La revue de presse du vendredi : musée de la lecture numérique, Librinova dans LIRE et Marc Levy

Depuis cette semaine, le nouveau numéro du magazine LIRE est en kiosque et consacre un dossier spécial au thème « Comment se faire éditer ? ». Dans une section intitulée « L’édition doit désormais compter avec le net » l’article met en valeur Librinova et notamment son travail pour aider les auteurs indépendants à se publier et à signer des contrats d’édition avec de grandes maisons ! Pour retrouver l’article dans son intégralité, rendez-vous chez votre marchand de journaux…

 

Et vous lecteurs qui suivez notre blog et qui êtes adeptes des ebooks, seriez-vous tentés par un musée de la lecture numérique et de ses évolutions ? C’est en tout cas le projet porté par le Labo de l’Édition et le site d’informations IDBOOX. Ouvert tant aux professionnels qu’au grand public, le lieu aura pour mission « d’explorer les évolutions de l’industrie du livre depuis une vingtaine d’années et d’appréhender les nouvelles habitudes de lecture qui ont émergé avec le numérique ». Et, si vous voulez ajouter votre pierre à l’édifice, n’hésitez pas à utiliser le hashtag #MuséeLectureNum sur les réseaux sociaux !

 

Enfin, une fois n’est pas coutume, faisons un point sur le top des ventes de livres en France. Une seule constatation: à peine dix jours après la sortie de son nouveau livre, Marc Levy met déjà le classement « à l’envers ». Et, s’il a pris immédiatement la première place, il fait en plus l’exploit de doubler les scores en classant son précédent roman à la troisième place ! Entre les deux, Christiane Taubira conserve la deuxième position. En tout cas, on est prêts à parier qu’il conservera sa place pendant quelques temps. 😉

 

A la semaine prochaine !

1 commentaire

Publié par jeanfrancoisjfmamoreau : le 19 février 2016

L’évolution de la langue française n’a pas que des effets changeants sur l’accentuation des lettres et la liaison entre les mots d’une locution ou d’une phrase. Librinova est prêt (ou prête?) à consacrer l’accent circonflexe. Je l’en félicite quoique j’eusse préféré qu’il (ou elle?) écrivît « L’on est prêt » selon les règles syntaxiques d’un bon Bécherelle (mon édition de la fin du XXe siècle serait-elle déjà trop ancienne voire périmée?).
Je suis étonné que nul n’évoque le problème de la compatibilité de l’accentuation des lettres de l’alphabet français avec les polices de la typographie numérique. Dès lors que le logiciel, même French made, n’est pas programmé pour être parfaitement compatible avec le français métropolitain tel que l’Académie française le cultive grâce à l’emploi des polices Internet-compatibles, on observe d’extraordinaires idiomes, à base de hachis de &§%# et autres caractères groupés (Jean-françois!), qui ne doivent rien à Oulipo ni à Dada.
Il y a nombre de langues utilisant l’accentuation, notamment l’allemand et les langues scandinaves mais aussi le turc et le vietnamien. L’accentuation va de pair avec la phonétique et on ne peut que déplorer les libertés prises par des personnalités de la culture les plus officielles incapables de prononcer correctement des locution de type « la beauté du chat botté chapeauté ». N’est-ce pas, Frédéric Mitterrand? Qui diriez « la botée du chat boté chapoté », j’en tiens le pari. « Nue, comme une bottée qu’on vient d’arracher au sommeil ».
Quelle horreur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !