Portrait d’auteur auto-édité : Evelyne Larcher

Aujourd’hui, l’équipe de Librinova est allée à la rencontre d’Evelyne Larcher, auteure du roman Les nids de Van Gogh auto-publié en octobre dernier. À sa lecture, ce roman nous a particulièrement touchés et le jury l’a d’ailleurs sélectionné pour faire partie des 30 finalistes du « Prix des étoiles Librinova 2017 » dont les résultats seront annoncés début février. D’ici là, nous avons voulu en savoir plus sur l’auteure :

 

Comment êtes-vous devenue auteur et depuis quand écrivez-vous ?
Je crois que j’écris depuis toujours mais depuis 2009 date à laquelle j’ai commencé un blog, je suis plus régulière. Quoique je délaisse un peu mes pages ces temps-ci. J’ai participé à des ateliers pour l’écriture de nouvelles, et l’obligation de rendre un texte en un temps déterminé avec des contraintes, m’a aidée à organiser mon travail par étapes et par thèmes.

 

Quel mot vous définit le mieux ?
Un seul mot : la persévérance.

 

Quelles sont vos sources d’inspiration ? 
Le quotidien m’inspire ainsi que mes lectures, le cinéma, les expositions, de tableaux notamment.

 

Quand et comment vous est venue l’idée d’écrire votre livre Les Nids de Van Gogh ?
J’ai décidé d’écrire Les Nids de Van Gogh il y a deux ans. Je me suis inspirée d’une de mes nouvelles sur le thème de la romance pour les personnages d’Autumn et Hervé, et d’un film asiatique, japonais je crois, découvert sur ARTE et dont j’ai oublié le titre (si quelqu’un peut m’aider ?) pour celui de Mme Dubreuil. Dans ce film, l’un des personnages féminins invite systématiquement l’individu responsable de la mort d’un membre de sa famille, à la date anniversaire du drame. À son fils qui s’en étonne, elle répond : « Il attend ce moment tous les ans et croit que je lui ai pardonné, en réalité je l’empêche d’avancer. Il vit ce que je vis. » Quant à Van Gogh, il est intervenu ensuite. Je cherchais ce qui représentait le mieux la famille et pouvait intervenir au moyen d’affiches dans l’hôtel, de manière récurrente. Van Gogh avec ses Nids s’est imposé. Et puis il s’est invité dans l’histoire avec ses « Lettres à Théo », en tant qu’interlocuteur privilégié.

 

Pouvez-vous me parler de votre expérience avec Librinova ?
J’ai contacté Librinova quand j’ai choisi l’auto-édition. J’avais décidé de confier le texte achevé à quelqu’un qui le lirait entièrement. J’ai parcouru le Net, analysé critiques et commentaires. J’ai su que ce serait Librinova très vite, tant les auteurs se sentent en confiance entre vos mains.

 

Avez-vous un prochain livre ou projet en tête ?
Oui je travaille déjà dessus. Il sera probablement semi-épistolaire.

 

Portrait chinois

 

Si vous étiez un écrivain célèbre, vous seriez :

Pour moi ils sont trois qu’on associe souvent : Anton Tchekhov, Katherine Mansfield d’où l’intitulé de mon blog, Marguerite Duras.

 

Si vous étiez le personnage d’un roman, vous seriez :

Kwei-Lan, Vent d’est, vent d’ouest, Pearl Buck

 

Si vous écriviez vos mémoires, le titre en serait :

Ne rien taire, enfin.

 

Si vos livres étaient adaptés au cinéma, quel acteur voudriez-vous pour jouer le rôle de vos personnages ?

– Catherine Frot : Mme Dubreuil

– Sonia Roland : Autumn

– Pio Marmaï : Hervé

– Louis Garrel : Clovis

– Laura Smet: Alice

– Adèle Exarchopoulos : Gaëlle

– Vincent Lacoste : Romain

– Lola Creton : Camille

 

Si vous organisiez un dîner exceptionnel, qui seraient vos invités idéaux ?

À ma table cohabiteraient Jean D’Ormesson, George Sand, Laurent Voulzy, Ycare (jeune auteur-compositeur dont j’adore les textes et les mélodies), Maryse Condé, Tahar Ben Jelloun, Jérémie Guez, jeune écrivain de polars, et la chanteuse Clarika.

 

Pour aller plus loin :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !