Le Rosaire de Lucifer

de Marcq Morin

  1 Commentaires  

Le Rosaire de Lucifer

En 913, à l’extrémité de la Bretagne, les moines d’une abbaye bretonne sont avertis du débarquement prochain d’une armée viking. Sans tarder, une grande partie d’entre eux fuient avec leurs saintes reliques. Tous sauf Bèra, autre nom pour ...

En lire plus

En 913, à l’extrémité de la Bretagne, les moines d’une abbaye bretonne sont avertis du débarquement prochain d’une armée viking. Sans tarder, une grande partie d’entre eux fuient avec leurs saintes reliques. Tous sauf Bèra, autre nom pour Arthur, un jeune novice qui est envoyé dans la montagne auprès d’un vieux moine qui vit en  hermite  pour recueillir le miel d’un art merveilleux : le Rosaire de Lucifer ou Psalmoi de la Rose, secret des mesures du monde antique. D’aucuns prétendent qu’il est le fondateur des compagnons bâtisseurs.
Il faut entendre par Lucifer, le porteur de Lumière détenteur de la Connaissance, la fameuse Rose d’Umberto Eco.
 Le Rosaire de Lucifer conte la confrontation d’un adolescent confit de bondieuseries avec le dernier des druides, l’enchanteur Yfène Mérilig’n,

(−) Réduire

1 Commentaire

Publié par demarcq : le 03/05/2017

Avis de lecteur Une fois de plus, c’est un enchantement que de lire un ouvrage de Marcq Morin ! Il nous emmène cette fois dans la Bretagne du 10e siècle où les croyances anciennes restent vives, malgré la christianisation acharnée menée par l’Église : une Bretagne menacée par l’invasion viking. Dans un style toujours aussi beau, avec une véritable maîtrise des connaissances histo-riques, géométriques, architecturales de l’époque, Marcq Morin, par l’opposition qu’il crée entre Yfène et Béra, nous montre le chemin du respect des croyances, l’esprit de concert qui devrait prévaloir entre les anciennes croyances et celles, nouvelles, que l’on tente partout d’imposer. Son récit, intense, intellectuellement fort stimulant, fait aussi la part belle à de beaux traits d’humour, avec notamment le langage du brave vieux Yfène, son vocabulaire qui font trembler le pauvre Béra. Une lecture intelligente, une plume toujours alerte et un récit initiatique fort prenant font de cette fable épique un très bon moment de lecture ! J-J Duval

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !