Rencontre avec Vanessa Lavergne : comment promouvoir son livre sur internet et les réseaux sociaux ?

 Vanessa est responsable du pôle édition de la société Nineteen Groupe, agence de communication 360°, avec une forte orientation digitale. Son métier : promouvoir des ouvrages et des maisons d’édition au travers d’opérations de communication percutantes et novatrices. Elle a l’habitude de travailler pour de prestigieuses maisons d’édition et nous livre ici quelques clés pour promouvoir un livre.

 

Bonjour Vanessa. Tu travailles depuis plusieurs années avec les éditeurs sur le lancement et la promotion de leurs livres. Est-ce qu’aujourd’hui le web représente une part importante dans la communication autour du livre ? As-tu vu une évolution sur ce sujet ces dernières années ?

Bonjour Librinova ! Effectivement, je gère à l’agence des plans de lancement 360°, qui s’articulent pour la plupart autour du web. La stratégie digitale, dans un plan de lancement de livre, est désormais incontournable, et représente une part importante des budgets de communication confiés par les éditeurs.

Le web a toujours été présent, mais les actions menées pour promouvoir les livres sur ce média spécifique ont évolué. Auparavant, les éditeurs s’orientaient plus vers des mini-sites, ou des campagnes de display (= publicité sur Internet avec achat d’espace et utilisation d’éléments graphiques ou visuels) sur des sites en adéquation avec la cible et le sujet du livre.

Aujourd’hui, et ce depuis 3-4 ans, on voit un attrait très fort pour les médias sociaux, qui ont remplacé les mini-sites (moins onéreux à développer, et communication plus ciblée, résultats plus visibles). Facebook notamment est un moyen efficace pour promouvoir un livre auprès d’un public ciblé.

 

Quels sont les leviers les plus importants/puissants sur le web pour faire la promotion d’un livre ? Facebook ? Twitter ? Les blogs ?

J’aurais tendance à dire que Facebook reste le levier le plus puissant en terme de promotion.
En effet, les campagnes média de social ads (= publicité sur les réseaux sociaux et notamment Facebook) que l’on peut mener, et qui permettent de toucher un public ultra ciblé en fonction des centres d’intérêt, sont très efficaces pour communiquer.
De plus, les applis (quiz, tests en tout genre, instants gagnants…) et le fil d’actu des pages permettent de faire preuve d’imagination et de créativité pour plonger les lecteurs dans l’univers d’un livre.

Twitter et les blogs sont cependant de très bons compléments de promotion, et permettent de toucher un autre type de public, plus qualifié.

Les blogs permettent également de jouer la carte de la recommandation (quand ils ont aimé le livre, ce qui n’est pas toujours le cas !), et on sait que c’est un levier non négligeable.

A ne pas oublier non plus, les plateformes communautaires telles que Babelio, qui regroupent des gros lecteurs, avides de nouveautés.

 

Faut-il absolument se mettre aux réseaux sociaux quand on est un auteur indépendant ?

C’est un moyen efficace et pas forcément onéreux pour promouvoir son ouvrage. Mais cela nécessite un minimum d’investissement, notamment en terme de temps, si on veut que cela soit vraiment efficace. Car il faut toujours entretenir une page Facebook ou un compte Twitter, et avoir toujours quelque chose à raconter ! Et ce n’est pas forcément évident !

 

Quels conseils donnerais-tu à un auteur indépendant – qui n’a pas les moyens d’une maison d’édition – pour commencer à faire parler de lui sur internet ? 

Je lui dirais de se démarquer, d’être original dans la façon de promouvoir son livre, son talent. Le web permet aujourd’hui d’être créatif, sans pour cela avoir de gros moyens. Poster une petite vidéo originale, écrire des tweets ou des posts percutants, rentrer en contacts avec de nombreuses personnalités littéraires influentes notamment grâce à Twitter ou les blogs, tout cela est possible ! Les réseaux sociaux notamment ont gommé, à mon sens, pas mal de barrières
On peut plus facilement se faire remarquer.

 

Y a t-il des stratégies spécifiques à adopter pour certains genres de livres (je pense notamment au young adult, à la romance ou à la sciences fiction) ?

Il y a effectivement des stratégies spécifiques que l’on peut mettre en place. Plus un public de lecteurs est identifié, plus il est « facile » de l’approcher, de le toucher, notamment sur Internet.
Cela est dû principalement à l’âge de ces lecteurs spécifiques. En effet, les jeunes sont ultra-connectés. Les marques l’ont bien compris. Ils sont sollicités chaque jour par des contenus et des opérations toujours plus originales, décalés… Les éditeurs l’ont bien compris, eux aussi.
Ainsi, mettre en place des campagnes de teasing, organiser des jeux-concours, proposer des contenus exclusifs font partie des stratégies mises en place. Et tout particulièrement sur les réseaux sociaux !

 

Merci Vanessa pour ces conseils et à bientôt !

 

Retrouvez Librinova et ses auteurs sur les réseaux sociaux :

Facebook : https://www.facebook.com/librinova

Twitter : https://twitter.com/Librinova

Pinterest : http://www.pinterest.com/Librinova/livres-librinova/

Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCIW_WibL1tiNmRZ9VzHj2Sg

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !