Comment créer une couverture de livre ?

En version papier ou numérique, la couverture demeure le premier contact entre un livre et son futur lecteur. À l’image d’une vitrine de magasin, elle doit attirer l’œil, interpeller, et donner envie de se plonger dans l’œuvre. Plus simplement : une première de couverture aura une influence directe sur l’achat. Aussi, il convient de la soigner. Composition, codes du genre, cibles, typographie, visuel : retrouvez tous nos conseils pour créer la meilleure couverture pour votre livre.

De quoi est composée la couverture d’un livre ?

Avant de créer la couverture de votre livre, il est important de se pencher sur la composition de cette page  qui donnera envie aux lecteurs de vous lire. Dans la très grande majorité des cas, une couverture se compose des éléments suivants :

  • Le titre : évidemment indispensable, le titre de votre roman doit être bien visible, en évidence et, la plupart du temps, centré.
  • Votre nom d’auteur ou votre pseudonyme : libre à vous de le mettre en avant ou, à l’inverse, d’opter pour plus de discrétion. Pour les auteurs les plus connus, cette simple indication constitue un argument de vente à part entière.
  • La photo de couverture (voir ci-dessous) : que ce soit une photo ou un dessin, l’illustration de la couverture est primordiale pour attirer l’œil du lecteur et lui donner envie de vous lire. Vous pouvez faire le choix de la sobriété avec une première page unie. Dans ce cas, choisissez bien la couleur et/ou les motifs.
  • Le sous-titre : écrit dans une plus petite police que le titre, il reste facultatif.
  • La maison d’édition : s’il en existe une, là encore, c’est vous qui décidez si vous faites figurer son nom, ou pas.

Le respect de ces différents éléments et, plus généralement, vos choix de mise en page de la couverture seront déterminants. Au-delà du désir de lecture, ils peuvent donner (ou non) un aspect « professionnel » à votre ouvrage, sous-entendre que la qualité du contenu est égale à celle de cette première page.

Quelle couverture pour quel genre littéraire et quel public ?

Autre critère à prendre en compte au moment de créer une couverture de livre : le genre littéraire. Un polar n’aura pas la même identité visuelle qu’une œuvre de heroic fantasy ou qu’un recueil de poèmes. Le genre de votre livre doit être facilement reconnaissable en un petit coup d’œil. C’est un indicateur fort pour le lecteur, et notamment pour les amateurs du genre en question.

Pour comprendre quel graphisme, couleur ou typologie préférer, prenez le temps d’analyser les couvertures des œuvres du même genre littéraire que le vôtre. Qu’est-ce qui a attiré votre attention en premier ? Qu’est-ce qui vous a séduit ? Ou, au contraire, qu’est-ce qui vous a rebuté ? Toutes ces réponses vous permettront de cibler les codes à mettre en avant sur votre couverture et vous inspirer. Apportez-y votre touche personnelle : ce n’est pas parce que vous vous inspirez de quelque chose d’existant qu’il faut forcément entrer dans le même moule.

Il en va de même pour votre lectorat. À quel type de public vous adressez-vous ? Des amateurs de science-fiction ? Des adolescents ? Des femmes ? Pour créer une bonne couverture pour votre livre, vous devez cibler votre public, connaître ses attentes et, par extension, l’interpeller directement via la première page de votre roman. Ce n’est pas évident mais une couverture réussie doit être le reflet de son auteur, de son genre et de ses lecteurs.

La couverture du roman doit permettre d’identifier rapidement son genre. Par exemple, pour un polar (voir ci-contre), vous pouvez opter pour une photo sombre, inquiétante, laissant deviner une ombre. Un bon moyen de faire ressortir le côté noir et mystérieux du roman.

Quelle typographie choisir ?

Comme expliqué plus haut, lorsque vous créez votre couverture de livre, il est primordial de faire apparaître le titre de manière bien lisible, ainsi que votre nom d’auteur. D’autant que, si vous faites le choix d’une édition numérique, votre identité visuelle sur les différents sites sera sans doute limitée à une vignette de taille assez modeste. Votre couverture doit donc être attrayante en grand format, physique comme en numérique. Et pour ce faire, le choix de la typographie est primordial.

Tout d’abord, faites le choix d’une police de caractère lisible. Le conseil peut paraître évident à première vue mais soyez vigilant : si certaines typos vous semblent stylisées ou originales lorsque vous les utilisez sur votre ordinateur, elles peuvent vite devenir illisibles une fois réduites au format de votre livre. Aussi, évitez les polices trop fines ou originales, fantaisistes, et tournez-vous vers des caractères plutôt épais. Enfin, au niveau du texte pur, limitez-vous aux points évoqués précédemment et ne chargez pas trop la couverture. Pour apporter plus de détails, vous disposez de la quatrième de couverture.

Quel visuel choisir ?

Une photo, un dessin, ou plus simplement un ton uni et sobre : vous avez l’embarras du choix. Mais quoi que vous fassiez, le visuel de votre couverture de livre est extrêmement important. Ne pas soigner cette partie impactera directement l’attrait de votre œuvre et donc les ventes.

Si vous optez pour une photo, assurez-vous d’en posséder les droits d’exploitation ou d’utiliser une image libre de droits. Ne prenez pas le risque d’utiliser n’importe quel visuel pioché sur un moteur de recherche, vous risqueriez de devoir retirer votre livre de la vente, voire de vous exposer à des sanctions financières.

Vous pouvez également choisir de créer vous-même le visuel. Soit en réalisant le cliché, ou en le créant sur un logiciel d’illustration. Mais la principale difficulté consistera à maîtriser parfaitement ces outils et techniques afin d’obtenir le rendu le plus propre possible. Dans le doute, envisagez d’avoir recours au travail d’un photographe ou d’un graphiste professionnel via les services de Librinova. Veillez aussi à ne pas déformer les images utilisées en les étirant trop : le rendu serait pixellisé et votre couverture serait donc inexploitable.

Enfin, vous avez la possibilité d’opter pour une couverture très sobre, avec une couleur unie. C’est le parti pris de certaines maisons d’édition reconnaissables grâce à la couleur « signature » de leurs couvertures. Un moyen d’être facilement et rapidement identifié par le lecteur. Mais attention, faire simple est sans doute ce qu’il y a de plus difficile. La sobriété, c’est prendre le risque de ne pas se faire remarquer. Vous l’aurez compris, créer la couverture de son livre demande de trouver le bon équilibre.

 

Pour aller plus loin :

Comment trouver un bon titre de roman ?

Comment écrire un bon résumé de livre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition