La revue de presse du vendredi : Elena Ferrante, votre livre favori et Tintin

 

 

Depuis quelques jours, voilà l’histoire qui anime le monde littéraire : fallait-il mener une enquête sur Elena Ferrante (auteur du livre dont tout le monde a parlé cet été, L’Amie prodigieuse) afin de dévoiler sa véritable identité ? Quasi unanimes, de nombreuses voix se sont alors élevées et ont défendu le respect de l’anonymat de l’auteur à succès. Pour exemple, Erri de Luca, a réagi en disant « Mais qui donc peut bien être intéressé à savoir qui est véritablement Elena Ferrante ? Pour les lecteurs, pour moi en tant que lecteur, l’identité d’un auteur n’a pas d’incidence sur l’œuvre. C’est l’œuvre, la lecture, qui importent. » Et vous, pensez-vous qu’il est important de connaître la véritable identité et personnalité d’un auteur ? 

 

Recevoir chez vous un livre par mois pour le restant de votre vie, ça vous tente ? C’est ce que vous propose une librairie indépendante londonienne pour célébrer ses 80 ans d’existence ! Pour participer, il suffit de choisir le livre qui a eu le plus de signification pour vous et de le justifier. Seule restriction, il faut que ce livre ait été publié ou traduit en anglais après 1936 (date d’ouverture de la librairie). Cela fait rêver, n’est-ce pas ?  🙂

 

Enfin, si vous êtes à Paris dans les prochains mois, on est sûrs que vous serez tenté par cette exposition dont tout le monde parle : Hergé au Grand Palais. Jusqu’au mois de janvier, venez vous plonger dans l’univers du créateur des Aventures de Tintin ! L’occasion pour tous de passer un excellent moment en compagnie des héros de la bande-dessinée et de percer les mystères de celui qui leur a donné vie. 

 

 

 

 

 

 

2 commentaires

Publié par Gaspar — « Toute ta vie, tu prépares de grands moments » : le 10 février 2019

Ma réponse spontanée est que seuls le livre et l’œuvre dans sa globalité comptent, jamais je ne lirai un livre parce que l’auteur a gagné ma sympathie. Mais tout de même, s’il me fait rire en interview, ça peut m’inciter à aller fureter sur un site marchand et en librairie. J’associe l’intelligence à cette faculté de trouver les mots précis qui déclenchent rires ou sourires, ça acère ma curiosité.
Autre bémol à ma réponse première : un auteur qui me semble prétentieux au-delà du raisonnable (cas recensés rarissimes) ou qui fait assaut de modestie pour s’attirer des sympathies, ça va m’ôter toute envie de m’y intéresser.
Un exil fiscal ne va pas m’enchanter non plus, doux euphémisme.

    Publié par Gaspar — « Toute ta vie, tu prépares de grands moments » : le 10 février 2019

    Quand j’évoque la fausse modestie, je pense notamment à Marc Levy interviewé par Michel Drucker sur Europe 1 :
    — Y a-t-il quelque chose de vous dans tous vos personnages ?
    — Non, il n’y a rien de moi dans mes personnages, je ne suis pas assez intéressant pour ça.
    Là, on touche au grotesque, il y a une forme de mépris pour les personnes susceptibles de le lire, selon moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !