Portrait de Mélanie Taquet, l’auteur qui va vous surprendre

 

Librinova vous présente aujourd’hui Mélanie Taquet, lauréate du concours « Des nouvelles pour voyager » que nous avons organisé l’hiver dernier. Son recueil de nouvelles L’instinct des innocents est publié depuis le mois de mai 2016 et regroupe cinq nouvelles au style incisif, pleines de délicatesse et de suspens. En quelques questions, elle se confie:  

 

Comment êtes-vous devenue auteur et depuis quand écrivez-vous ?

Je ne me souviens pas d’un moment précis où j’ai décidé de devenir auteur; je pense que dès que j’ai pu, j’ai commencé à écrire des histoires. Quand on me demandait ce que je voulais faire plus grande, j’ai toujours dit que je deviendrai soit maîtresse d’école, soit journaliste. Finalement, je suis éducatrice et auteure, je ne suis pas tombée loin! 

À l’adolescence, l’écriture a été une véritable catharsis, et je peux sincèrement dire qu’écrire m’a sauvé la vie. En 2008, j’ai compilé mes écrits dans un recueil de poèmes et je l’ai envoyé à la Maison de la Poésie dans le cadre du prix Rimbaud. J’ai été parmi les finalistes, et pour la première fois mon nom est apparu dans un livre! Il m’a fallu un peu de temps pour assumer, mais j’ai persévéré. J’ai trop besoin d’écrire.

 

Quel mot vous définit le mieux ?

Aïe, c’est difficile de demander ça, on ne sait jamais quoi répondre! Du coup j’ai fait un sondage, et voici ce qui est ressorti : Créative, marrante, enthousiaste, brillante, extra-ordinaire, spontanée, déterminée, rayonnante, pétillante, fofolle, glamour. Bon évidemment, ça vient de mes proches, donc ce n’est pas du tout objectif. Disons que je suis plutôt positive!

 

Quelles sont vos sources d’inspiration ? 

Les gens, j’adore les regarder, écouter leurs histoires, comprendre qui ils sont, d’où ils viennent. Et par extension, les voyages, dans tous les sens du terme. 

Certains combats sont aussi intrinsèquement liés à mes écrits, comme le féminisme, l’humanisme ou l’amour.  

 

Quand et comment vous est venue l’idée d’écrire L’instinct des innocents ? 

J’habitais en Italie, et j’ai perdu ma grand-mère. Elle avait une importance très particulière dans ma vie, et j’ai voulu lui rendre hommage… Puis j’ai écrit d’autres histoires qui sont venues se greffer.

 

Pouvez-vous me parler de votre expérience avec Librinova ?

J’ai participé, un peu par hasard, au concours « Des Nouvelles Pour Voyager », co-organisé avec les Editions e-points et Babelio. J’ai eu la chance d’être parmi les finalistes, et à la remise des prix j’ai rencontré Laure, Charlotte et Ophélie. Elles sont vraiment chaleureuses, dynamiques et à l’écoute. Pauvre Ophélie, je l’ai tellement harcelée de mails que je dois être blacklistée! 

Quelques mois après les résultats du concours, L’instinct des Innocents paraissait! 

 

Avez-vous un prochain livre ou projet en tête ?

Plusieurs, dont un très abouti, qui se déroule en Toscane. J’essaye d’y consacrer autant de temps que possible, mais c’est toujours trop peu! Mon objectif est de finir la rédaction avant la fin de l’année. 

 

Portrait Chinois

 

 Si vous étiez un écrivain célèbre, vous seriez : 

J’hésite… Je dirais Nabokov, pour sa capacité à peindre un décor, une atmosphère avec trois mots; et à l’inverse, Hugo pour sa maitrise du style et des phrases à rallonge.

 

 Si vous étiez le personnage d’un roman, vous seriez :  

La geek en moi a envie de répondre Harry Potter! Mais j’ai tout d’une Bridget Jones…

 

 Si vous écriviez vos mémoires, le titre en serait : 

Les mémoires extraordinaires d’une chieuse ordinaire.

 

 Si vos livres étaient adaptés au cinéma, quel acteur voudriez-vous pour jouer le rôle ?  

Je sèche! Les personnages que je crée sont si réalistes dans ma tête que j’ai du mal à leur donner les traits de quelqu’un d’autre!

 

 Si vous organisiez un dîner exceptionnel, qui seraient vos invités idéaux ? 

Dieu (parce qu’on parle beaucoup en son nom, mais j’aimerais savoir ce qu’il pense vraiment…), Maria Montessori, Nelson Mandela, et Nabila.

 

crédits photo : Margaux Pastor Photography

2 commentaires

Publié par jeanfrancoisjfmamoreau : le 3 août 2016

Eh bien, voila une vraie graine d’écrivaine car elle ne peut pas vivre sans écrire, une faim qui m’habite aussi…

Publié par Blondel-Mingot : le 14 août 2016

Bravo Mélanie je te trouve super chouette !!!!! Michèle la femme de Pierre Alexandre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !