Frédérique Trimouille

Ma biographie

Frédérique Trimouille

L’Institut d’Etudes Politiques de Paris, une carrière dans les Ministères, une reconversion : psychanalyse, psychologie clinique, art-thérapie. Depuis toujours la peinture, avec passion, et récemment l’écriture, avec tout autant de passion.



Je voudrais dire le chant des galets roulés par la vague longtemps, long temps, le temps se gonfle, plein de lui-même, la minute se mue en éternité, à l’intérieur ça roule, ça s’entrechoque, ça clapote, ça respire, doux accords dedans dehors. Un enfant crie de joie. Hors de lui, il court inlassablement après la vague, il va et vient, désordonné, en extase. Et puis ça se détraque, le cri de l’enfant me troue, je frissonne et la mer, cette idiote, étend son ombre métallique sur le monde. Et oui. Il faut mourir. Vivons donc.

Mon portrait littéraire

Mon livre favori

Le peintre d'éventail, Hubert Haddad

Mon auteur favori

Laurent Gaudé

Mon héros / héroïne favori(te)

Mr. Gwyn

Le livre que j'aime offrir

Une poignée de monde, Ludovic Janvier

Mes genres littéraires favoris

Romans contemporains

Mes publications

l-ile-plastique-1

L'île plastique

  de Frédérique Trimouille

Trois frères corsetés dans leur destin d’héritiers. Mais le monde de leurs aïeux s’effondre, leur île est rattrapée par le tourisme, le plastique et la violence. Evènements et personnages inattendus se conjuguent pour traverser un drame et tenter de réinventer le monde.

La mer, la forêt et le fer rivalisent de présence poétique avec l’île elle-même qui jette un regard narquois et attendri sur ses habitants courant obstinément à leur perte.

Entre conte écologique, roman policier et fable politique, un petit roman inclassable, dense, savoureux, tout un monde.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE


la-toile-3

La Toile

  de Frédérique Trimouille

Une vieille maison, la mer est là, magnifique, menaçante, une grand-mère séduisante et terrifiante et sa fille qui peine à exister. Trois petites-filles montées à Paris reviennent pour Noël. En fond de tableau, pères, fils, époux, les « chers disparus », occupent secrètement le terrain. Sur les bords, un ami d’une autre planète et l’autre grand-mère qui ramasse des coquillages. La toile est inachevée, plate, lisse.

En quelques mois, elle prend corps. De petits gestes en grandes confidences, de micro-événements en péripéties, des fenêtres s’ouvrent, des liens se tissent, les trois générations trouvent leur place, les disparus la leur. L’écriture est comme un souffle qui anime le tableau, lui rend ses couleurs et sa profondeur.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez nous sur les réseaux sociaux.