Barranca

de Michel Berberian

  10 Commentaires  

Barranca

Road-movie. Etats-Unis fin des années 60. À la suite d’un défi de jeunesse, Victor échoue à Santa Clara, petite ville côtière du sud des États-Unis. Il surgit ainsi dans une incroyable communauté de marginaux. Entre les petits boulots, il découvre une nouvelle liberté et partage bientôt la même avers ...

En lire plus

Road-movie. Etats-Unis fin des années 60. À la suite d’un défi de jeunesse, Victor échoue à Santa Clara, petite ville côtière du sud des États-Unis. Il surgit ainsi dans une incroyable communauté de marginaux. Entre les petits boulots, il découvre une nouvelle liberté et partage bientôt la même aversion pour la municipalité réactionnaire. Car derrière la façade accueillante de la florissante cité balnéaire, un lourd secret demeure enfoui, une part d’ombre que l’oligarchie au pouvoir depuis trois générations ne veut pas voir levée. Un combat commence dans lequel le sexe jouera un rôle prépondérant et inattendu, s’organise pour lutter contre la plus insidieuse des résistances : celle de la population rendue complice par son silence.

(−) Réduire

10 Commentaires

Publié par hibiscus : le 18/10/2017

Un roman qui vous prend pour ne plus vous lâcher À lire absolument

Publié par juergen-rotella : le 15/11/2017

Barranca est un roman très émouvant. La lecture m'a (re)plongé dans un espace "entre deux", l'interstice ténu entre l'adolescence et l'état suivant ... Bravo à l'auteur.

Publié par michel-perin : le 16/11/2017

Barranca c’est une bonne dose d’adrénaline qui tient éveillé. Tout commence par le tonneau d’un combi VW emblématique des années hippies. Un jeune français - Victor - échoue par hasard dans une communauté de marginaux. Il découvre les secrets inavouables d’une petite ville tranquille du sud des USA. Il y perdra quelques illusions d’adolescent, verra ses rêves fracassés. Barranca est un voyage littéraire et musical dans une époque fascinante… un voyage à la fin surprenante.

Publié par jack-butterworth : le 19/11/2017

Ce qui m’a séduit dans Baranca c’est la liberté que s’accorde l’auteur. Liberté de penser qui fait fi des jugements des bien pensants comme tant de grands artistes de tous les genres.

Publié par stephanie-fabre : le 20/11/2017

Bondissant,palpitant Barranca se lit d'un trait à travers Victor,héros attachant qui sous une forme initiatique découvre une certaine Amérique aux personnages savoureux et déjantés. En plus d'un humour féroce M.Berbérian nous offre là un kaléidoscope sensitif insolite où se mêlent trame cinématographique et composition poétique rythmée nous menant au sein de nos profondeurs. Stéphanie

Publié par hibiscus : le 20/11/2017

Il y a du Virginie Despentes chez Michel Berberian: crudité de langage, sexe, humour, ambiance déjantée, réflexion philosophique et politique sans concession sur la société. Sans oublier l’élégance de son écriture totalement cinématographique. Commencez Barranca et vous ne le lâcherez plus.

Publié par bernard-michel : le 20/11/2017

Nous voilà d’emblée emporté par un style plein d’humour et de dérision à travers des personnages mi réels mi fantomatiques aliénés sur cette Côte mythique du Sud Est des USA. Barranca, c’est avant tout une fable, une légende, un mythe. Un cri de révolte sur la Condition Humaine. La question est posée : « Pouvons nous être maître de notre destin ? » La réponse est sans appel. C’est l’abime. « Barranca del Muerto, Terminus » Michel Berberian ne fait aucune concession. Il nous offre, pour son coup d’essai, un coup de Maître.

Publié par pat-delmee : le 21/11/2017

Barranca est un roman qui nous happe et ne nous lâche plus jusqu’à la dernière page. Victor, notre sympathique héros, drôle et attachant, nous emmène avec lui dans ce voyage initiatique, dans l'Amérique des années hippies. J'ai beaucoup aimé la belle écriture de l’auteur, sa liberté d’expression, sans détour, et cette superbe histoire décalée qui m’a fait passer du rire à l’émotion.


Publié par patrice-gillibert : le 26/12/2017

Lectures du 24 et 25 décembre: "Barranca" de Michel Berberian" et "La promesse de l'aube" de Romain Gary. Deux auteurs au style fluide et aux dons de conteurs orientaux (sans doute de part leurs racines, pour l'un juives et l'autre arméniennes) tout en étant très Frenchy (les orientaux ne font pas dans la demi-mesure!). Deux oeuvres très personnelles pour les deux écrivains: Pour Berberian, en particulier la présence du célèbre artiste monmartrois, Gen Paul, peintre de la galerie parternel, ami de la famille Berberian et professeur de notre écrivain Michel Berberian egalement peintre, photographe et galeriste; et pour Romain Gary, une oeuvre monumentale qui est celle de sa vie! Deux époques et continents différents:pour Berberian la fin des années 60 aux USA avec un départ de France et pour Romain Gary le début du siècle en Lithuanie, puis la Pologne avec pour destination idéalisée la France dans la période de la seconde guerre mondiale. Des visions du monde et de la condition humaine prima facie différentes: pour Berberian, le rêve libertaire d'un groupe de marginaux, refuge du personnage principal parti de France, se fracassant finalement face une société liberticide, inique et manipulatrice des foules; pour Romain Gary, une épopée humaine marquée par une foi sans limite dans la vie et quelles que soient les epreuves, portée par un amour maternel gigantesque, sans limite et prophétique ("Tu seras un héros, tu seras général [...], Ambassadeur de France"). Deux approches du sexe différentes: chez Berberian, très présent, libre et libéré de toute pudeur et chez Romain Gary présent sans être directement nommé à travers en particulier les prostituées ("l'armée frustrée de ses victoires et des combats se débarassait de sa vigueur virile inutilisée sur les corps des filles berbères, négresses, juives, arméniennes, grecques, polonaises, etc"). Et au final des oeuvres qui s'entrecroisent: une vie littéraire bouillonnante et si belle se terminant ou plutôt se parachevant par le suicide de Romain Gary et pour Michel Berberian une vision pessimiste et donc réaliste transcrite dans une oeuvre ("Rares miraculés de la folie humaine, seuls des êtres exceptionnels ont la force de se restreindre. Mais ils n'existent qu'exceptionnellement. Les hommes victimes de l'Homme intelligent, celui-là même qu'on a toujours vanté et célébré. Celui qu'on pensait être notre sauveur. Le maitre de la nature et du monde, il sera notre bourreau. Quelle ironie") transcandée par une vitalité artistique tant picturale, que photographique et tout simplement humaine! A lire sans réserve! Patrice Gillibert

Publié par stephane-darrou-1 : le 19/01/2018

Un récit qui donne une impression de 3D. Le décalage entre les réflexions du héros et son discours laconique en fait un personnage très attachant. J'ai adoré passer un moment à Barranca, un lieu initiatique qui construit la vie d'un jeune homme.

Logo étoile

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !

Les informations recueillies sont collectées et traitées, conformément à notre Charte Vie Privée, par Librinova, afin de vous communiquer notre newsletter.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de directives post-mortem et, pour des motifs légitimes, de suppression des informations à caractère personnel vous concernant. Vous pouvez exercer vos droits en nous adressant votre demande, à l’adresse suivante : cnil@librinova.com