L’ère du digital nuit-elle à la publication de livres ?

Entre la multiplication des écrans dans nos intérieurs et les distractions digitales en tout genre, le monde du livre papier continue de résister. La preuve : la disparition annoncée du livre papier lors de la venue sur le marché de la liseuse et du livre numérique n’a pas eu lieu. Le papier reste favori même si le secteur tout entier subit une baisse générale des ventes. Zoom sur le marché du livre à l’heure du tout numérique.  

Marché du livre : les livres papier se vendent-ils toujours autant ?

Les livres papier se vendent toujours. En 2018, le nombre de ventes de livres s’élève même à 419millions d’exemplaires, un chiffre qui pourrait être honorable s’il n’était pas en baisse par rapport à l’année précédente. En effet, d’après le Syndicat national de l’édition (SNE), les ventes de livres ont baissé de 2,52% entre 2017 et 2018. De nombreux facteurs sont à l’origine de cette baisse, notamment les mouvements sociaux des gilets jaunes, l’absence de réforme scolaire en 2018 et une rentrée littéraire en demi-teinte. Cela dit, certains formats de livres s’en sortent mieux que d’autres. C’est le cas des formats de poche, qui, s’ils accusent une baisse minime des ventes, résistent bien au recul général des ventes du livre papier. Le format poche est donc un secteur stratégique pour l’édition, qui mise sur certains romanciers à succès et ce qu’on appelle les long-sellers, c’est-à-dire les sagas en plusieurs tomes – la littérature étant majoritairement représentée dans les ventes de livres de poche. 

La librairie physique toujours en tête

La librairie reste le premier circuit de distribution de livres en France. Pour continuer à faire de la résistance face aux autres circuits, la vente en ligne notamment, les librairies ont tendance à se réinventer en devenant pour certaines de véritables espaces de vie où l’on peut prendre le temps de boire un café tout en achetant le dernier livre conseillé par le/la libraire. Cette nouvelle forme de librairie plaît et le chiffre d’affaires du secteur a même connu une hausse de 7,1% en 2019, à en croire les chiffres du réseau des librairies indépendantes1Cette hausse s’explique en grande partie par les ventes de manuels scolaires en raison de la réforme du secondaire, avec une progression des ventes de 671,9% dans cette catégorie éditoriale. Mais sans ces manuels, la librairie note tout de même une hausse de son chiffre d’affaires de 2,3%, ce qui reste une augmentation non négligeable, surtout à l’heure du numérique.  

L’impact du confinement sur le monde du livre

Un événement à ne pas mettre de côté en cette année 2020 pour analyser la place des livres à l’heure du numérique: le confinement. Comme la plupart des secteurs, le confinement a ébranlé le monde de l’édition et de la librairie. Selon une étude de GfK2, une baisse de 60 % des ventes de livres papier a été enregistrée pendant la période de confinement. Si les cahiers de vacances et les cahiers de soutien ont su tirer leur épingle du jeu avec une hausse des ventes de respectivement 25 % et 54 %, les poches ont accusé une chute des ventes de près de 55 %. Selon une autre étude du Syndicat national de l’édition 3, les ventes des livres numériques ont, elles, augmenté de 30 % pendant la même période. Un avantage donc pour le numérique lorsqu’il est impossible de sortir de chez soi, et une preuve, s’il en fallait une, que les Français aiment la lecture et ont pu profiter de leur confinement pour continuer à lire. Est-ce un phénomène conjoncturel ou l’amorce d’un tournant ? Les prochains mois nous le dirons…    

Les ventes du livre numérique ont-elles surpassé celles du livre papier ?

De manière générale, les Français restent attachés au livre papier. En effet, les ventes de livres numériques sont bien en dessous de celles des livres papier, à en croire le rapport statistique du Syndicat national de l’édition 2018-2019. La part du livre numérique dans le chiffre d’affaires des maisons d’édition s’élève à 8,42% des ventes totales des éditeurs en 2018, soit un CA de 212,6M€. Une hausse de 5,1% des ventes est à noter entre 2017 et 2018. Cette hausse est notamment portée par l’édition numérique professionnelle et universitaire, qui est la catégorie éditoriale la plus populaire dans l’édition numérique. La littérature arrive, quant à elle, en deuxième position et a même connu une augmentation des ventes de 6,2% en 2018.  

Des chiffres encourageants pour le numérique, qui témoignent d’une tendance nouvelle : les lecteurs sont aujourd’hui souvent attachés aux deux formats. Le support choisi dépend avant tout de leur situation de lecture et du genre du livre, plus que d’une préférence pour le papier ou le numérique. Pas de concurrence, donc, mais une véritable complémentarité. 

 

Pour aller plus loin :

Liseuse : quels sont les avantages et les inconvénients de ce support ?

Livres numériques : le profil des lecteurs en 2020

Cinq idées reçues sur le livre numérique

1 commentaire

Publié par Caulier : le 10 octobre 2020

Je n’ ai pas de liseuse de toute façon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition