Croire ou savoir ?

Petites graines de réflexion pour un monde meilleur

de Gérard SANTARINI

  0 Commentaires  

Croire ou savoir ?

Un monde meilleur ? Tout le monde en rêve, plus ou moins… Mais il semble que le chemin soit encore long et pénible ! Ne serait-ce pas, entre autres, parce que les difficultés de la route sont souvent mal identifiées et les parades pour surmonter les obstacles méconnues ? Le monde souffre encore de tan ...

En lire plus

Un monde meilleur ? Tout le monde en rêve, plus ou moins… Mais il semble que le chemin soit encore long et pénible ! Ne serait-ce pas, entre autres, parce que les difficultés de la route sont souvent mal identifiées et les parades pour surmonter les obstacles méconnues ? Le monde souffre encore de tant d’obscurcissements, de tant d’emprisonnements intérieurs et extérieurs. La connaissance n’a pourtant jamais été aussi répandue et sa puissance aussi grande et disponible. Mais son pouvoir de libération reste encore largement ignoré, voire dénigré. La science est aujourd’hui très forte mais la conscience est encore très faible !

Cet essai se veut une contribution à la réflexion sur les multiples résistances à l’avancement vers plus de liberté, de fraternité et de bonheur et sur les moyens de les vaincre. Il n’apporte, bien sûr, aucune réponse définitive, mais il livre quelques pistes.

Réquisitoire contre les effets pervers des religions, nationalismes, patriotismes et autres communautarismes plus ou moins latents ou plus ou moins avoués, il est aussi un plaidoyer pour la connaissance universelle ainsi que pour le doute et la recherche qui permettent d’y accéder. Hymne à la vérité, il exhorte à l’ascèse de la compréhension, à la pratique de l’émerveillement, à l’éveil des consciences.

L’auteur y livre son propre témoignage et propose un chemin vers une spiritualité ouverte, adaptée à notre époque et compatible avec les merveilleuses découvertes de la science.

(−) Réduire

0 Commentaire

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez nous sur les réseaux sociaux.