Contre Jupiter

de Julien Autiero

  0 Commentaires  

Contre Jupiter

« La mesure est la meilleure des choses », disait Cléobule ; « prends la raison comme guide », professait Solon ; « aime l'instruction, la modération, la prudence », conseillait Pittacos de Mytilène ;
« fais preuve de mesure », avertissait Thalès ; « prudence en toute chose ...

En lire plus

« La mesure est la meilleure des choses », disait Cléobule ; « prends la raison comme guide », professait Solon ; « aime l'instruction, la modération, la prudence », conseillait Pittacos de Mytilène ;
« fais preuve de mesure », avertissait Thalès ; « prudence en toute chose », recommandait Périandre de Corinthe. Telles étaient ces sentences que les Sages législateurs grecs prodiguaient entre 620 et 550 avant J.-C. pour mener une vie bonne et conjurer ce mal contemporain si intemporel : la démesure humaine.
Dans sa réflexion sur le politique, Platon n'hésita pas à formuler que le législateur devait être au corps social ce que le médecin doit être au corps humain. En réponse à Emmanuel Macron, cet appel en faveur d'un renouveau français entend exposer que loin d'être médicinale de par sa fidélité envers cette religion matérialiste du Marché-Providence, la politique poursuivie depuis le 7 mai 2017 est au contraire en osmose avec ce nouveau spectre qui hante le monde.
Face à cette intemporalité qui retrace cette lancinante tentation de l'homme à vouloir rivaliser avec le divin, les Anciens Grecs proposaient une autre intemporalité, celle gravée sur le fronton du temple de Delphes : « Rien de trop » ; « connais-toi toi-même ». Tels ces nouveaux perspicaces législateurs, saurons-nous à l'encontre de cette démesure entamer une nouvelle Renaissance méditerranéenne ? Pour répondre positivement à cette question, avoir du cœur ne sera pas de trop.

(−) Réduire
0 Commentaire
Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez-nous sur les réseaux sociaux.