Portrait de Naëlle Charles, autrice auto-éditée qui aime se lancer de nouveaux défis

Alors qu’elle était encore cadre administratif dans l’Enseignement Supérieur, Naëlle Charles se met à écrire en 2009 et c’est une révélation. Son genre de prédilection ? La romance. En 2012, après une première expérience mitigée avec un éditeur, elle décide de voler de ses propres ailes et crée sa propre structure d’auto-édition associée à son vrai nom. Dès lors, plus rien ne l’arrête ! Alors que ses titres se classent régulièrement dans le top des meilleures ventes, elle quitte son travail et est de nouveau approchée par un éditeur avec lequel elle décide de collaborer. Toujours avide de nouveaux défis, Naëlle décide en 2019 de se prouver qu’elle est capable d’écrire autre chose que de la romance. Germe alors dans son esprit Bigoudis & petites enquêtes, une comédie policière qu’elle décide d’autopublier via Librinova sous un nouveau pseudo. Encore une fois, le pari est plus que réussi puisqu’en un an, elle a conquis un tout nouveau lectorat et en a vendu près de 3000 exemplaires. Aujourd’hui elle vous raconte sa nouvelle vie :

 

Comment êtes-vous devenue autrice et depuis quand écrivez-vous ?

Pour être écrivain, je crois qu’il faut d’abord lire beaucoup et je suis une dévoreuse de romans depuis des années. En 2008, mon mari était très souvent en déplacement et je m’ennuyais le soir quand les enfants étaient couchés. Lire ne me suffisait plus. L’idée d’écrire a mis beaucoup de temps à faire son chemin en moi, mais quand j’ai commencé à écrire, cela m’a semblé une évidence. C’était en février 2009, et depuis, je n’ai jamais arrêté…

Quel mot vous définit le mieux ?

Obstinée, mais dans le bon sens du terme, car je ne baisse jamais les bras et je n’abandonne jamais. Mon mari vous dirait que je suis « coupeuse de poils du c** en quatre », mais je préfère penser que j’aime faire les choses bien.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Tout et rien. Comme beaucoup d’écrivains, cela peut être un air de musique, une scène qui se déroule devant mes yeux, un fait divers, mes lectures… tout est source d’inspiration pour moi.

Quand et comment vous est venue l’idée d’écrire votre livre Bigoudis & petites enquêtes ?

Si mon genre de prédilection est la romance, j’aime aussi beaucoup lire les polars en général et les comédies policières en particulier (ex : les détectives du Yorkshire, les poulets grillés, Aurora Teagarden…). C’est après avoir découvert la série Candice Renoir et après avoir lu un tome d’Agatha Raisin que l’envie m’est venue. C’était en décembre 2017, et il a fallu plus de deux ans pour que tout se mette en place dans ma tête et que j’ose me lancer. C’était aussi une façon pour moi de me prouver que j’étais capable d’écrire autre chose que de la romance, une espèce de défi personnel.

 

 

Avez-vous un prochain livre ou projet en tête ?

Oui, plusieurs même. Je suis en train de terminer une romance, puisque j’écris dans ce genre sous un autre nom de plume. Ensuite, j’attaquerai le tome 2 de Bigoudis & petites enquêtes à l’automne pour une parution chez Librinova, début janvier, j’espère.

 

Portrait chinois

 

Si vous étiez un écrivain célèbre, vous seriez :

Sans hésiter, Nora Roberts, pour sa capacité de travail hors du commun et la simplicité qu’elle a su garder malgré son succès phénoménal.

 

Si vous étiez le personnage d’un roman, vous seriez :

Maggie Fuller, l’héroïne de « l’aile des vierges », le roman de Laurence Peyrin. C’est une femme forte, libre, mais capable d’aimer avec passion.

 

Si vous écriviez vos mémoires, le titre en serait :

« La petite rousse en converses, chronique d’une romancière qui ne se prend pas au sérieux ». C’est assez parlant, je trouve…

 

Si vos livres étaient adaptés au cinéma, quel acteur voudriez-vous pour jouer le rôle de vos personnages ?

Pour « Bigoudis & petites enquêtes », dans l’idéal, Quentin pourrait être incarné par le beau Alexander Skarsgård. Et pour Léopoldine, ce serait Audrey Fleurot sans hésitation.

 

Si vous organisiez un dîner exceptionnel, qui seraient vos invités idéaux ?

Alors, puisque le dîner est exceptionnel, on s’en donne à cœur joie, n’est-ce pas ? Ma liste d’invités comprendrait :

Joël Dicker (talentueux et beau garçon).
Guillaume Musso, pour qu’il me donne la recette de son succès.
Stephen King, parce que c’est la grande classe d’avoir cet auteur incroyable à sa table.
Nora Roberts, Sarah Morgan, et Kristan Higgins, parce que c’est bien d’avoir des filles et de la romance à la table. Accessoirement, ce sont mes romancières préférées.
Le boss de Netflix, pour lui présenter mon travail, l’air de rien :). Ça pourrait lui donner des idées !
Et pour finir en beauté, Agatha Christie et Marcel Pagnol. J’ai découvert le polar grâce à la première et la littérature grâce au second. J’aime leurs livres, j’aime ce qu’ils étaient et j’aime qu’ils aient laissé leur empreinte pour la postérité.

 

Crédit photo : Dorinne Johnson

 

Pour aller plus loin :

 Le Programme Agent littéraire : tremplin vers l’édition traditionnelle

 Prix littéraire pour l’auto-édition : le Prix des étoiles Librinova 2020

 Comment publier un livre sur internet en auto-édition ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition