Les égarements du coeur

de Marie-José Aubrycoin

  15 Commentaires  

Les égarements du coeur

Quand Marie sort du couvent du Sacré-Coeur de Jésus où elle a passé toute son enfance, elle a seize ans et son éducation est achevée. Comme toute jeune femme au XVIIIe siècle, elle doit désormais être présentée au monde, et trouver ...

En lire plus

Quand Marie sort du couvent du Sacré-Coeur de Jésus où elle a passé toute son enfance, elle a seize ans et son éducation est achevée. Comme toute jeune femme au XVIIIe siècle, elle doit désormais être présentée au monde, et trouver un époux honorable.
Dès ses premières soirées parisiennes, Marie tombe amoureuse d'un bel inconnu au charme mystérieux. Mais il n’est pas celui qu’on lui destine. Le père de Marie s’est en effet entendu avec un ami, le Comte de Guénédal pour qu'elle épouse son fils, Loïc.
Désespérée, Marie tente tout ce qu’elle peut pour échapper à son destin forcé. Parviendra-t-elle à se libérer du mariage qui lui a été imposé et à rejoindre un jour l'élu de son cœur ? L'homme qu'elle aime est-il vraiment si différent des autres ? 
Au travers des lettres que Marie échange avec ses proches, nous découvrons toutes les péripéties de son histoire, entre espoirs, tentations, déconvenues et trahisons. Prise dans un conflit de loyautés, Marie devra lutter pour conquérir son indépendance et défendre son droit au bonheur.

(−) Réduire

15 Commentaires

Publié par aubrycoin : le 03/06/2016

domeva03 juin 2016 Livres 4.00/5 Domeva à l'écrivain(e) du roman Chèr(e) auteur(e) Ce fut vraiment magique d'entrer,grâce à votre roman épistolaire,dans un 18 ème siècle dont les codes sociaux ont disparu de notre époque.Nous suivrons donc Marie,de son couvent-où l'amitié de Blanche donne un sens à sa vie-à son entrée dans le monde des adultes à travers diverses péripéties qui finiront par lui permettre de rencontrer un amour si chèrement gagné De nombreux sujets sont abordés dans votre livre:l'éducation des jeunes filles dans un couvent dont elles ne sortent que par un mariage arrangé,la vie parisienne qui en éblouit certaines, naïves qu'elles sont au sortir d'une vie protégée,le carcan d'un honneur familial à supporter au péril de sa vie parfois. J'ai aimé découvrir la Bretagne sauvage ,la vie dans un manoir où règne une mainmise presque moyenâgeuse du"seigneur"des lieux.J'ai aimé aussi les failles des personnages,que les "bons"ne le soient pas tant que ça,que les "méchants" le deviennent souvent par nécessité.Il y a du romantisme dans un enlèvement même raté.Les amours interdites sont le socle du meilleur ou du pire. Je suis sortie de votre roman avec une véritable envie de mieux connaître notre Histoire de France. Merci Une lectrice sous le charme de votre livre. Commenter J’apprécie

Publié par aubrycoin : le 03/06/2016

5.0 étoiles sur 5Très bon livre Par Juliette HERVE le 31 mai 2016 Achat vérifié J'ai dévoré ce livre de la première à la dernière page. Comme le titre l'indique, l'affaire est avant tout "sentimentale". Mais au-delà du récit de ces coeurs égarés, c'est une époque qui est décrite, avec ses moeurs, ses obsessions et ses hypocrisies. Marie-José Aubrycoin nous démontre que le roman épistolaire a encore toute sa place dans la littérature d'aujourd'hui. Son écriture franche et délicate, comme le suspense qu'elle égraine au fil de son récit, rend cette oeuvre résolument moderne. Je la recommande vivement!

Publié par italia : le 05/06/2016

bravo pour ce roman épistolaire, genre littéraire oublié mais que 'l'auteur réussit à utiliser avec talent. Le ro.an se lit d'un trait et nous suivons avec intérêt les péripéties de l'héroïne écartelée entre des choix cornéliens qui lui permettrons de se réaliser. Les themes abordés sont trèmodernes et traités avec finesse et sensibilité. L'écriture est très agréable et enlevée. Fan de la première heure du premier roma de Marie Josée Aubrycoin,''un plat qui se mange froid', je suis également comblée par ce dernier roman, aussi réussi que le premier.Je vous recommande chaudement cet auteur.Italia

Publié par coraliereglisse : le 05/06/2016

Un livre très bien construit, émouvant, efficace et envoutant. Ce récit élaboré sous forme épistolaire est d'une très grande originalité et nous suivons lettres après lettres la très belle histoire d'amour de Marie Je conseille vivement ce roman, vous passerez un excellent moment à le lire ! En résumé, voici un livre qui fait du bien !

