Interview d’Alexandra Apikian

Pour rompre la monotonie de ses trajets quotidiens, Alexandra Apikian a trouvé une solution sans pareil : s’attabler en terrasse chaque matin pour y rédiger des chroniques de vie autour d’un café crème allongé ! Nous l’avons rencontrée pour découvrir les rapports entre ce rituel et l’écriture…

 

Comment êtes-vous devenue auteur et depuis quand écrivez-vous ?

J’écris depuis toujours. Petite, j’écrivais et fabriquais des livres, des contes de Noël pour les offrir à mes parents sous le sapin ! Puis ado, j’ai commencé à écrire des nouvelles. Plus précisément après la lecture de Des Souris et des Hommes de John Steinbeck : la force de cet écrit en très peu de pages m’avait fascinée. J’ai reçu un prix pour la première de mes nouvelles, à 15 ans, qui a été publiée dans un recueil rassemblant les gagnants du concours. L’envie d’écrire ne m’a jamais quittée, que ce soit un peu plus tard à travers mon métier de journaliste ou à côté, dans mes écrits plus personnels.
J’ai d’ailleurs publié aux Editions Nomades un guide sur ma ville natale Marseille L’essentiel ainsi que des textes plus poétiques sur Paris dans l’ouvrage Paris Est Eternel destiné à l’Hotel Le Mathurin.

 

Quel mot vous définit le mieux ?

Raconteuse.

 

Quand et comment vous est venue l’idée d’écrire ces chroniques ?

Comme je l’explique au début de Café Crème Allongé, ces chroniques ont été une sorte d’école buissonnière, une escapade sur le chemin du travail le matin. J’ai eu envie de m’arrêter un matin, de prendre « un café crème allongé » et de sortir mon carnet et mon stylo (j’en ai toujours un au fond de mon sac) et d’observer et de raconter. Le concept est venu naturellement et les cafés se sont multipliés.

 

Aviez-vous des rituels lors de vos cafés quotidiens ? Et si oui, quels étaient-ils ?

Toujours le même café demandé de la même façon, toujours le même carnet et le même stylo. Et bien entendu un café choisi sur le chemin du bus.
Pouvez-vous me parler de votre expérience avec Librinova ?

J’ai apprécié la disponibilité de l’équipe, la rapidité de la mise en place de ce que je voulais, l’écoute et le soutien. Je trouve que le concept est innovant en France et permet un gain de temps assez incroyable.

 

Avez-vous un prochain livre ou projet en tête ?

Oui, deux, qui sont plus ou moins commencés.

 

Portrait Chinois

 

Si vous étiez un écrivain célèbre, vous seriez :

Paul Auster.

 

Si vous étiez le personnage d’un roman, vous y seriez :

J’ai souvent plutôt envie d’être l’auteur que le personnage !

 

Si vous écriviez vos mémoires, le titre en serait :

Songe d’une vie d’été.

 

Si vos livres étaient adaptés au cinéma, quel acteur voudriez-vous pour jouer le rôle ?

Si on prend le cas de Café Crème Allongé, je dirais une Jennifer Aniston brune à la trentaine ! Ce serait le profil du casting !

 

Si vous organisiez un dîner exceptionnel, qui seraient vos invités idéaux ?

Alors si c’est exceptionnel, tout est permis et les époques aussi. Je mixerais l’intelligence, la finesse, le talent, le rire, le festif, la beauté et l’affectif ! Alors disons : Paul Auster, Albert Camus, Jean-Paul Sartre, Ernest Hemingway, Françoise Sagan, George Clooney, Steve Mc Queen, Ryan Gosling, Bradley Cooper, Jarvis Cocker, Gad Elmaleh, Florence Foresti et mes meilleures copines. Détonnant non ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !