Gérard Chauvin

Ma biographie

Depuis 1991, au fil de ses articles et ouvrages, l’Auteur s’essaie à rendre plus familière la « pensée traditionnelle », reformulée dans ses principes fondamentaux par René Guénon (Blois 1886 – Le Caire 1951), et qui depuis a « fait école » en Occident. Pensée pérenne, vivante et créatrice, aux antipodes des crispations intégristes comme des abdications et confusions progressistes, qu’au nom de l’Esprit Très-Saint elle réfute et renvoie dos-à-dos.

Mes publications

mots-de-vie-et-de-mort-dans-la-bible-hebraique-et-le-saint-coran

Mots de vie et de mort dans la Bible hébraïque et le saint Coran

  de Gérard Chauvin

L’hébreu de la Torah et l’arabe du Coran sont des langues sacrées, aux fondements du judaïsme et de l’islam. Les Cinq Livres qui constituent la Torah, révélée à Moïse au mont Sinaï il y a trente-trois siècles, et les 114 sourates du Coran, révélé à Muḥammad dans une caverne du Hijâz, au premier tiers du VIIsiècle, établissent le monothéisme « abrahamique » comme norme des relations de l’homme à son Seigneur : le Dieu-Un et unique d’Adam, de l’humanité anté-diluvienne et des prophètes de l’Alliance. L’interprétation, l’assimilation et la réalisation de ces Écritures, descendues du Ciel principiel et fixées nevariatur dans notre ici-bas, sont sous la responsabilité des croyants sincères, des cœurs fidèles mus par le goût du Bien et du Vrai.

La structure sémantique de l’hébreu et de l’arabe relève du même groupe sémitique. Il est donc instructif de les rapprocher, pour en sonder la profondeur au regard des grands thèmes de la spiritualité ; à commencer par le rapport notionnel oumétalogique de la Vie et de la Mort. À cette fin, nous sollicitons et commentons ici, en un ensemble de 54 articles, quelques 1 500 mots et références scripturaires. Cette approche comparative de la Lettre, porteuse de la plénitude de son sens intérieur, symbolique et spirituel, concerne aussi les chrétiens ouverts à l’affirmation de l’unité intrinsèque des Religions.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE


metaphysique-de-la-lettre-autour-d-ibn-arabi

Métaphysique de la lettre autour d'Ibn Arabi

  de Gérard Chauvin

Dans deux ouvrages publiés en 2013 et 2014, nous avons envisagé le haut thème spirituel du « Nom de Dieu » sous le rapport de la mémoire et des pratiques invocatoires. La mémoire de Ce qui est dans l’Éternité, nous constitue comme être, et le Nom est un puissant support de méditation et de réalisation… Il est de fait le bien commun des saintes confréries de l’islam (soufisme). Ce présent titre reprend le sujet dans sa plénitude métalogique ou métaphysique ; soit la science des principes « originés » dans l’Incréé. Le Coran même – Parole de Dieu – est incréé et créé, et il porte, dans l’océanique profondeur de sa Lettre, le secret intime du Nom suprême. Logé à la « fine pointe » du cœur, où se reçoit la grâce de l’Esprit, et où se réverbère dans l’âme la prescience de la Vérité. Cette Parole qui nous est destinée et à laquelle, par la vertu de notre constitution intérieure, nous avons accès, nous devons encore la réaliser – hic et nunc. L’exposé prend appui sur une lecture théosophique du mythe de la « Montagne de (la lettre) Qâf », avec ses versants de l’Un (Aḥad) et de l’Unique (Al-Wâḥid) : Essence et Être. Chaque signe du Livre révélé (al-Qur’ân : litt. la Récitation) est ceci et cela. La science de l’équivalence et de la balance des lettres et des nombres (guématrie) est le principal outil de ce travail d’extraction des degrés du sens. L’andalou Ibn ‘Arabî (1165-1240), incontesté « grand-maître » dans les sciences spirituelles du Coran, est ici notre fil conducteur.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez-nous sur les réseaux sociaux.