Interview de Virginie Coëdelo

 

 

Vous avez découvert Virginie Coëdelo il y a plusieurs mois dans un roman sentimental, Se souvenir de nous, avant de la retrouver pleine humour dans Perles d’école>, une compilation de toutes les perles d’élèves qu’elle côtoie au quotidien. Aujourd’hui, Librinova est allée à la rencontre de cette auteur multi-facettes,  pour une interview tout en délicatesse : 

 

 

    Comment êtes-vous devenue auteur et depuis quand écrivez-vous ?

Je ne sais pas si on devient auteur un jour… En tout cas, j’ai commencé à écrire à l’âge de 10 ans. C’est la manière que j’ai trouvée pour m’exprimer, étant très réservée et peu bavarde. Ça me plaisait beaucoup de gratter sur du papier.

 

J’ai d’abord tenu un journal, quotidiennement, puis écrit des poèmes. J’ai obtenu un premier prix national de poésie en classe de première au concours « 4 points cardinaux » avec un recueil de poème intitulé « Évasions ». Ce prix m’a encouragée à poursuivre, à écrire encore.

 

Puis j’ai connu un grand vide d’écriture de 10 ans, entre l’âge de 22 et 32 ans, je n’en avais plus besoin (ou du moins je le croyais!)

 

    Quel mot vous définit le mieux ?

Discrétion.

 

    Quand et comment vous est venue l’idée de compiler toutes les perles que vous entendez à l’école ? 

Cela faisait longtemps que je voulais écrire sur mon métier, qui compte beaucoup pour moi, mais je ne savais pas comment m’y prendre. Le concours de perles lancé cet été par Librinova et les éditions Tut Tut a été un déclic ! Je garde beaucoup d’écrits, de dessins que m’offrent mes élèves, je prends des photos d’événements anecdotiques et je raconte sur mon profil perso Facebook des détails amusants, quand je corrige des copies par exemple. Je n’avais plus qu’à compiler et réunir tout ça, et puis bien sûr faire appel à ma mémoire, parce qu’il fallait 150 perles pour le concours…

 

    Pouvez-vous me parler de votre expérience avec Librinova ?

C’est un collègue auteur, John Renmann pour ne pas le citer, qui m’a conseillé de publier mon roman en numérique chez Librinova car il trouvait que le livre avait du potentiel. Je lui ai fait confiance et j’ai écouté son conseil. Je ne regrette pas car c’est une plateforme qui a une réelle volonté de promouvoir les auteurs inconnus du grand public et qui se démène pour y parvenir.

 

    Pouvez-vous nous raconter l’histoire et le parcours de votre premier livre Se souvenir de nous 

Tout d’abord, c’est avec ce livre que j’ai repris l’écriture. Je me suis lancé le défi de construire et rédiger un roman et j’y suis parvenue, ce qui fut une réelle satisfaction personnelle. J’y ai traité des thèmes qui m’étaient chers, comme la relation mère-fille.

 

Après l’avoir relu et corrigé de nombreuses fois, j’ai envoyé le manuscrit à quelques grands éditeurs qui l’ont tous refusé. Je n’ai pas insisté car j’avais l’intuition que ce n’était pas la bonne solution.

 

Un jour, un peu par hasard en surfant sur internet, j’ai découvert que la plateforme de financement participatif My Major Company élargissait son champ d’action jusque-là limité à la musique. J’ai monté un projet de financement pour sortir le livre en version papier en laissant des extraits à disposition. C’est ainsi que j’ai conquis mes premiers lecteurs. J’ai reçu 3600 euros de 70 contributeurs environ. Cette cagnotte m’a permis de faire corriger le manuscrit par un professionnel, faire la maquette, la couverture, la promotion en envoyant un exemplaire à des radios locales (qui ont toutes répondu positivement en chroniquant le roman!).

 

400 exemplaires papier ont été vendus, uniquement par le bouche à oreille. Le roman a beaucoup plu, il continue sa route aujourd’hui grâce à Librinova et j’en suis très heureuse (et très fière).

 

    Avez-vous un prochain livre ou projet en tête ?

Oui, un projet de roman qui germe depuis presque 2 ans dans ma tête. La rédaction est commencée, mais je prends mon temps…

 

Portrait Chinois 

 

Si vous étiez un écrivain célèbre, vous seriez :

Delphine de Vigan

 

Si vous étiez le personnage d’un roman, vous seriez :

Virginie dans le roman de Bernardin de Saint-Pierre.

 

Si vous écriviez vos mémoires, le titre en serait :

La vie ne vaut d’être vécue sans amour.

 

Si vos livres étaient adaptés au cinéma, quels acteurs voudriez-vous pour jouer les rôles ?

Le casting de rêve pour Se souvenir de nous serait : Lambert Wilson (Philippe), Déborah François (Jeanne), Emmanuelle Béart (Anne), Pierre Niney (Antoine), François Berléand (Alain)

 

Si vous organisiez un dîner exceptionnel, qui seraient vos invités idéaux ?

Michel Onfray, Claude Lelouch, Frédéric Lenoir, Catherine Deneuve, Alain Souchon, Madonna, Hilary Clinton et George Clooney bien sûr pour préparer le café !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition