François Leblond

Ma biographie

François Leblond est préfet de région honoraire. Il est l'arrière petit neveu du fondateur de Sciences Po Paris, Emile Boutmy. Il a, avec son fils Renault, rédigé une biographie de celui-ci. En travaillant sur la vie et les travaux de cet homme, il a mis en valeur des personnalités exceptionnelles qui ont donné à Sciences Po une place essentielle dans le mouvement des idées sociales à la veille de la Guerre de 1914.
Talleyrand à l'Assemblée Constituante:" Si chacun a le droit de recevoir les bienfaits de l'instruction, chacun a réciproquement le droit de concourir à la répandre"..Tout privilège exclusif sur l'instruction doit être aboli sans retour"

Mon portrait littéraire

Mon livre favori

Madame Bovary

Mon auteur favori

gustave Flaubert

Mon héros / héroïne favori(te)

Emma Bovary

Le livre que j'aime offrir

le rouge et le noir Stendhal

Mes genres littéraires favoris

Littérature classique , Essais

Mes publications

gabriel-alapetite-un-grand-serviteur-de-l-etat

Gabriel Alapetite, un grand serviteur de l'Etat

  de François Leblond

Gabriel Alapetite, figure aujourd’hui méconnue de la fonction publique française, est sans conteste, un personnage à découvrir.
Au travers d'une carrière exceptionnellement longue (48 années de service) et riche d'expériences, il a endossé les rôles de sous-préfet, de préfet du Rhône, de Résident général en Tunisie, puis d'Ambassadeur de France en Espagne, et, couronnement de sa carrière, de Commissaire Général de la République en Alsace-Lorraine. Partout, l'homme a su imprimer sa marque en restant fidèle à ses convictions.
Subtil analyste politique, il maîtrise rapidement les finesses de la vie publique locale et reste préfet dans l’âme quand il est nommé ambassadeur.

François Leblond nous dresse ici le portrait de ce très grand serviteur de l'État qui s’est vu confier, au cours de sa carrière, les missions les plus complexes ayant trait par exemple à la prise en compte des spécificités régionales, aux questions sociales et de santé publique.
Ayant occupé lui-même sept postes préfectoraux, l'auteur exprime son admiration pour Alapetite et nous raconte son parcours. Un parcours qu'il estime un modèle pour tous ceux qui, aujourd'hui, s'engagent dans la carrière préfectorale.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE


sciences-po-a-l-assaut-du-quai-d-orsay

Sciences Po à l'assaut du Quai d'Orsay

  de François Leblond

Au lendemain de la défaite du Second Empire, la France fait face à d'âpres négociations avec la Prusse. Albert Sorel, jeune diplomate, tire d'emblée une leçon de l'échec qui vient d'être subi : la nation française n'a pas disposé d'un personnel diplomatique capable de défendre les intérêts fondamentaux de notre pays et d'informer Napoléon III des risques de sa politique aventureuse. Et quoi de mieux qu'une école pour renouveler cette culture diplomatique et préparer tous ceux qui exerceraient de telles responsabilités.Son ami Emile Boutmy, au moment de fonder l'Ecole Libre des sciences Politiques, lui propose de quitter le corps diplomatique pour se consacrer désormais à former une nouvelle génération de diplomates de carrière. L'un et l'autre considèrent qu'il est impossible de comprendre les subtilités des relations internationales sans une connaissance précise du bouleversement que la Révolution Française et le Ier Empire ont créé en Europe, et des traités qui ont évité pendant longtemps le retour à la guerre, traités vivement critiqués par Napoléon III. La passion que l'un et l'autre ont mise à combler les lacunes de ceux qui se destinaient à la diplomatie, a été très vite appréciée des responsables du quai d'Orsay. L'école se donnait pour tâche de former des hommes qui concilieraient grâce à leur culture, mieux que leurs prédécesseurs, rigueur des principes et observation des réalités.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE


sciences-po-et-la-question-sociale-le-progres-social-dans-une-democratie-liberale

Sciences Po et la question sociale : le progrès social dans une démocratie libérale

  de François Leblond

De la chute de l'Empire en 1870 à la veille de la guerre en 1914, la France est en effervescence. Entre tentations révolutionnaires et rejet du parlementarisme, la jeune République peine à trouver la voie du progrès.
C'est dans ce contexte trouble que naissent deux grandes institutions, d'abord l'Ecole Libre des Sciences Politiques, mère des générations modernes de responsables publics et privés, puis, dans son sillon, le Musée Social, puissant cercle de réflexion. Toutes deux contribuent à de grands progrès sociaux dans le plus grand respect des libertés.
Retraçant les efforts de leurs pères fondateurs, leurs méthodes novatrices et leurs convictions profondes, François Leblond nous plonge dans les arcanes du pouvoir sous la Troisième République, dans les groupes les plus brillants du tout-Paris politique. Cet essai, accessible mais prenant, saura faire lumière sur une période mouvementée de l'Histoire des idées pour mieux repenser l'action publique contemporaine.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE


le-duc-albert-de-broglie-1821-1901

Le Duc Albert de Broglie 1821-1901

  de François Leblond


Albert de Broglie est l’un des pères de la Troisième République.
Descendant par son père d'une longue lignée d'aristocrates, et par sa mère de Germaine de Staël, la diversité de ses origines a fait de lui un conservateur libéral et un chrétien affirmé.
Très tôt attiré par la politique, ce n'est qu'après la chute du Second Empire en 1870, à l'âge de cinquante ans, qu'il peut accomplir ce qui fut son rêve d'enfant et son vœu constant d'adulte : servir son pays au plus haut niveau de responsabilités.
Il combat pour la création d'un Sénat en vue de s'opposer aux excès des démagogues de toutes origines. C’est en faisant voter une constitution contenant ces garanties qu’Albert de Broglie s’affirme homme d’Etat.
 

JE DÉCOUVRE LE LIVRE


ces-saint-simoniens-qui-ont-construit-la-france-moderne

Ces Saint Simoniens qui ont construit la France moderne

  de François Leblond

Ce livre a pour ambition de décrire la grande aventure de personnalités qui se sont réclamées de Charles Henri de Saint Simon qui a été le premier, au début du XIX ème siècle, à considérer que le développement de l'économie avait d'abord pour but de lutter contre la misère.
Quelques personnalités qui ont été ses compagnons ont cherché quelles étaient les bases d'une croissance économique nouvelle permettant de faire triompher cet objectif.
 

JE DÉCOUVRE LE LIVRE

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !