Comment faire la promotion de son livre avec humour ? Par Sophia Sagnot auteure auto-éditée.

Quand j’ai reçu le mail d’Anaïs dans lequel elle me proposait d’écrire un article sur « l’utilisation de l’humour et des vidéos pour faire la promotion de son livre », je ne vous cache pas que j’ai ressenti une légère panique. J’avais déjà lu les deux premiers écrits de cette nouvelle rubrique « d’auteurs à auteurs » et j’avais un peu peur de ne pas réussir à relever le défi ! Alors j’ai respiré un bon coup, j’ai ôté mes moufles, et je me suis attelée à la tâche.

Parler de mon expérience concernant mes pulsions de folie, tout en sachant qu’à la base je suis un peu psy sur les bords (je parle de mon travail là, au cas où vous auriez un doute !) … Pas si simple !

Du coup, je me suis dit « associe librement, force et honneur et un tiens vaut mieux que deux tu l’auras » (bon, pour la fin je ne suis pas encore très sûre par contre …).

Pourquoi utiliser l’humour pour faire la promotion de son livre

Comment m’est venue cette idée ? Eh bien, si vous le savez, merci de m’envoyer la réponse au 06123… Plus sérieusement, je n’en ai aucune idée. J’aime plaisanter, et je trouve que l’humour est une bonne base de communication (si tant est que vos interlocuteurs aient le même que vous !). J’ai eu un jour l’idée de ma première vidéo « L’instant pub de Sophia Sagnot » qui démontrait l’utilité de se procurer mon premier roman « C’est forcément le chiffre trois ! », pour de nombreuses occasions : en cas de rencontre avec un ours, ou encore pour échapper à Jean-Bernard (si, si, on a tous un Jean-Bernard qu’on tente d’éviter !). J’avoue que j’ai mis un petit moment à me lancer ! J’avais écrit la trame et puis un jour j’ai pris mon courage à deux mains, j’ai attendu d’être toute seule chez moi et j’ai lancé la caméra ! Légèrement gênée les premières secondes, je me suis étonnamment sentie à l’aise plus rapidement que prévu !

Après l’enregistrement, je me suis confrontée au montage vidéo pour lequel j’étais une grande novice. Il m’a fallu une sacrée motivation pour m’y coller parce que l’informatique ne m’aime pas (oui, je le sens, je le sais, et tout cela sans aucune volonté de plagiat d’une chanteuse dont je tairai le nom !). Enfin, après plusieurs heures de découpes, arrangements et insertions d’effets sonores de dingue, ma première vidéo était prête !

Comme je suis quelque peu timide, je n’osais pas demander trop d’avis avant de la lancer. Et en même temps, j’appréhendais vraiment les réactions ! Je livrais une part de moi que je ne montrais pas forcément à tout le monde. Il y a même des personnes qui me connaissaient pourtant assez bien et qui m’ont dit m’avoir découvert sous un autre angle.

Après environ 65 149 secondes de réflexion, j’ai fini par penser que l’humour présent dans cette vidéo était du même acabit que celui de mon roman. Alors, j’ai suivi le conseil du grand Jean Claude Duss avec un D comme Duss « oublie qu’t’as aucune chance, vas-y, fonce ! On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher. »

C’est donc ce que j’ai fait.

Je ne vous cache pas que les minutes qui ont suivi furent chargées d’émotions (j’y ai laissé quelques ongles dans la bagarre). Mais les premiers commentaires sont vite arrivés, et j’ai eu la joie de constater qu’ils étaient réellement positifs.

 

Peut-on utiliser l’humour pour faire la promotion de tous les genres d’ouvrages ?

Ma première vidéo fut ainsi fort bien accueillie, et pire que cela, on m’en redemandait !

Plusieurs personnes ont trouvé cela très chouette de parler de mes livres grâce à ce support ludique.

Il ne m’en fallait pas plus ! D’autres vidéos sont ainsi nées pour la promotion de mon premier, puis de mon second roman « Rando&Stiletto ».

Et le nombre de vues m’étonne encore ! Notamment pour l’une d’elles « L’instant pub (again) » qui comptabilise à ce jour plus de 10 000 vues …

Ce fut assez simple au début, dans le sens où mes deux romans relevaient du registre de la comédie romantique/chick-lit. L’humour y avait la place principale, alors l’utiliser pour en parler était plutôt aisé.

La question s’est posée lorsque j’ai auto-édité mon troisième roman « Son autre moi », un thriller psychologique.

Ce fut tout de suite moins évident de prendre l’humour comme médiateur. Après deux comédies, je voulais donner une chance à ce thriller qui n’avait rien de drôle, et j’avais peur de le décrédibiliser.

J’ai donc, dans un premier temps, réalisé une sorte de bande annonce. J’ai utilisé le résumé, ainsi que quelques commentaires engageants.

Là encore, j’ai eu de bons retours sur cette vidéo, et un joli nombre de vues avoisinant les 10 000.

Mais je ne pouvais pas me contenter d’une seule vidéo pour ce livre, d’autant que le démon de l’humour me poussait à en faire d’autres ! Ainsi sont nés « L’instant Américain », « L’instant complètement mégalo », « L’instant vers le top 100 et au-delà », ou encore la dernière vidéo pour « Son autre moi » : « L’instant comment qu’on fait un thriller ? ».

 

 

Quel format choisir pour faire la promotion de son livre avec humour ?

J’ai choisi de garder une sorte de cadre dans la présentation de mes vidéos, afin d’y mettre ma patte.

Comme ça, quand on étudiera mon œuvre au baccalauréat, ça facilitera le travail aux élèves. Oui je sais ce que vous vous dites, je prends soin de mon prochain et c’est d’une beauté sans nom … Je vous l’accorde, c’est la vérité nue.

Je disais donc, je garde la même trame, avec notamment le même modèle de titre sous forme de « L’instant quelque chose de Sophia Sagnot » (hum … J’adore ce titre, je le garde pour plus tard), je filme toujours au même endroit, et j’insère toujours le nom de ma page à la fin, histoire d’inviter les gens à nous rejoindre dans mon monde merveilleux !

Depuis, je poursuis mon aventure au gré de mes écritures. J’ai créé une autre bande-annonce pour mon dernier roman en date « Jingle Bells ou pas », et je commence à réfléchir à celles que je pourrais élaborer pour mon nouveau thriller en cours de rédaction !

 

Pour finir, je crois qu’il ne faut pas se limiter dans les outils de communication pour assurer la promotion de son livre.

On se livre dans nos écrits, alors si l’on suit la même conduite dans leur accompagnement, quel qu’en soit le format, on ne peut pas se tromper.

Si les lecteurs ont apprécié nos ouvrages, ils devraient aimer la façon dont on essaie d’en faire parler ! Et vice versa, de futurs lecteurs pourront être attirés par des supports qui leur parlent et qui reflètent le caractère de l’auteur, et donc ce qu’ils seront susceptibles de trouver dans ses romans.

Enfin, pour conclure, je me permettrai de citer le maître, j’ai nommé Jean Claude Van Damme : « T’as pas besoin d’un flash quand tu photographie un lapin qui a déjà les yeux rouges. »

Je crois que tout est dit …

Alors lancez-vous !

Sophia Sagnot

 

Pour aller plus loin :

→ Comment se faire connaître en tant qu’auteur autoédité ? 

Quelle est la recette du succès pour faire connaitre son livre selon Ségolène Bourlard, auteure Librinova ? 

→ Promouvoir son livre sur internet : comment faire ?  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !