La Sauterelle

Dialogue imaginé entre un père et sa fille.

de Catherine Pallois

  2 Commentaires  

La Sauterelle

Au-début des années soixante-dix en attente d'une décision importante à prendre, une jeune fille commence à lire à son père ses souvenirs de petite fille, petite fille souvent perdue et désorientée par des déménagements successifs. De retour du Maghreb où elle est née et où elle a passé son enfance ju ...

En lire plus

Au-début des années soixante-dix en attente d'une décision importante à prendre, une jeune fille commence à lire à son père ses souvenirs de petite fille, petite fille souvent perdue et désorientée par des déménagements successifs. De retour du Maghreb où elle est née et où elle a passé son enfance jusqu'à sa prime adolescence la voici désormais en France où elle doit s'intégrer, une fois de plus. Un dialogue imaginé entre ce père ô combien philosophe et cette jeune fille obsédée par l'idée de s'intégrer dans un nouvel environnement qui devra désormais être le sien. Prendra-elle la bonne décision ? 


(−) Réduire

2 Commentaires

Publié par michele-perret : le 18/11/2019

Souvenirs d'une toute jeune fille qui va prendre son envol. Sous la forme d'un dialogue avec son père, j'ai été touchée d'une pat par l'originalité de la narration, d'autre part et surtout par son évocation pudique (les lieux ne sont jamais nommés) et toutefois très forte d'une Afrique du Nord aujourd'hui révolue. Un livre plein de tendresse.

Publié par maia-alonso : le 06/12/2019

Émouvant. Attachant. Ce qui m'a émue c'est cette nécessité ressentie par le jeune fille d'obtenir l'approbation complice de son père. A travers des échanges doux-amers, on sent leur lien très fort : lui , il veut protéger, enseigner, donner les clés de l'art d'être heureux. Elle, parce qu'elle l'admire, voudrait tant qu'à son tour ce soit lui qui l'admire. Mais il y a des frictions. Des incompréhensions. Toutefois, le fond n'est pas entamé. le duo reste assorti. Le côté attachant, c'est l’évocation d'une enfance dans des paysages parfumés, colorés, traversés d'êtres lourds de chaire, de vie, de rêves... Tout est dit et pourtant sans être dit. Une façon originale de raconter une enfance sensible, J’ai souligné des phrases. Parce qu'elles étaient révélatrices... "Tu es mon histoire, Papa, tu es mon histoire". Quel cri d'amour ! "Les sourires sont parfois des mots camouflés..." Et puis cette question : "a-t-on nécessairement besoin d'être chez soi pour être heureux?" Une question qui se pose à tout exilé... Un livre touchant, d'une grande fraîcheur.

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez nous sur les réseaux sociaux.