Portrait de Marie-José Aubrycoin, auteur aux multiples facettes

Aujourd’hui, nous sommes allés à la rencontre de Marie-José Aubrycoin, auteur Librinova depuis plusieurs mois. Après Les Égarements du cœur, un roman épistolaire palpitant, elle revient avec une série de polars humoristiques décalés, Les confessions d’une meurtrière. Portrait d’une auteur pleine de talent : 

 

Comment êtes vous devenue auteur et depuis combien de temps écrivez vous ?

Je suis devenue auteur quand j’ai cessé d’écrire pour moi seule et qu’il m’est apparu indispensable d’être lue. J’écris depuis toujours mais j’ai longtemps hésité avant de sauter le pas parce que se faire lire, c’est aussi se dévoiler et perdre une partie de son mystère. Mais c’est tellement merveilleux de pouvoir partager sa passion avec ses lecteurs et si mes romans peuvent leur apporter un peu de bonheur et d’évasion, alors je serais vraiment comblée !

 

Quel mot vous définit le mieux ?

Peut être la bonne humeur. J’ai la chance d’avoir un caractère plutôt joyeux et plus je vieillis, plus je me dis qu’il faut profiter des bons moments et accueillir tout ce que la vie nous offre avec reconnaissance.

 

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Mes sources d’inspiration sont bien sûr mes lectures car je suis une lectrice passionnée depuis toujours et je me sens personnellement enrichie par chaque roman que je lis parce qu’il égaie ma vie et me permet un moment intime de partage avec son auteur.
Mais il suffit d’ouvrir les yeux sur le monde autour de nous et sur ceux que nous croisons, pour bénéficier d’un matériau inépuisable. Celui qui a dit que « la réalité dépassait la fiction » a vraiment tout bon !

 

 Quand et comment vous est venue l’idée d’écrire Les Égarements du cœur ?

Je suis une inconditionnelle de la littérature classique du 18ème siècle et je voue une admiration sans borne à Voltaire et Diderot. Les Liaisons Dangereuses de Choderlos de Laclos, ont longtemps été le livre de chevet dans lequel je me plongeais avec délices avant de dormir. Je suis aussi une fan de Crébillon et de son magnifique Sopha. Le 18ème siècle est l’âge de l’érotisme et du libertinage galant et cela me parle beaucoup plus que Cinquante nuances de Grey.

Alors j’ai eu l’audace de m’essayer moi aussi, au roman épistolaire en prenant un plaisir malicieux à rester le plus possible fidèle « au beau langage ».

 

Et votre nouvelle série, Les confessions d’une meurtrière ?

C’est une trilogie de romans noirs humoristiques qui mettent en scène des femmes victimes de violences de la part des hommes. Mes héroïnes décident de se prendre en main et de se venger avec une particulière férocité tout en évitant de se faire attraper, bien sûr ! Comme je suis fan de séries télé, il y a plusieurs saisons : la saison 1 est sous-titrée « Un plat qui se mange froid » et la 2 « Deuxième service ». Les deux ouvrages sont tout juste publiés mais je décline d’ores et déjà toute responsabilité sur les vocations qu’ils vont susciter … La troisième saison est en préparation.

 

 Pouvez-vous me parler de votre expérience avec Librinova ?

Quand j’ai terminé le manuscrit des Égarements du cœur, je me suis dit qu’il fallait absolument tenter de le présenter au public et l’auto-édition m’a paru la solution qui s’imposait car elle m’offrait cette possibilité tout en me permettant de bénéficier de conseils personnalisés et d’un soutien éditorial qui s’est révélé très précieux.

J’ai particulièrement apprécié les compétences et les qualités d’écoute de Laure et Charlotte qui ont fait preuve d’un remarquable savoir-faire. En moins de quinze jours, l’équipe a concocté une magnifique couverture pour mon livre, un résumé parfait et un communiqué de presse attractif .

Grâce à Librinova mon roman est sur les rails, et en route pour, je l’espère, de belles aventures.

 

 

Portrait chinois

 

Si vous étiez un écrivain célèbre, vous seriez :

            Sans hésiter un instant, Fred Kassak (de son vrai nom Pierre Humblot) auteur de romans policiers humoristiques dans les années 1960, 1970 et scénariste pour Michel Audiard (elle boit pas, elle fume pas …) parce que j’adore ses romans dont la chute est toujours extraordinaire et qu’il ne s’est jamais départi d’un humour noir dévastateur tout en écrivant dans une langue d’une élégance rare.Vraiment un grand monsieur !

 

 

Si vous étiez le personnage d’un roman, vous seriez:

            Une vieille dame curieuse et indigne, Miss Marple peut être …

 

 

Si vous écriviez vos mémoires le titre en serait :

            Confessions d’une innocente parce qu’à force de tuer des personnages malfaisants dans les Confessions d’une meurtrière, il faudra à tout prix que je réussisse à convaincre mes fans qu’il ne s’agit pas du récit romancé de ma vie privée (je vous rassure, mon mari est bien vivant).

 

 Si vos livres étaient adaptes au cinéma quels acteurs voudriez vous pour jouer les rôles :

            Pour Les Égarements du cœur,j’ai en tête un casting d’enfer, pur produit de mon addiction aux séries télé :

Pour Marie de Saint Amand je pense à la délicieuse Jessica Raine (vous savez la jolie sage femme de la série Call the Midwife) , pour son bel époux Tom Felton (le très blond Drago Malefoy ennemi intime de Harry Potter), pour son premier amoureux le sombre et séduisant Aidan Turner (Poldark) et pour son second, le plus gentil Richard Madden (parce que je ne me suis pas consolée de sa mort sous les traits de Robb Starck et je me dis qu’il faudrait lui offrir un rôle où il ne se fasse pas égorger à la fin !).

 

 Si vous organisiez un diner exceptionnel quels seraient vos invites idéaux :

            En premier lieu Jean D’Ormesson parce que sa culture exceptionnelle lui permet de placer des citations à bon escient et qu’il a conservé le plus joli sourire du monde

            Ensuite Karl Lagerfeld parce qu’il vieillit admirablement bien et qu’il réussirait certainement à me faire délaisser les grands crus de la belle région bourguignonne pour dîner au coca light (et Dieu sait que ce serait mieux pour ma ligne !) . Cerise sur le gâteau (c’est le cas de le dire ) je pourrais lui demander une séance de relooking …

            Et puis François Busnel parce qu’ensuite il ne pourrait pas faire autrement que m’inviter à La Grande Librairie pour parler des Égarements du cœur.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition