Nicolas Sayris

Ma biographie

J’ai publié trois petits textes dans la revue L’Atelier du Roman, dans des numéros finissant par 8 et, plus jeune, dans des revues que j’avais fondées moi-même. 

Autant dire presque rien.

Mes publications

relaps

Relaps

  de Nicolas Sayris

Voilà comment le narrateur (qui s’appelle Sayris comme le pseudo de l’auteur) m’a présenté l’histoire : « L’anniversaire de Léna tombait le jour de la première bombe atomique. Comme c’était la femme de ma vie, j’ai décidé de faire une enquête. Sur elle. Alors toute ma vie est devenue une grande enquête et j’ai fini par m’emmêler les pinceaux ».

En réalité, le narrateur de l’histoire a trop lu, il connaît notamment cette phrase d’un roman de Balzac : « L’amour, c’est de se dire : « Celle que j’aime est une infâme, elle me trompe, elle me trompera, c’est une rouée, elle sent toutes les fritures de l’enfer… » Et d’y courir, et d’y trouver le bleu de l’éther, les fleurs du paradis. »

Et aussi, depuis qu’il aime Léna, une autre phrase revient comme une obsession : « Il y a longtemps que la vie ne m’offre que des événements que j’ai déjà décrits. » (extrait d’une lettre de Proust à Reynaldo Hahn, 1914).

JE DÉCOUVRE LE LIVRE

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez nous sur les réseaux sociaux.