Les Âmes pures


De Benjamin Gam

Juin 2008.

À l’aube d’un été suffocant, va s’ouvrir, sous l’autorité du Pape, le Congrès Œcuménique de Lourdes. Ce concile mondial doit poser les bases d’un nouveau dialogue interreligieux. Le Séminaire de Tarbes, dirigé par le Père André Vax, est en charge de son organisation. 

En son sein, Côme Marsault, Pyrénéen goguenard et sceptique, revenu d’années de vie festive, s’y est lié d’amitié avec Luc, séminariste mystique et érudit. Son exact contraire. 

À la veille du Congrès, Luc tombe malade et disparaît subitement dans d’obscures circonstances.

C’est en le recherchant, sur ordre de Vax, que Côme va croiser la route du vieux médecin de famille de Luc, Alain Duplant, anticlérical soupe au lait avec lequel il va s’allier.

Mais surtout celle d’un groupe de croyants reclus à Lourdes, le Foyer des Âmes Pures, guidé par un mystérieux Berger.

De traqueur à traqué, pour sauver sa peau dans un sillage de malades et de morts, Côme va affronter des forces tapies au cœur de ses chères montagnes Pyrénées.

Elles le conduiront sur les traces de son enfance.

Du secret de Luc à celui de sa propre histoire, c’est toute la vie de Côme qui va voler en éclats.
Télécharger un extrait
Livre numérique
0,00€
Publié le : 19/11/2018
ISBN : 9791026225768
Formats : PDF - EPub - MobiPocket
Livre papier
23,90€
Publié le : 19/11/2018
ISBN : 9791026225775
Formats : Broché - 140x216
Pages : 674

Benjamin Gam


Né en 1976 en Bretagne, Benjamin Gam est avocat en droit des affaires (sous son vrai nom), et partage son activité entre sa région natale et les Hautes-Pyrénées.

Après plusieurs ouvrages consacrés au sport ("En Chasse-patate" I et II) ou au thriller ("Les Âmes Pures"), il met ici en scène sa passion pour Hercule Poirot, le célèbre personnage d'Agatha Christie, dont il compose un pastiche à la fois policier et humoristique. Ce que l'on pourrait appeler une Poirodie.

Il y ajoute une seconde parodie, proposant une fin alternative à son œuvre favorite : Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, dont il ne se résout pas à voir mourir le héros.