Grand Prix de la Romance Addictives 2017 : Portrait d’Emma Green, marraine et membre du jury

Pour ce premier Grand Prix de la Romance organisé par Addictives et Librinova, l’auteur à succès Emma Green a accepté d’en être la marraine. Depuis son premier roman en 2013, ses histoires d’amour ont conquit des milliers de lecteurs à travers le monde. Aujourd’hui, elle se confie sur son parcours littéraire, son rôle en tant que marraine du prix et donne des conseils aux participants :

 

Bonjour Emma, tout d’abord, pouvez-vous vous présenter ?
Nous sommes deux plumes cachées sous le même pseudonyme, Emma Green. Nos noms, prénoms et matricules doivent rester secrets. On préfère parler d’Amour que parler de nous.

 

Comment êtes-vous devenue auteur et depuis quand écrivez-vous ?
On s’est rencontrées sur les bancs d’une école de journalisme il y a plus de dix ans, on a formé un duo de choc pendant nos études, nos stages et nos premiers vrais jobs. L’une était passionnée de romances, l’autre de polars. Et c’est rapidement devenu une évidence qu’on devait écrire à quatre mains. Quand l’opportunité s’est présentée d’être publiées aux Editions Addictives, on a foncé têtes baissées ! Ça fait bientôt cinq ans et dix-huit romans qui sont nés de cette collaboration du tonnerre. Et comme on ne s’arrête jamais, le 19ème est en préparation !

 

Quelles sont vos sources d’inspiration ?
La littérature, d’abord. Sans aucune hiérarchie ni chronologie, on peut citer : Stephen King, Jane Austen, J.K Rowling, Tracy Chevalier, Emile Zola, Suzanne Collins, Amélie Nothomb, J.R.R. Tolkien, Victor Hugo, Helen Fielding, Fred Vargas, Anna Gavalda, Boris Vian, Harper Lee, les sœurs Brontë et plus récemment Christina Lauren, Colleen Hoover, Kristan Higgins, Jennifer Armentrout ou Jojo Moyes. Le mélange des genres, on adore !
Le cinéma, évidemment, mais aussi les séries tv dont on s’inspire librement. Avant d’être disponibles en papier, nos romans sortent d’abord en plusieurs volumes numériques. La tension monte au fil des opus. Chaque épisode se termine par un cliffhanger qui donne envie de plonger dans le suivant !

Et puis il y a les bruits, les images, les rires, les mauvais jours, les bons, le monde dans lequel on évolue, aussi. Un tableau en mouvement perpétuel, qu’on aime à retranscrire, à retoucher, à enjoliver, parfois.

 

Pourquoi avoir accepté d’être la marraine du Grand Prix de la Romance Addictives ?
Parce qu’on veut donner un coup de pouce à un ou une auteur(e) qui attend sa chance ! On est lucides : ce n’est pas donné à tout le monde d’être édité et de vivre son rêve en devenant écrivain. Parce qu’on a la chance inouïe de faire ce métier et parce qu’il reste encore des portes à ouvrir, des esprits étriqués à élargir pour que vive la Romance (sans avoir à se cacher) !
Et enfin, parce qu’on estime être tombées sur une maison d’édition en or. Parce qu’on fait confiance à nos éditrices pour prendre soin du manuscrit gagnant, pour lui donner des ailes, un peu de plomb et le porter loin.

 

Et pour finir, si vous aviez un conseil à donner aux participants, quel serait-il ?
Ecrivez comme vous êtes. Soyez curieux, curieuses. Ambitieux, ambitieuses, sans espérer l’impossible. Ne vous découragez pas : les journées « sans », ça arrive. Et relisez-vous ! La langue française est bien trop belle pour être sans cesse écorchée…

 

 

Portrait chinois

 

Si vous étiez un personnage féminin, vous seriez :

Un mélange d’Elizabeth Bennet et Bridget Jones, deux femmes résolument romantiques, courageuses et imparfaites.

 

Si vous étiez un personnage masculin, vous seriez :

Roméo Montaigu de Shakespeare

 

Si vous étiez un couple de romance célèbre, vous seriez :

Ariane et Solal dans « Belle du Seigneur », parce que leur amour est aussi absolu qu’il est maudit.

 

Si vous étiez une histoire d’amour adaptée au cinéma vous seriez :

« Out of Africa » de Karen Blixen, une œuvre envoûtante, inoubliable.

 

Si vos livres étaient adaptés au cinéma, quels acteurs voudriez-vous pour jouer le rôle de vos personnages ?

Dans « Âmes Indociles », notre dernier roman, Lennon serait incarné par Scott Eastwood, pour son côté solaire. Calliopé, elle, serait jouée par Rooney Mara, pour sa si belle obscurité.

 

Pour participer au Grand Prix de la Romance Addictives, c’est par ici :

http://concours.librinova.com/concours/grand-prix-de-la-romance-addictives

Vous avez jusqu’au 14 septembre !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition