« 7 idées-conseils pour celles et ceux qui veulent être publiés » par l’autrice Gaëlle Audéon

« 7 idées-conseils pour celles et ceux qui veulent être publiés » par l’autrice Gaëlle Audéon
24/03/2021
Conseils d’édition

Gaëlle Audéon est l’autrice du guide Écrire pour être publié.e paru aux Éditions Maxima en 2020. Elle propose ici 7 idées-conseils supplémentaires pour choyer son manuscrit et lui donner toutes ses chances. Sa devise est : « un livre n’est terminé que lorsqu’il est publié »… même s’il n’a pas trouvé d’éditeur. Ses deux romans historiques (Le roi divers et Les Capétiennes) sont en accès gratuit dans la librairie de Librinova.

1. Écrire : toujours plus !

Plus on écrit et plus l’écriture s’améliore et gagne en fluidité, en style. Alors comme le disait Marina Tsvetaïeva : « Ecrivez, écrivez davantage ! ».
Un truc : notez le temps passé lors de votre première relecture globale, celle où vous avez le plus de corrections à réaliser. Puis notez le temps pour la 2e relecture, enfin pour la 3e. Vous aurez la satisfaction de constater que cette durée diminue, ce qui est le signe d’une écriture fluide et agréable.

2. Votre manuscrit : un trésor attrayant

Partez du principe de livrer à l’éditeur un manuscrit « clé-en-main », c’est-à-dire avec un titre accrocheur, bien rédigé (repérez vos « tics » d’écriture, une expression ou un mot qui reviennent trop souvent, etc.), et surtout bien corrigé (l’orthographe, la syntaxe, le choix des temps…).
Un truc : sollicitez des personnes différentes (les lectrices et lecteurs « test ») pour lire vos différents manuscrits avant envoi aux éditeurs. En effet, chaque livre doit pouvoir se lire indépendamment des autres (hormis dans le cas des séries) et celles et ceux qui connaissent bien vos précédents ouvrages peuvent être influencés dans leur avis par ce qu’ils ont déjà lu. Un œil neuf est un atout.

3. Évitez les frais, et le papier !

Si vous pensez à votre porte-monnaie ou aux forêts (ou les deux), contactez uniquement les maisons d’édition qui favorisent l’envoi des manuscrits au format numérique. C’est le cas d’une vingtaine parmi les grands éditeurs.
Et si vous ne voulez pas vous priver d’une chance d’être distingué.e par ceux qui n’acceptent que la réception postale, choisissez avec mesure. N’envoyez votre ouvrage qu’à un nombre limité d’éditeurs (5 ? 10 ?). Vous épargnerez votre argent et vous devrez les cibler avec rigueur en vous posant deux questions essentielles : mon texte correspond-il vraiment à ce qu’ils proposent ? combien publient-t-ils de livres dans mon genre de littérature par an ?

4. Les autrices (et les auteurs) ne sont pas des Pénélope !

Sauf motif impérieux, n’attendez pas la réponse des éditeurs pour réaliser vos projets professionnels : nouveau livre, lancement d’une activité, etc. Si la diffusion de votre ouvrage est nécessaire à votre projet, fixez une date limite au-delà de laquelle vous passerez à l’autoédition.
Il faut en effet se préparer à ce « plan B » d’autant plus avec la crise sanitaire qui allonge significativement les délais de tenue des comités de lecture chez certains éditeurs. En outre, plus le délai de réponse tarde, plus vos chances s’amenuisent. Un « coup de cœur » qui correspond également à la ligne éditoriale entraîne généralement un contact rapide.

5. Une idée audacieuse : le livre gratuit

L’aspect financier n’est pas votre priorité à court terme ? C’est votre premier livre, votre premier roman et il n’a pas trouvé d’éditeur ? Pourquoi ne pas le proposer en accès libre sur Librinova aux formats numériques : pour le lancement, pour un temps déterminé, ou bien définitivement ? C’est l’opportunité de faire apprécier votre travail et de créer un premier réseau de lectrices et lecteurs.
Remarque : les téléchargements gratuits ne sont pas pris en compte pour le programme d’agent littéraire de Librinova. Si vous visez la passerelle « autoédition-édition traditionnelle», cette gratuité peut être limitée au temps de lancement de votre livre.

6. Votre livre papier : un autre trésor

Vous êtes édité.e ou vous avez choisi l’autoédition papier : ne donnez un exemplaire de votre livre que pour les grandes occasions, c’est-à-dire aux personnes qui sont vraiment utiles à sa promotion.

7. L’enthousiasme avant tout !

Dans l’aventure littéraire (l’écriture, la conception de votre couverture si vous vous autopubliez, la sélection des maisons d’édition, le choix des actions de promotion, etc.), soyez attentif.ive à garder votre enthousiasme. Si vous le perdez, c’est peut-être que l’on vous impose (ou que vous vous imposez) quelque chose qui ne vous correspond pas. En dernier ressort, c’est vous qui décidez !

Gaëlle Audéon

 

Pour aller plus loin :

Comment faire publier son livre par un éditeur ?

Comment se faire connaître en tant qu’auteur autoédité ?

Quels sont les critères de sélection des éditeurs ?