Série de l’été, épisode 2 – Face à ma feuille…

7h30 : comme prévu, je me lève. Ma vie d’auteur commence aujourd’hui.

 

Aujourd’hui, j’annonce : je deviens auteur ! J’ai mes commandements en poche, ma bonne étoile qui veille sur moi et mon stylo est plein de volonté. Je vais y arriver, c’est sûr.

 

Pour faire ce fameux livre qui changera ma vie, la première étape est évidente : écrire !

 

Allez, je me fais un bon petit-déjeuner et je m’y mets ! On travaille toujours mieux le ventre plein.

 

Une fois rassasié, je m’assieds devant mon ordinateur et je me pose une question, LA question : quelle histoire ai-je envie de raconter ? Dois-je m’inspirer de ma vie ?

 

Retranscrire des pensées pêle-mêle ? Ou alors utiliser les codes des genres en vogue du moment et tourner le tout à ma sauce ?

 

Hier soir, dans mon lit, j’avais des idées plein la tête, mais ce matin elles me paraissent sans saveur… Je ne sais pas par où commencer.

 

Je fais un tour sur le Twitter de Librinova, pour me donner un peu de courage (et d’inspiration !). Puis, un lien en entraînant un autre, je me perds sur Internet. Je commence à faire les cent pas dans mon salon, les idées n’apparaissent pas toujours pas, je m’impatiente… Ma feuille reste blanche, désespérément blanche…

 

J’aimerais tellement que ce soit facile !

 

Je relis la règle n°4: perdre le contrôle… Bon je vais écrire ce qui me passe par la tête, un début d’histoire d’amour entre une adolescente et un loup-garou… Mais ça me rappelle déjà vaguement quelque chose.

 

Et si j’allumais la télé, pour me changer les idées ? Non mauvaise idée, entre dessins animés et ennuyeuses émissions politiques, ce n’est pas ça qui va m’aider !

 

giphy (1)

 

Pour me donner une impulsion, je vais sur la terrasse sentir un peu le jour nouveau. La rosée du matin perle sur les feuilles, le soleil se montre à travers les buissons, un peu de poésie naît en moi. Lentement, je sens que quelques images naissent, que j’ai un peu de matière. Je note sur mon petit carnet des idées de personnage, j’essaie de poser un cadre à mon livre. J’arrive bien à avoir quelques premières idées, mais aucune ne me semble faire un bon point de départ. L’impatience revient progressivement, il faut que je fasse quelque chose pour trouver mon sujet.

 

Je sors faire un tour en ville, mon esprit doit respirer un peu, prendre une première grande inspiration : un pas en arrière, deux en avant.

 

Je vagabonde dans les rues, tandis que le jour se lève, et que les premiers vacanciers sortent aussi de chez eux. Sur mon chemin, un petit vent doux me porte, les oiseaux chantants m’enivrent, je laisse l’air des vacances venir à moi, afin qu’il libère ma plume. Quelques idées prennent forme, des noms me viennent, des lieux m’apparaissent, une histoire se dévoile petit à petit à moi. Je fais des allers-retours entre mon imagination et les premières images que je commence à garder en mémoire, pour retenir les idées : je suis prêt à écrire. Je rentre à la maison, animé par mes nouvelles idées et mon élan créateur.

 

Je me poste devant mon ordinateur, il me reste encore un peu de temps avant que la maison ne s’anime. Je commence à écrire le prologue, à partir des quelques éléments que j’ai gardés. Les premières phrases viennent naturellement. Puis elles s’enchaînent, jusqu’à former une ébauche de chapitre. Je suis lancé ! Le cadre de mon histoire, c’est le centre de Paris, de nos jours. Je décris la rue des Anglais, les merveilleuses personnes qui y travaillent… Je suis pris dans un tourbillon d’idées, mes mots s’enchaînent facilement, comme un collier de perles. Mes personnages ont l’air sympa… Je les aime bien.

 

giphy

 

Je termine tout juste mon chapitre, quand j’entends les enfants qui se lèvent à l’étage du dessus; j’ai tout juste le temps de griffonner sur mon carnet deux nouvelles règles que cette matinée de travail m’a enseignées :

 

Règle n°9 : Ne jamais reporter à demain le travail d’écriture, persévérer coûte que coûte quitte à me libérer l’esprit, pour sortir quelque chose.

 

Règle n°10 : Toujours respecter la règle n°9.

 

Tandis que je referme mon ordinateur, bien content de cette première matinée d’écriture, les enfants déboulent les escaliers et se ruent vers la cuisine. La journée peut commencer, mais j’ai déjà hâte d’être à demain.

 

Si vous avez manqué l’épisode précédent, retrouvez-le ici.

1 commentaire

Publié par Delatolas : le 2 août 2016

J’ai beaucoup aimé les deux premiers épisodes et plus particulièrement le deuxième pour raison perso .
Si j’ai bien compris il faut s’en tenir aux règles et les oublier aussi, vagabonder dans sa tête et ne pas retenir ses jambes, sortir tous sens en éveil et observer la vie dans tous les sens…
Bref, faire l’aller retour perpétuel entre soi , et la vision de ce que le  » soi  » produit, codé dans l’écriture!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition