6 conseils pour terminer un roman

L’écriture d’un roman est loin d’être évidente. Et dans ce beau projet, s’il est une partie qu’il est important de soigner, c’est la fin. La conclusion est une partie primordiale de votre livre. C’est elle qui restera dans la tête du lecteur et qui déterminera si, oui ou non, votre œuvre deviendra marquante. Et là encore, ce n’est pas toujours facile. Il faut éviter certains pièges que sont le manque d’idées, la perte de motivation, ou l’envie de finir vite. Pour vous aider, retrouvez nos 6 conseils pour bien terminer un roman. 

1. Faites-vous confiance

Pour terminer un roman, il faut commencer par avoir confiance en vous et votre texte. Le conseil peut paraître simple mais il fonctionne. Généralement, au commencement d’un projet, la confiance et la motivation sont au rendez-vous. Vous avancez vite et bien. Mais, inévitablement, au cours de la rédaction, le doute s’installe. 

Impression de redite, de tourner en rond, manque d’idées, sensation que le texte n’est pas intéressant, manque de temps, apparition d’idées pour un autre livre… Autant de raisons qui viennent vous empêcher d’avancer. Dans ces conditions, il peut être très compliqué de mener à bien son projet, et de terminer son roman. 

Il faut donc – en tout cas autant que possible – avoir confiance en vous et dans le projet que vous portez. Donnez un sens personnel à ce roman, qui vous motivera, vous aidera à prendre du plaisir pour le mener à son terme. 

2. Raccourcissez votre projet

Autre conseil pour terminer votre roman : travailler sur un projet plus court. Plus votre projet est ambitieux, plus il peut être compliqué de le faire arriver à son terme, surtout si c’est le premier. Cela ne signifie pas qu’il faut voir petit. Mais seulement qu’il n’y a aucun problème à revoir, parfois, ses ambitions à la baisse.  

Vous vous pensiez prêt à écrire un roman de 500 pages. Vous aviez des tonnes d’idées, de rebondissements et de personnages. Mais, au fur et à mesure, vous vous rendez compte que ce projet sera compliqué à réaliser ? Aucun problème : réduisez simplement la voilure. Mieux vaut terminer un bon roman de 250 pages plutôt que d’insister pour en remplir 500 sans savoir comment finir votre livre. Vous avancerez plus sereinement, et irez au bout de vos idées. 

3. Faites un plan

Là encore, ce conseil pour terminer son roman peut paraître simple. Mais il reste extrêmement efficace. Avant de lancer la rédaction, dressez un plan de votre histoire. Il est rassurant d’avoir ce fil rouge devant les yeux tout au long du projet. Il est plus simple de savoir où vous devez/voulez arriver, en voyant par où passer. Cela vous permettra notamment d’avoir des repères et de ne pas vous perdre pendant l’écriture. 

Mieux, vous pourrez même écrire plus simplement en fonction de vos idées, sans qu’elles aient nécessairement besoin de s’enchaîner. Vous n’aurez qu’à noter ce que vous souhaitez dans la partie correspondante, sans que cela n’influence le reste. Par exemple, vous pouvez écrire des idées dans le dernier chapitre alors que vous n’avez pas encore entamé le chapitre 2. 

4. Écrivez régulièrement

Pour terminer un roman et mener à bien le processus de rédaction, il peut être intéressant de vous fixer des objectifs d’écriture. Cela n’est pas forcément synonyme de contrainte ou de pression supplémentaire. C’est surtout un bon moyen d’éviter d’abandonner votre projet en plein milieu.  

Comme expliqué ci-dessus, la lassitude peut parfois se faire ressentir. Ce qui implique de moins écrire, de risquer de perdre le fil et de tout arrêter. Écrire régulièrement vous permet de rester dans le rythme, de vous replonger plus rapidement dans l’histoire à chaque session d’écriture et d’avoir de bonnes chances de terminer votre roman. 

Les objectifs sont faits pour être ajustés, donc pas de panique. Fixez-vous un rythme qui vous convient. Il n’y a pas de règle ni de recette miracle : tout dépend de vous. Cela peut être un nombre de lignes par jour, un nombre d’heures par semaine ou un nombre de pages d’ici une date précise. Le plus important, c’est de ne pas perdre le fil de votre histoire. 

5. Ne vous préoccupez pas trop de la correction… pour le moment

Bien évidemment, la correction est un passage obligatoire de votre projet. C’est inévitable. Mais chaque chose en son temps : si vous pouvez effectuer quelques corrections au fil de l’eau, gardez l’essentiel de cette étape pour la fin et concentrez-vous sur l’écriture. Si vous commencez à relire l’orthographe, la grammaire, le style de chaque ligne rédigée, vous n’avancerez pas. Et vous ne serez donc pas prêt de terminer votre roman. 

Pensez avant tout à l’écriture, à avancer, à prendre du plaisir dans ce que vous faites. Vous aurez tout le loisir de traquer les coquilles jonchant votre texte ensuite… Ou de confier cette mission à un professionnel grâce à un service de correction. 

6. Résolvez l’intrigue

Dernier conseil pour terminer un roman : résolvez l’intrigue principale. Vous n’êtes pas obligé de répondre à toutes les interrogations, vous pouvez laisser certaines parts d’ombre. Mais il est essentiel d’apporter au moins un dénouement à la trame principale de votre roman.  

Ensuite, libre à vous de décider du ton. Cela peut être un happy-end, vous pouvez glisser un twist final (un revirement de situation) ou même décider d’une conclusion simple. Après tout, votre personnage principal peut vivre simplement sa vie à la fin de votre ouvrage. L’essentiel est d’apporter une résolution au conflit ou à l’élément central. 

 

Pour aller plus loin :

Comment commencer à écrire un livre : conseils et astuces

Structurer un roman : comment faire ?

Comment éviter l’angoisse de la page blanche ?

2 commentaires

Publié par CLAUDIE POIRIER : le 13 janvier 2021

Acquérir de la notoriété avec un roman est vraiment un travail de longue haleine qui frôle l’obsession ! La difficulté est d’admettre qu’entre la publication de son livre et un début d’existence concrète sur les différents supports possibles, il faut des mois et sans doute encore plus en temps de covid. En fait, si on ne dispose pas déjà de quelques contacts dans les milieux médiatiques, il faut s’apprêter à grimper l’Himalaya.

Je regrette aussi le peu d’intérêt des salons du livre qui visiblement, le plus souvent, ne font pas de place aux auteurs auto-édités et la frilosité des librairies à nous accueillir en dédicaces.

Néanmoins, cet article est utile, il recense beaucoup de pistes et de façons de faire, c’est précieux et encourageant. Merci !

Publié par Daniel Manguele : le 14 janvier 2021

Des blocages que vous énoncez dans la rédaction d’un ouvrage, quel qu’il soit, n’est pas évident. Cela l’est davantage pour le roman. Je suis en pleine écriture de mon 3e roman, le 2e étant encore en relecture chez L’Harmattan. J’espère que ce projet va aboutir. Le phénomène d’inspiration plombée que vous posez m’arrive à chaque fois, mais ce que je fais c’est que j’arrête d’écrire, le temps de retrouver de l’inspiration. Merci beaucoup !
Je suis sur un deal avec vous, mais quelque chose coince lequel nous empêche jusqu’ici d’avancer ensemble.
Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition