Portrait d’Axelle M, auteur de polars à la française

Aujourd’hui, nous vous présentons Axelle M, auteur de Quand le hasard s’en mêle, un polar à la française publié chez Librinova depuis juin 2015. Forte du succès de son livre, elle a intégré, il y a quelques mois, notre programme « En route vers le papier ». En quelques questions, elle vous raconte son parcours et son aventure dans le monde de l’autoédition : 

 

— Comment êtes-vous devenue auteur et depuis quand écrivez-vous ? 

 

J’écris depuis 2013, c’est à dire depuis que j’ai assez de temps libre. Auparavant, mon activité professionnelle était trop prenante. L’idée d’écrire un roman m’est venue suite aux bons commentaires que je recevais de la part de mes collègues de travail concernant les rapports scientifiques que j’avais à rédiger à l’époque. Rien à voir, me direz-vous, mais c’est pourtant comme cela que l’idée a germé. 

 

— Quel mot vous définit le mieux ?

Ténacité.

 

— Quelles sont vos sources d’inspiration ? 

 

Mon genre littéraire favori est le roman policier. J’ai lu divers auteurs de romans policiers, mais mon auteur préféré est Mary Higgins Clark. J’aime beaucoup également les livres de Simenon.  

 

— Quand et comment vous est venue l’idée d’écrire ce livre ?

 

Comme expliqué plus haut, l’idée d’écrire un livre est venue petit à petit. Mon travail comprenait une bonne part de rédaction (rapports, compilations d’articles scientifiques…). Aussi, au fil du temps, je me suis mise à penser que je pourrais peut-être écrire quelque chose pour le plaisir tout simplement. 

 

— Pouvez-vous me parler de votre expérience avec Librinova ?

 

Début juin 2015, j’ai reçu un mail de Librinova me proposant de tenter l’aventure du livre numérique dans un premier temps, puis peut-être du livre papier par la suite. J’avais proposé mon livre à quelques éditeurs auparavant, sans succès. J’ai accepté tout de suite la proposition de Librinova et, à partir de ce moment-là, tout est allé très vite. Le livre s’est retrouvé en quelques jours en version numérique, puis en promotion chez Amazon deux mois plus tard. Maintenant, mon livre est « en route vers le papier » conformément à ce qui est expliqué sur le site de Librinova. J’ai bien apprécié les échanges avec les personnes de Librinova avec lesquelles je me sens en confiance. Je suis très satisfaite d’avoir confié mon livre à Librinova.

 

— Avez-vous un prochain livre ou projet en tête ?

 

Je m’étais fait la promesse que, si j’arrivais aux 1000 ventes du livre numérique, je continuerais dans cette voie. Donc oui, j’ai un nouveau livre en tête. 

 

 

Portrait chinois 

 

 Si vous étiez un écrivain célèbre, vous seriez :

 

Mary Higgins Clark sans hésitation.

 

 Si vous étiez le personnage d’un roman, vous y seriez : 

 

Ce serait le personnage de Lucie dans mon livre (à condition d’avoir son âge).  De manière générale, ce serait une personne simple, honnête, qui défend ses idées et soutient les plus faibles.

 

 Si vous écriviez vos mémoires, le titre en serait : 

 

Peu importe les vents contraires, l’essentiel est d’arriver au port.

 

 Si vos livres étaient adaptés au cinéma, quel acteur voudriez-vous pour jouer le rôle de vos personnages ? 

 

Le commandant Lemonier pourrait être interprété par Jacques Spiesser et le capitaine Chantel par Raphaël Personnaz par exemple. Quant aux jeunes acteurs, j’aimerais qu’on donne une chance à ceux qui débutent.

 

Si vous organisiez un dîner exceptionnel, qui seraient vos invités idéaux ? 

 

Des personnes dont la vie est particulièrement dense et différente de la mienne, et qui ont beaucoup à raconter. Nous pourrions avoir autour de la table, par exemple: Mimie Mathy, Gérard Depardieu pour les acteurs, Zinédine Zidane pour faire plaisir à mon fils (qui serait présent bien sûr), Brigitte Bardot pour ses actions en faveur des animaux, Mary Higgins Clark pour qu’elle nous raconte comment lui viennent toutes ses merveilleuses idées de romans. Enfin, je pense au jeune Kendji Girac pour sa voix et sa guitare.

1 commentaire

Publié par jeanfrancoisjfmamoreau : le 25 mai 2016

Belle histoire. J’ai lu énormément de polars dans ma jeunesse. Sauf à s’inspirer des faits divers de la presse quotidienne où la réalité dépasse la fiction quelque fois, je ne sais pas comment on fabrique des polars qui tiennent debout; en tout cas, je n’y arrive pas, notamment pour écrire la fin (disons le dernier tiers dans le meilleurs des cas). Continuez avec tous mes vœux dont l’un est de pouvoir détecter votre livre dans les étagères d’un libraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !