questions sur son texte, se familiariser avec son monde et ses personnages. Ne pas sous-estimer le travail de préparation et de maturation.

 

2- Le plus difficile, c’est souvent de commencer… Comment lutter contre l’angoisse de la page blanche ?

Je pense qu’il faut travailler sur l’imaginaire de l’écriture et arrêter de croire à l’inspiration et au génie. Jane Austen disait : quand je ne suis pas d’humeur à écrire, j’écris jusqu’à ce que je le sois. Ce qui est important, c’est d’improviser, d’avancer, de produire, quitte à jeter après.

 

3- Quels sont, selon toi, les écueils à éviter pour un auteur lors de l’écriture de son premier roman ?

Il y a plusieurs façons d’écrire un roman, donc, selon les tempéraments, des écueils différents. Mais le plus grand écueil à surmonter, c’est de sortir de l’expression de soi pour devenir un conteur. La plupart des romans ratés sont les romans où l’auteur ne s’est pas adressé au lecteur.

 

4- Quels ont été les retours des auteurs sur le premier MOOC ?

Les retours sont très bons. Disons que, pour les débutants, qui sont les premiers destinataires de ce MOOC, les conseils du MOOC, très simples, et l’enthousiasme bienveillant de la communauté sont de grandes aides. Pour les auteurs plus avancés, qui ont une pratique régulière de l’écriture, le MOOC leur permet de revoir des bases et de les sortir un peu de la solitude de l’écriture.

 

5- As-tu lu les livres écrits suite au premier MOOC et as-tu trouvé des perles rares ?

Alors oui, j’en ai lu 35. J’ai promis aux auteurs de leur faire un retour personnel à chacun : cela me prend beaucoup de temps, mais c’est le moins que je puisse faire : la communauté de ce MOOC, qui compte désormais plus de 1500 personnes, est très enthousiaste. J’ai trouvé quelques très bons textes. En raison de la brièveté du MOOC (huit semaines), ce sont davantage des novellas que des romans, donc je suis en train de réfléchir à comment les amener vers la publication.

 

6- Peux-tu nous présenter DraftQuest et nous expliquer à qui l’outil s’adresse ?

DraftQuest est une plateforme. Il y a le MOOC, un forum interne et une application. L’application est en mode beta, mais a déjà plus de deux mille utilisateurs réguliers. Dans sa version actuelle, très simple, c’est un outil qui encourage à improviser, régulièrement, quelques pages d’écriture. C’est très simple, et c’est issu de dix-huit mois d’ateliers d’écriture et de test avec des écrivains en herbe. DraftQuest remplit une seule fonction : débloquer l’écriture. Il s’adresse à toutes les personnes qui veulent écrire. C’est un outil de production – pas de diffusion : on ne se commente pas les uns les autres, on ne vend rien. Les auteurs font ce qu’ils veulent de leurs textes – et peuvent les proposer sur Librinova, par exemple !

 

7- Pour finir, quelles sont les trois qualités principales que doit avoir un auteur ?

Un romancier ou une romancière doit avoir une pratique régulière de l’écriture. Il doit avoir une mentalité artisanale : regarder le texte comme une suite de mots, qui doit être travaillée, retravaillée, avec exigence et lucidité. Enfin, il doit penser au lecteur : écrire pour le lecteur. Heureusement, ce sont trois qualités qui peuvent s’acquérir !

2 commentaires

Publié par Carole Vincent : le 13 juin 2018

quand peut-on s’inscrire pour une prochaine session mooc d’écriture ?
un accompagnement, tout au moins la dynamique que le dispositif met en place me semble nécessaire pour débuter

Merci pour la réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !