Les trois vies de l'homme qui n'existait pas

de Laurent Grima

  27 Commentaires  

Les trois vies de l'homme qui n'existait pas

Tino n'existe pas ! 

Tombé du ciel il y a près de trente-cinq ans, son père, un marginal sans nom porteur d'un lourd mystère, a oublié de le déclarer à l’État-Civil. Ils vivent tous deux à la périphérie de la civilisation et de ses dangers, sans autre identité que leur statut fragile de ve ...

En lire plus

Tino n'existe pas ! 

Tombé du ciel il y a près de trente-cinq ans, son père, un marginal sans nom porteur d'un lourd mystère, a oublié de le déclarer à l’État-Civil. Ils vivent tous deux à la périphérie de la civilisation et de ses dangers, sans autre identité que leur statut fragile de vendeurs nomades à la sauvette. Mais un jour, le patriarche meurt, laissant Tino seul face à un immense défi : s'inscrire dans le monde des hommes, en respectant la promesse qu'il lui avait faîte un jour de vivre plusieurs vies !

(−) Réduire
27 Commentaires

Publié par alexandre-chanaud : le 10/07/2019

Très belle découverte effectivement Michel Bussi a eu raison j'adore et recommande

Publié par valery-groppi : le 13/07/2019

Un livre qui vous transporte dès les premières lignes. Un livre qui vous fait voyager qui vous fait rire, pleurer. Un livre engagé. On retrouve dans ce deuxième roman, la plume singulière de Laurent Grima. qui n'a pas peur de se confronter à des sujets sensibles avec toujours en fond une pointe d'humour. J'ai lu ce livre en une journée. Merci monsieur Grima de m'avoir permis de faire ce voyage sans quitter mon canapé.

Publié par stephane-lesiourd : le 20/07/2019

Le genre de livre que l’on ne lâchera pas avant de l’avoir fini! Excellent moment de lecture.

Publié par nicolas-bec : le 04/08/2019

Un livre inclassable... Sa dimension philosophique l'emporte sur l'intrigue pourtant prenante, ce qui classe ce roman dans un genre un peu hybride, auquel les lecteurs ne sont pas habitués. Tino, une des trois facettes du personnage principal, incarne ce que beaucoup aimerait être: solaire, libre et humaniste. Beaucoup de ses réflexions sur les relations humaines et la société consumériste résonnent en nous. Laurent Grima nous livre alors une radiographie juste et éclairée du monde dans lequel nous nous débattons souvent, et nous insuffle une bonne dose d'optimisme! Un "livre inclassable" à lire absolument!

Publié par veronique-frances : le 11/08/2019

Ton livre c'est comme quand j'étais petite, le tube de lait concentré sucré dans le frigo... je prenais avec délectation une petite bouchée chaque fois que je passais devant, en fermant les yeux pour mieux sentir le nectar envahir ma bouche et descendre le long de ma gorge.. je buvais sur ça une gorgée de lait demi écrémé qui rehaussait le goût tout en me désaltérant... Je n'ai pas les mots... Ce livre c'est du nectar que l'on n'a pas envie de terminer... je le lis au ralenti exprès... L'auteur jongle avec les mots et les idées avec une agilité déconcertante... je ris, je suis émue... Je reviendrai avec un autre commentaire en fin de lecture... Franchement, n'hésitez pas !!! Achetez le et offrez le!!!

Publié par denise-tezzele : le 13/08/2019

je sais pas comment décrire ce que j'ai ressenti (je ne suis pas écrivain lol), ce que je peux dire c'est que ce livre m'a touché et que je le recommande vivement. Et je ne dévoilerais rien de son intrigue....... juste LISEZ LE

Publié par simone-groppi : le 06/09/2019

Délicieux roman plein de tendresse et d'humanité, philosophique, écologigue, politique, d'une grande originalité, dans lequel humour et gravité cohabitent. Les personnages marginaux sont attachants, authentiques. On voyage dans le temps, dans l'espace. Phrases savoureuses, écriture limpide. A déguster sans modération.......à offrir sans hésitation.

Publié par sophiesonge : le 11/09/2019

Un roman évocateur : Pour notre narrateur qui n'a pas de nom, c'est le moment de se séparer de son père-noyau, l'homme qui l'a accompagné étroitement et fidèlement pendant trente-cinq ans. C'est l'heure aussi pour lui, d'aller plus loin à la rencontre de lui-même et de ses origines... Laurent Grima a choisi le thème de l'identité pour ce roman qui foisonne entre le sauvage et le bohème. On découvre un narrateur multiple, complexe, émouvant quand il croit avoir tout perdu au décès de son père. Ce qu'il nous raconte, c'est cette relation unique, intime, inoubliable entre deux hommes à l'état-civil évanoui et qui se suffisent à eux-mêmes. Leur lien est celui de l'amour, de la vie, de la liberté. Leur quotidien est entre l'urgence et la contemplation. Ils vivent une vie de nomade, de philosophe, de jouisseur. Ils sont dans l'instant, la vérité, en cultivant le plus grand des secrets. Il y a dans leur histoire, une part d'ombre et de lumière qui s'appelle et se reflète. On va avec eux sur le chemin de la construction, de la sagesse à la recherche d'une connivence qu'il faut effleurer, toucher du doigt. Il y a quelque chose de puissant, d'intérieur, d'universel dans ce que nous décrit l'auteur. L'écriture est sensible, évadante, humaine. Elle nous plonge dans un état d'évanescente et inextinguible réflexion. On est touché par la nature, le relief, l'originalité des personnages. Les émotions sont intenses, fugaces, fragiles. IL y a les rencontres qui se font à tâtons, à demi-mot. Ce qui nous retient, c'est la tendresse, l'amour, l'immense pudeur. Les destins se distinguent, se rapprochent et se ressemblent. Qu'il soit Antoine, Tino ou Gùnther, notre narrateur, va au bout de son histoire et de lui-même dans un éveil consenti et révélé. Un roman, un voyage, une quête initiatique qui fait sens, et même écho... Découvrez l'hommage d'un fils à son père, dans ce qu'il a de plus pur et bouleversant...

