Dans la chair des anges

de Cathy BORIE

  6 Commentaires  

Dans la chair des anges

Un jeune homme est retrouvé mort dans une clairière. A travers des personnages a priori sans rapports entre eux, des destins qui se juxtaposent, des histoires qui progressent à des rythmes divers, se tisse une toile mouvante et fragile, où Clémentine, jeune femme un peu étrange, apparaît comme le fil ...

En lire plus

Un jeune homme est retrouvé mort dans une clairière. A travers des personnages a priori sans rapports entre eux, des destins qui se juxtaposent, des histoires qui progressent à des rythmes divers, se tisse une toile mouvante et fragile, où Clémentine, jeune femme un peu étrange, apparaît comme le fil conducteur. Sa vie a priori banale dévoile peu à peu ses parts d’ombre, et ses interrogations finissent par trouver leurs réponses, et par éclairer en même temps la mort du jeune homme. Mais les anges rencontrés au fil de ce récit ont-ils leur place en ce monde ?

(−) Réduire

Une première version de ce livre est paru en autoédition chez Librinova le 30/06/2017.


Grâce au programme Agent littéraire de Librinova, l'auteur a signé un contrat d'édition avec la maison Carnets nord.
Le livre est paru le 19/10/2018

LDans la chair des anges

6 Commentaires

Publié par gedeon : le 03/07/2017

Je sais que l'on pourra dire que je ne suis pas objective en ce qui concerne les écrits de Cathy, mais ceux qui l'ont lue savent que c'est faux. Ce dernier roman est un Chef-d'oeuvre et je suis consciente de ce que ce qualificatif implique. Ce roman m'a prise aux tripes, et je suis assez grande pour arriver à faire abstraction du fait que c'est mon amie qui l'a écrit...Bien que je connaisse ses talents d'écrivain, j'ai été emportée, balayée, sidérée par ce que Cathy est capable de créer...

Publié par catherinechoupin : le 11/07/2017

Un roman à nul autre pareil L'auteur nous décrit avec un art consommé la vie de personnages attachants, qui semblent n'avoir aucun lien géographique entre eux, mais qui ont tous un point commun : ce sont des êtres qui fuient les autres et se réfugient dans le travail et dans la solitude parce qu'ils se sentent différents. Le sentiment amoureux va être pour eux une révélation mais aussi une source d'ennuis. Ce n'est qu'à la fin du roman qu'on comprend, dans une sorte d'illumination le lien supplémentaire qui les lie (je ne peux en dire plus). Un roman parfaitement construit donc. Le style est d'une grande beauté et précision, aussi bien dans les analyses psychologiques que dans la description des décors et des scènes d'amour. C'est une des rares fois où je n'ai pas été gênée par ce genre de scènes dans un roman contemporain, tant l'auteur use de délicatesse... pour un sujet effectivement très délicat.

Publié par ethanali : le 24/07/2017

Je viens de finir le livre que j'ai dévoré. Très belle plume. Beaucoup de sensibilité, un beau suspens

Publié par schristi : le 07/11/2017

L'écriture est très belle et l'histoire très bien construite. Excellent !

Publié par marcelineb : le 22/11/2017

Le Stefan Zweig de La confusion des sentiments réinventé ! Bien sûr, avec un tel début, vous attendez mes arguments... Avec plaisir ! Eh bien tout d'abord, je ne fais pas la comparaison sur le thème, et d'ailleurs, sur le thème, je m'arrête là : Dans la chair des anges est un roman dont on ne peut que très peu parler de l'intrigue sous peine de gâcher le plaisir du lecteur. Je ne fais pas non plus de comparaison sur le style, même si Cathy Borie écrit d'une manière tout aussi captivante que le maître viennois. En revanche, je fais la comparaison sur le maniement de la psychologie des personnages, ainsi que la structure : un court roman, qui reste pourtant avec nous longtemps après l'avoir lu car l'auteur(e) met chaque mot à profit pour nous faire entrer toujours un peu plus au cœur des drames intimes de ses personnages. Un (futur) classique, disons-le. J'ai dit "Stefan Zweig", mais j'ai aussi dit "réinventé". La confusion des sentiments est entièrement psychologie ; Dans la chair des anges est plus complexe : on ne sait pas si on doit souligner en priorité la profondeur des personnages ou la prouesse dans la construction. D'ordinaire, c'est soit l'un, soit l'autre... alors que là, l'auteure s'est immergée dans la psychologie de ses personnages, tout en développant une construction étonnante que j'ai d'ailleurs le sentiment de découvrir pour la première fois : on lit en ayant l'impression de comprendre, du moins de suivre ; puis on comprend le fin mot de l'affaire et on se dit qu'en fait, on n'avait rien compris ; et pourtant, en réfléchissant un peu plus, on se dit qu'on aurait dû comprendre, qu'on s'était laissé embarquer et aveugler alors qu'on avait tout sous les yeux. Le tout, alors que le roman n'est en rien un polar et qu'on ne ressent pas non plus l'urgence du suspense (sauf rétrospectivement) : c'est un peu comme s'il y avait une lecture tranquille sur le moment, et une deuxième lecture après coup, en son for intérieur, qui donne une dimension de plus à l'histoire. Une découverte vraiment saisissante... que je recommande à tous les inconsolables de Stefan Zweig !

Publié par lolivia : le 08/02/2018

Au début, un inconnu est retrouvé mort par des promeneurs. Puis, le récit va retracer la vie de Clémentine Delage, une fille isolée, n'ayant pas d'amis et vivant avec sa mère. Elle se passionne pour la lecture et la musique et aime se rendre chez les bouquinistes afin d'y rechercher des ouvrages anciens. D'abord, inscrite au lycée Pierre Lescot à Paris, elle décide de suivre les cours par correspondance et de passer son Bac en candidat libre. De plus, elle ressent d'étranges sentiments et une drôle de sensation quand elle se voit dans le miroir. Puis, le récit reprend sa vie pendant son enfance, en tant que jeune fille et enfin en tant que femme. Et la présence d'autres personnages comme Jane, Elsa, Lise, Grégoire, Pablo... qui suivent des chemins différents pour se retrouver plus tard est bien intriguant. Pourquoi ? Quel lien les unit ? Clémentine va-t-elle se trouver pour se perdre ou bien va-t-elle se perdre pour mieux se trouver ? Ce livre est le destin d'une femme à la découverte de sa sexualité, une femme en quête de soi. Le roman commence bien avec un très beau poème (très révélateur en fait), on ne peut pas rêver mieux que de la poésie en entrée en matière. L'auteure, Cathy Borie, écrit ce roman d'une plume poétique et juste à la fois avec beaucoup de sensibilité. Cette histoire singulière remue le lecteur et l'intrigue reste intacte jusqu'à la fin. L'évolution des personnages et leur psychologie sont bien décrites. Ce court roman est poignant et je vous invite à le découvrir !

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez nous sur les réseaux sociaux.