Publié par natacame88 : le 08/06/2016

De belles lettres entre des protagonistes attachants. Une histoire d'amour aux nombreux rebondissements qui évolue tout au long d'une correspondante émouvante à une époque où écrire était le seul moyen de communiquer d'un bout à l'autre de la France. L'intrigue est efficace et bien ficelée. Judicieux choix du roman épistolaire dont la subtilité pousse le lecteur à en apprendre toujours plus... On brûle de savoir ce qui va arriver à cette chère et tendre Marie qui voit sa vie basculer au fil des pages... Le parcours initiatique d'une jeune femme à la recherche de ses sentiments de Paris en Bretagne et qui s'achève en Corse... Un roman original à lire sans modération ! Bravo.

Publié par lowsmoze : le 14/06/2016

Quel plaisir de s’égarer avec l’héroïne sur les sentiers délicieusement tortueux des sentiments à la lisière des secrets et mensonges ! Ni GPS ni boussole pour trouver le chemin du bonheur et de la liberté mais un style raffiné et virtuose qui charmera les lecteurs(trices) érudits et sensibles.

Publié par catherinechoupin : le 17/06/2016

Ce roman est un pur régal sur tous les plans. Le style est à la fois simple et raffiné et procure des sensations exquises : le texte se boit comme du petit lait alors même que le langage est soutenu, un vrai miracle. L'expression des sentiments est d'une délicatesse merveilleuse. Quant à l'intrigue, c'est une succession de rebondissements incroyables : la romancière sait nous surprendre et nous entraîner dans un dédale d'événements palpitants, en même temps que son héroïne Marie, pure et douce comme sa sainte patronne. La description des décors, des vêtements et des paysages, de la Bretagne à la Corse, nous fait voyager avec une grande sensualité : "Les délicates silhouettes des pins parasols dessinaient un ballet féerique dans le ciel rougeoyant" (la Corse). La société du 18e siècle apparaît avec sa soif de plaisir, sa recherche du bonheur (une idée neuve en Europe), son hypocrisie et son souci des convenances. La satire et l'humour sont de la partie pour ajouter le sourire aux émois du coeur : "Les nourritures temporelles succédèrent aux temporelles, ma tante n'ayant trouvé satisfaisant que pendant de très brefs instants d'entendre discourir avec véhémence de l'essence des choses". Ou: "La fonction de gouverneur en Corse exerce un extraordinaire prestige sur les dames parisiennes. On nous imagine dans de blancs palais écrasés de soleil, au milieu des hibiscus et des palétuviers, dégustant des loukoums à la rose dans de la vaisselle d'or, éventées par de belles esclaves noirs à demi nues". Ecrire un roman épistolaire au XXIe siècle, il fallait oser ! Pari totalement réussi. Balzac s'inclinerait certainement devant cette version moderne des Mémoires de deux jeunes mariées. Bravo à l'auteur !

Publié par aubrycoin : le 22/06/2016

Les égarements du coeur Gwen21 a ajouté une critique Livres 36/5 Les égarements du coeur de Marie-José Aubrycoin En France, au 18ème siècle - période galante s'il en est -, il est aisé d'égarer son cœur dans le murmure bruissant des soyeuses robes à paniers ou derrière le délicat paravent d'un éventail de nacre. La jeune Marie de Saint-Amand, orpheline de mère, a été élevée au couvent à l'instar des jeunes personnes issues de l'aristocratie, petite ou grande. Ne tournons pas autour du pot, Marie est ce qu'il convient d'appeler une "oie blanche". Mais à l'heure de faire son entrée dans le monde afin d'y dénicher un époux, sa naïveté touchante est une médaille qui pourrait bien avoir son revers, surtout lorsque l'on fréquente les salons mondains parisiens… Romance épistolaire pleine de fraîcheur et de beaux sentiments, "Les égarements du cœur" se lit avec plaisir et tout lecteur amateur d'histoire et de personnages attachants y trouvera son bonheur. L'auteur évite les écueils coutumiers du genre épistolaire en alternant lettres et journal intime, et mène avec cohérence l'action à son dénouement. Difficile de ne pas songer aux inégalables « Liaisons dangereuses » de Laclos ou aux dramatiques « Mémoires de deux jeunes mariées » de Balzac à la lecture de ce premier roman de Marie-José Aubrycoin mais la comparaison tourne court, l’auteur ne nourrissant nullement l’ambition d’égaler ces deux grands écrivains classiques, mais ce lignage offre l'avantage de planter le décor et d’ouvrir en grand au lecteur les portes d’un contexte riche d'un langage et d’un mode de vie à jamais engloutis par le temps. Le style alerte et la structure narrative sont prometteuses ; derrière la plume la femme d'expérience se laisse furtivement entrapercevoir. Les personnages principaux sont attachants et les secondaires, s'ils ne bénéficient pas tous de la même consistance, servent bien le fil rouge du récit. De Paris à la Corse en passant par les côtes de Bretagne, c'est à un voyage sentimental généreux en rebondissements auquel nous convie la jolie Marie de Saint-Amand, un voyage qu'il serait regrettable de bouder, surtout avec l'été qui arrive enfin, escorté de ses habituelles envies d'amour et de légèreté.

Publié par aubrycoin : le 09/07/2016

asich asich08 juillet 2016 Voici un roman par lettres qu'on pourrait croire écrit à la manière des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, mais en fait, c'est beaucoup plus joliment tourné. Dans Laclos on trouve des longueurs et des lourdeurs de style qui n'existent pas ici. L'écriture est aérienne tout en évoquant le beau langage du XVIIIe siècle, et l'on suit avec intérêt les échanges épistolaires de deux jeunes filles amies de pension, dont l'une est encore au couvent, quand l'autre se jette avec passion dans les liens du mariage. Certains passages du début font penser aussi aux « Mémoires de deux jeunes mariées » De Balzac. La séparation des deux amies intrigue. Se retrouveront-elles un jour ? Un peu plus tard, l'intérêt que Marie suscite indéniablement se mue en curiosité, puis la curiosité se transforme en inquiétude. En effet, la malchance semble poursuivre l'héroïne. Pour finir, on tremble vraiment pour elle. Ses passions successives sont convaincantes. Elle garde une foi inébranlable dans la vie et finit par se sortir avec honneur des embûches les plus désespérantes. Ce roman peut être proposé à des élèves de lycée qui se passionneront sans aucun doute pour ces histoires d'amour certes idéalisées, mais c'est justement le propre de la littérature de fournir des idéaux, des personnages dont la perfection même donne envie de les imiter. Ces exemples positifs de personnages qui progressent dans leur propre vie, qui prennent des décisions qui les engagent, semblent manquer à notre jeunesse. Bravo à madame Aubrycoin pour ce délicieux roman à mettre entre toutes les mains ! Commenter J’apprécie

Publié par aubrycoin : le 12/07/2016

UN MONDE DE CONTEUSES (BLOG) Bonjour à tous ! Je vous présente aujourd'hui un roman assez spécial, Marie-José a su me conquérir par son style et sa plume. Bien que l'histoire reste très prenante et très agréable, c'est vraiment par le récit original fait par échange de lettres qui a su me captiver. J'ai eu l'impression d'être cette commère qui ouvre des lettres alors qu'elles ne lui sont pas destinées afin d'avoir les derniers ragots et potins. Et j'ai aimé ça, ce côté indiscret mais aussi un peu confident. Je dois dire que j'ai trouvé Marie très attachante et j'ai apprécié de suivre ses histoires. Pure, innocente, douce, il y a nombre d'adjectifs pour la décrire et tout le long on l'adore. Il faut souvent se remettre dans le contexte historique, Marie sort d'un couvent, elle ne connait pas la vie en dehors et justement on pourra découvrir l'univers dans lequel elle se développe grâce aux lettres échangées avec sa tante, son amie, etc... On comprend plus facilement ses choix et sa façon de penser. Il n'y a pas que Marie qui envoie des lettres, on pourra découvrir les autres personnages à travers certaines d'entre elles qui ne sont pas forcément destinées à Marie ! Les autres personnages sont aussi très intéressants dans leur façon d'être, on s'attache à certains facilement, tandis que pour d'autres on va les détester. C'est vraiment l'auteure qui nous guide dans notre lecture, elle arrive très bien à emmener nos sentiments là où elle veut et j'apprécie. Pour ce qui est de la trame principale, je dirais simplement qu'elle m'a plu dans son ensemble, ce n'est pas une intrigue digne des plus grands thrillers mais on ne devine pas facilement la fin et on reste étonné de certains passages. Ce qui pour moi globalement est très bon. Donc en bref ? Je vous le conseille principalement pour son style original qui vous changera des romans historiques classiques.

