Rhétorique des corps perdus

de BLUE B. STEFENSEN

  0 Commentaires  

Rhétorique des corps perdus

Saint-Raphaël. Été 1983. La canicule sévit depuis bientôt un mois sur le sud-est de la France. L’air est si lourd qu’il en est devenu presque irrespirable. Avec cette chaleur, le placard exigu où nous avons trouvé refuge est une véritable fournaise. Recroquevillée dans un coin, je grimace. À grand-pein ...

En lire plus

Saint-Raphaël. Été 1983. La canicule sévit depuis bientôt un mois sur le sud-est de la France. L’air est si lourd qu’il en est devenu presque irrespirable. Avec cette chaleur, le placard exigu où nous avons trouvé refuge est une véritable fournaise. Recroquevillée dans un coin, je grimace. À grand-peine, je cale enfin mes genoux sous mon menton, après avoir vainement essayé d’allonger mes jambes pour me soulager. Ce jeu, quelle idiotie. Il fait bien trop chaud pour se cacher ici. Avant même que j’aie le temps d’exprimer mon mécontentement, un index vient barrer mes lèvres sèches et met fin à toute tentative de révolte. Le doigt appuie si fort sur ma bouche que je renonce à tirer ma robe sur mes genoux rougis. Cette partie de cache-cache improvisée n’en finit pas. Nous aurions dû nous contenter d’un habituel chat perché dans le jardin et d’une bonne citronnade sous la tonnelle. À cet instant, ni son sourire ni ses grands yeux ne parviennent à effacer mon agacement, tant je trouve les minutes interminables.

Nous sursautons.

Un étage plus bas, dans un vacarme assourdissant, nous entendons la vaisselle qui vole en éclats. Les bruits de la porcelaine brisée s’accompagnent de la cacophonie des casseroles qui percutent le sol avec fracas. 

Après quelques secondes de silence s’élève un pas lourd, peu assuré, qui trébuche sur le champ de bataille à peine naissant. L’enfer n’est peut-être pas au fond de ce placard...


(−) Réduire

0 Commentaire

Logo étoile

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !

Les informations recueillies sont collectées et traitées, conformément à notre Charte Vie Privée, par Librinova, afin de vous communiquer notre newsletter.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de directives post-mortem et, pour des motifs légitimes, de suppression des informations à caractère personnel vous concernant. Vous pouvez exercer vos droits en nous adressant votre demande, à l’adresse suivante : cnil@librinova.com