La lune est une fausse blonde

de Eliza de Varga

  12 Commentaires  

La lune est une fausse blonde

Je ne sais plus qui a dit « arriver brûlant à sa table de travail, s’asseoir, écrire froidement ». J’arrive glacée, j’écris ébouillantée, je relis, je balance.Je m’assois à mon bureau et j’écris : LORETTE BLANCHE.Avec les lettres de LORETTE BLANCHE je peux faire :CHATTECROTTERECTALE,
BALLEAORTETRANCHÉE,
...

En lire plus

Je ne sais plus qui a dit « arriver brûlant à sa table de travail, s’asseoir, écrire froidement ». J’arrive glacée, j’écris ébouillantée, je relis, je balance.

Je m’assois à mon bureau et j’écris : LORETTE BLANCHE.

Avec les lettres de LORETTE BLANCHE je peux faire :

CHATTE

CROTTE

RECTALE,


BALLE

AORTE

TRANCHÉE,


CROTALE

CRÂNE

ÉCLATÉE


C’est déjà ça.

Dis, peut-on avorter de sa mère comme d’un enfant qu’on aime et qu’on ne saurait garder?

(−) Réduire

12 Commentaires

Publié par sandra-mauveaux : le 04/01/2019

Je l’ai lu comme on bouffe un petit lu....d’un coup et bing 2h de passé comme si c’était 2 secondes... Eliza De Varga j’y ai rencontré des fantômes,les tiens,les miens,j’y ai vue ta mère,la mienne ,mon père,toi,moi..la vie,la mort...j’ai juste ADORÉ ton livre ,c’est tout toi...cet humour décalé,noir comme mon café,je pensais lire une histoire sympa ,que j’allais forcément aimé sinon j’aurais pas acheté .....et je me suis laissé surprendre,tu m’a mis une bonne droite ...ton (chef-d’)œuvre m’a fait réfléchir à comment je me trouvais,dans qu’elle état j’étais lors de la perte ,et ce qui est très intéressant,c’est comment en tant qu’enfant on le perçoit,comment on le vit,comment on l’accepte ou pas et ce de façon très différente au fur et a mesure qu’on grandit. A l’aube de la mort je penserais sûrement encore différemment de maintenant,et bon sang qu’est ce que Je suis proche de Camille !! Alors merci Eliza pour ce moment de réflexion plus ou moins douloureux... Finalement on dit que les écrivains font leur analyse en écrivant mais il en va de même pour leur lecteur lorsque le contenu est bon. Vas jouer les VRP dans toute la France,ton bouquin mérite le Goncourt mon « écrit veine « préférée...❤️

Publié par flodor : le 08/01/2019

La plume d’Eliza de Varga est d’une élégance rare, chaque mot tient son rang et la virgule ponctue la musique de ce récit peu ordinaire. « La Lune est une fausse blonde » est à mon sens une œuvre symphonique, remarquablement écrite mais pas que… Ce livre raconte les ravages de l’absence d’une mère pourtant présente. Des fois, on se dit qu’il aurait été préférable pour Camille d’être orpheline et puis la page d’après, non ; car elle aime à hurler cette actrice de femme qui est sa mère. « Mes mains tremblent sur tes épaules. J’ai le tournis. Je m’agrippe à toi. Tes salières sont saillantes, de petits bénitiers de chair et des creux où poser des doigts d’enfant. » Tant d’injustice, tant de maladresses, la blessure est sans remède. Le cœur serré, on aimerait prendre la petite Camille dans ses bras et la consoler d’une chanson douce. Une mère encombrante, même morte. Une femme qui a fait ses choix et a la grâce d’être la fille d’un homme merveilleux. Le grand-père de Camille adoucira quelques temps cette enfance saccagée et cela donnera à lire des pages magnifiques sur la transmission. Une histoire qui décoiffe, un style qui arrache !

Publié par philippe_d : le 13/01/2019

Comment ne pas être subjugué par des phrases comme : « …Poser des mots sur toi Maman c’est sculpter le vide… » « …J’ai cru, petite, que je n’y arriverais jamais. A quoi ? A vivre. Eh bien j’avais raison, je n’y arrive toujours pas… » « … J’ai squatté le ventre d’une légende … » « … Pourquoi porte-t’on sa mère comme Sisyphe son rocher ? …» « … Grand-père avait un cœur à double fond, d’où grand-mère jaillissait en carrousel… » « …Ta mort a balafré mon désir toutes ces années… J’ai refusé d’aimer considérant ma vie comme une ardoise magique qui efface dès l’aube, ses cicatrices de craie... » J’ai adoré. A LIRE ABSOLUMENT!

Publié par veronique-hug : le 14/01/2019

Le roman d’Eliza De Varga vous prend aux tripes! L’écriture de cette auteure vous cueille toujours autant que dans La Petite Fille Des Coulisses (Ed Stock). Elle a de ces bijoux de mots, savamment orchestrés, qui vous remplissent de joie! Le sujet du roman est une ode à l’enfant et à sa puissante capacité d’amour! J’ai été surprise et conquise par le fil rouge du roman qui mêle humour et gravité. Eliza De Varga a, décidément, le sens de l'écriture. Elle écrit avec une virtuosité et une élégance rare et vous laisse pantois, ému, heureux, nostalgique et prêt à affronter vos propres angoisses. Bravo, total respect...

Publié par christian-cousin : le 18/01/2019

la lune est une fausse blonde …. elle est rousse ! L'auteure plante ses dents acérées dans son passé et suce le sang de ses souvenirs. Une écriture incisive, mordante, pleine d'un humour noir, décalé, jouissif. Un côté cinématographique assurément qui nous laisse imaginer de belles images, à travers tous ces jolis mots. A lire absolument, à savourer sans modération, lentement ….

Publié par joelle-adani : le 18/01/2019

Ce roman est d’une beauté artistique rare. Beauté picturale, musicale... Elisa de Varga nous promène, plume au poing, dans les subtiles délices de ses descriptions. On vibre avec elle. Elle ne nous laisse jamais insensible. A lire absolument.

Publié par bernard-eider : le 19/01/2019

Lire Eliza de Varga, c'est prendre le temps des mots. La justesse de son verbe nous aiguillonne sur le cheminement de sa pensée et le rapport fille/mère s'en trouve subtilement éclairé. On est conquis par le récit, la tension des émotions, la vérité des situations. Un livre rare. J'invite les internautes à se faire astronautes, qu'ils nous rejoignent nombreux sur cette lune exceptionnelle! Bravo à vous Eliza!

Publié par claire-marionneau : le 20/01/2019

Un livre que j'ai lu en apnée .. Des phrases incisives qui écorchent le coeur. Des passages que l'on note pour pouvoir les relire. Une déclaration d'Amour, une promesse de l'aube percutante. Eliza De Varga bouscule,, Camille renverse, Lorette plane au dessus. La mort est mise en boite.... Une merveille.

Publié par laurent-meliz : le 21/01/2019

En un instant, en trois mots, en quelques lignes j'ai compris déjà que le style allait me conduire jusqu'au bout de cette "aventure", drôle, drolatique, par son regard sur un roman ? Une vérité ? J'avoue ne plus savoir si j'ai rêvé ou si je l'ai lu... Je recommande ce voyage lunaire :)

Publié par clara-laurent : le 21/01/2019

Petit bijou littéraire lu d'une traite. Tout y est l'émotion, le partage, l'affection, les sentiments. L'auteure joue avec les mots et les phrases avec un talent rare. C'est une pépite qu'on ne lâche pas aussitôt les premières pages ouvertes.

Publié par andre-obadia : le 22/01/2019

Hâte de découvrir ce roman ! J'ai tellement aimé "La petite fille des coulisses" !! Impossible de ne pas aimer

Publié par marie-jose-hubert : le 22/01/2019

LU en une nuit ! impossible de lâcher le bouquin ! ce n'est pas:" juste une petite histoire sympathique ", mais un chemin de vie avec des moments douloureux , joyeux , et surtout un humour dévastateur qui n'enlève rien à l'émotion présente tout au long de l'histoire . J'aime bien les rencontres ... la j'en ai fait beaucoup ! merci de nous avoir fait tous ces moments !

Logo étoile

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !

Les informations recueillies sont collectées et traitées, conformément à notre Charte Vie Privée, par Librinova, afin de vous communiquer notre newsletter.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de directives post-mortem et, pour des motifs légitimes, de suppression des informations à caractère personnel vous concernant. Vous pouvez exercer vos droits en nous adressant votre demande, à l’adresse suivante : cnil@librinova.com