Publié par melanietaquet : le 25/07/2016

Les égarements du coeurs de Marie-José Aubrycoin nous plonge dans les aventures (pas que sentimentales) de Marie de Saint-Amand. Le roman épistolaire est un exercice de style délicat, que l'auteur accomplit avec brio, alternant lettres de différents personnages et extraits de journaux intimes afin de faire avancer la narration de façon vivante et intrigante. le style est fidèle à la langue du XVIIIe siècle mais abordable pour nos esprits modernes, ce qui rend ce livre très contemporain et agréable à lire. L'on devine derrière le talent de l'auteure pour parvenir à fluidifier des tournures de phrases anciennes et parfois lourdes en un texte harmonieux et vraisemblable. Une bonne lecture d'été, fraîche et légère comme une glace à l'eau, parfaite pour les séances de bronzage. M.T

Publié par aubrycoin : le 26/07/2016

ttps://breveslitteraires.wordpress.com/2016/07/24/les-egarements-du-coeurs-de-marie-jose-aubrycoin/

Publié par aubrycoin : le 05/09/2016

L'histoire de ce roman c'est d'abord l'histoire de l'auteur: une retraitée qui tombe sur un roman anonyme du 18ème siècle qu'elle a aimé et dont elle se demande si elle peut le proposer à ses élèves issus de quartiers défavorisés. C'est ensuite l'histoire de Marie de Saint-Armand instruite au Couvent du Sacré-Coeur de Jésus et qui pour son entrée dans le monde voit son père lui choisir un époux qui a un nom et une fortune. Que fera-t-elle ? Subira-t-elle son sort alors qu'elle en aime un autre ? Prendra-t-elle le luxe de décider elle-même pour elle-même ? Demandera-t-elle à l'homme qu'elle aime de lui épargner le sort qui lui est promis ? Cet homme acceptera-t-il de le faire ? Et à quel prix ? Par l'audace de ses thèmes dont l'actualité ne fait presque pas de doute, ce roman séduit agréablement le lecteur. Néanmoins, le préambule et l'épilogue déroutent. On se demande si l'auteur s'approprie le roman trouvé, s'il dialogue avec ses lecteurs et pourquoi attend-il l'avis de ses lecteurs. Doit-on le présenter comme un préfacier ou un auteur ? De même, quel est l'intérêt de cette invitation au dialogue qui clôt le livre ? Rassurer l'auteur sur la nécessité de faire lire Les égarements du cœur à ses élèves ou le rassurer sur ses goûts? J'espère que les réponses de l'auteur seront affirmatives. Deux raisons à cela : les lettres qui composent Les égarements du cœur sont écrites dans une langue pure qui nous rappelle que le roman épistolaire reste le plus beau genre littéraire du monde. On y trouve les charmes de la confession, la puissance des sentiments et les délices de la vie à Paris avec les bals, les spectacles, les salons et les jardins du Palais Royal ou des Tuileries, les cercles sociaux où on se nouent les alliances familiales ainsi que les tourments de l'amour et de la passion. Lire ces lettres c'est se plonger dans un univers fait de secrets d'amour, de secrets de famille qu'il faut savoir garder de manière quasi religieuse pour conserver une certaine harmonie sociale. Si en voulant faire lire ces lettres à ses élèves, l'auteur veut leur faire comprendre que l'art de s'élever c'est aussi l'art de s'intéresser à la belle littérature et l'art de conserver un secret, on l'y encourage sans réserve. Éric SAURAY

Publié par kisvel : le 03/10/2016

Déroutée par l’entrée en matière, je n’ai véritablement accroché au récit qu’à la lecture de la première lettre de ce roman épistolaire. Et, c’est avec délectation que j’ai retrouvé le langage du 18e siècle, pour suivre les aventures de la candide Marie, qui tout comme celui de Voltaire, va nous embarquer pour des aventures aux multiples rebondissements. Attachante et un peu volage, contrainte dans une hypocrisie des lumières, nous nous amusons à découvrir son parcours initiatique de l’amour sans jamais nous ennuyer, car le fils conducteur de l’intrigue est bien mené entre lettres et journaux intimes, et il est aisé d’accompagner les protagonistes. C’est un roman original à ne surtout pas manquer pour se replonger dans ces liaisons dangereuses aux combien savoureuses.

Publié par aubrycoin : le 25/10/2016

http://viou03etsesdrolesdelivres.blogspot.fr/2016/10/les-egarements-du-coeur-marie-jose.html

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !