Marius William

Ma biographie

Marius William a toujours eu une passion pour les mots, mais jusqu’ici, celle-ci ne s’était manifestée qu’en l’écriture de récits de voyages et de critiques de musique et de cinéma – certes, personnelles - et de mails-fleuves à ses collègues sur des sujets aussi divers que la loi de finances ou la réduction de cotisations sociales Fillon.  


À la suite d’un burn-out, il écrit son premier roman.

Elle n’arriverait pas à partir travailler. Ils fumeraient une autre cigarette, elle se plaindrait qu’il aurait pu acheter davantage de croissants, il rirait, elle rirait, il embrasserait son sourire, les yeux d’Océane passeraient du flou à ce noir que l’on voit quand on les ferme mais qui n’en est pas vraiment un lorsqu’ils sont clos face au soleil, ses yeux qu’elle fermerait quand elle lui rendrait son baiser, ce baiser qui ne serait pas dans le flou, car leurs baisers ne seraient jamais dans le flou, ils seraient toujours précis, vifs, joyeux, épanouis, ignorant le sommeil et le flou.

Mon portrait littéraire

Mon livre favori

Jeunesse de Joseph Conrad

Mon auteur favori

Joseph Conrad

Mon héros / héroïne favori(te)

William dans La Fin de Marius William (quel courage !)

Le livre que j'aime offrir

La Fin (face B : La Bienveillance) en version spéciale

Mes genres littéraires favoris

Littérature classique , Romans contemporains , Polar

Ma revue de presse

"le ressenti est redoutable (de) par la qualité de plume"

LIRE LA CHRONIQUE

Une critique sensible et intelligente

LIRE LA CHRONIQUE

Une grande lectrice qui ose me comparer à Miller et Bukowski !

LIRE LA CHRONIQUE

Fine, sensible, pertinente, une plume précieuse sur Instagram

LIRE LA CHRONIQUE

Une sensibilité et une intelligence rare dans cette critique qui transcende la critique

LIRE L'ARTICLE

Chronique inspirée et inspirante

LIRE L'ARTICLE

Une nouvelle choc et ciselée à découvrir

LIRE L'ARTICLE

Mes publications

la-fin-2

La Fin

  de Marius William

La Fin est l'histoire de William, un homme de 38 ans qui souffre.

Un professeur.

Alors il écrit.

La Fin est un premier roman dérangeant, vertigineux, un roman malade, un roman en deux faces qui, brouillant nos perceptions et nos certitudes, mise sur le ressenti du lecteur. Dans un style très assuré, le cocktail détonnant - et follement original - que l'auteur a préparé mélange le récit hilarant et dérangeant d'une sexualité crue, la novlangue d'un capitalisme managérial éco-socio-responsable, les références d'une adolescence nineties et d'une jeunesse qui résiste à se dissoudre ; l'itinéraire passera par la série Game Of Thrones, l'Islande, la Croatie, le groupe Oasis, Stanley Kubrick, David Bowie - entre autres - le tout hanté par une Éducation nationale aussi névrosée que les personnages qui peuplent cette quête d'un amour perdu ou (re) trouvé.

L'auteur aurait pu en rester à la fin de la face A.

Oui mais voilà.

Il fallait écrire, encore et toujours.

Sur la société, bien sûr.

Sur la musique, le cinéma, comme autant de miroirs, le sien, les siens.

Sur la série de son cœur, aussi.

À la femme de notre cœur et qui, peut-être, serait celle qui nous sauverait.

Sur la folie.

Jusqu'à la fin.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE


la-fin

La Fin

  de Marius William

La Fin est l'histoire de William, un homme de 38 ans qui souffre.


Un professeur.


Alors il écrit.


La fin est un premier roman dérangeant, vertigineux, un roman malade, un roman en deux faces qui, brouillant nos perceptions et nos certitudes, mise sur l'intelligence et le ressenti du lecteur. Dans un style très assuré, le cocktail détonnant - et follement original - que l'auteur a préparé mêle le récit cru, hilarant et dérangeant de la sexualité de William, la novlangue d'un capitalisme managérial éco-socio-responsable, les références d'une adolescence nineties et d'une jeunesse qui résiste à se dissoudre ; l'itinéraire passera par la série Game Of Thrones, l’Islande, la Croatie, le groupe Oasis, Stanley Kubrick, David Bowie - entre autres - le tout hanté par une Éducation Nationale aussi névrosée que les personnages qui peuplent cette quête d'un amour perdu ou (re) trouvé.


En nous narrant un passé qui a ou aurait pu être vécu dans lequel les différents acteurs des irrépressibles douleurs - et espoirs - se superposent, la face A nous met face aux pièces de ce mystérieux et passionnant puzzle qu'est La Fin.


La face b entraînera le lecteur au cœur du réacteur de la folie. Elle sortira lorsque l'hiver aura pris fin.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez-nous sur les réseaux sociaux.