Publié par alain-llense : le 28/09/2019

Avec « les trois vies de l’homme qui n’existait pas », Laurent Grima affirme encore une plume révélée dans l’excellent « Re-vivre ». On sourit, on pleure, on pense aussi, l’air de rien, et on referme ce livre à regrets, mais le cœur plus riche de cette humanité là. Chapeau l’artiste !

Publié par laetitia-sapede : le 14/10/2019

Un très bon second roman. L'écriture est toujours aussi délectable. J'ai lu ce roman avec beaucoup de plaisir. Le personnage principal est très attachant et donne des envies de liberté. La part engagée et humaniste donne une profondeur à l'histoire. Je le recommande. A lire absolument.

Publié par marie-jose-franchet : le 13/11/2019

J'ai lu, j'ai aimé, je recommande. Un livre qui donne à réfléchir. Un grand bonheur de lecture. Merci Laurent Grima pour ces bons moments. Après (RE) VIVRE, ce livre confirme vos talents d'écrivain.

Publié par marylene-blondel : le 14/11/2019

Un roman très agréable à lire, avec un personnage central atypique et qui pourtant, ressemble un peu à chacun d'entre nous. Un livre qui fait du bien, parce qu'il rappelle à chaque page où sont les valeurs essentielles de la vie. Une lecture que je recommande absolument!

Publié par matthieu-eneman : le 24/12/2019

Une histoire familiale avec un côté romanesque, une obstination à rechercher ses racines. Une bonne dose d’humour, des descriptions géographiques qui appellent au voyage. Avant d’attaquer ce roman, assurez vous d’avoir tous le temps devant vous car vous n’aurez pas envie de le lâcher. Un régal

Publié par christine-ergo : le 06/01/2020

"Les trois vies de l'homme qui n'existait pas" de Laurent Grima - Lecture numérique - Éditions Librinova - Lu en janvier 2020. Ma première lecture de l'année. "Il n'y a pas d'âge pour s'inventer un destin" Dédié à son père : "J'espère, où que tu te trouves, que toi aussi tu es fier de moi" La couverture est tout un poème à elle seule. Tino, Je me permets de vous appeler Tino, que vous préférez à Antoine ou à Günther (que vous n'aimez pas). On ne peut pas dire que votre début dans la vie fut facile, déposé par votre très jeune mère dans les bras de votre père, à peine né, père qui ne savait rien de votre existence. Et vous voilà arrivé à l'âge de 34 ans à vivre le décès de celui-ci âgé de quatre-vingts ans, ce papa qui a passé sa vie à vous apprendre la vie, à vous élever, oui, élever est le bon terme, porter haut, à vous enseigner la lecture et l'écriture et tant d'autres choses que beaucoup d'enfants scolarisés ne connaissent pas. Un tsunami vous a ravagé le coeur. Vous veniez "d'entrer dans une nouvelle ère : celle du "plus jamais" (Ch. 1) Mais vous avez relevé la tête, et vous avez décidé d'écrire l'histoire de votre père et la vôtre avec lui, l'histoire d'un homme sans identité, tout comme vous qui n'avez jamais été inscrit sur les listes civiles. Vous avez vécu tous deux une vie de nomades dans un vieux fourgon Citroën rafistolé en un bien modeste camping-car, sans Internet, sans facture, sans compte bancaire Vous viviez de vente de produits divers sur les marchés en échappant aux contrôles. Vous avez voyagé en France, en Italie, en Croatie, en Belgique. Et puis, il y avait "le chien" (c'est son nom), ce bouvier berlinois fidèle et discret que votre papa vous avait offert pour vos trente ans. Vous avez respecté scrupuleusement les instructions de votre père lorsqu'il est décédé, instructions très particulières et combien difficiles à accomplir pour un fils. "Tu me mettras mon beau costume. le seul qu'il possédait. Oui, il était beau mon père. Beau comme un pauvre qui n'avait pas cédé à la tentation de l'amertume" (CH. 1). "Des flots de larmes se déversaient maintenant sur mes joues... Voila papa... Tout va se passer comme tu le souhaitais... Une page de plus de trente ans venait de se tourner" (Ch.1). Votre chagrin fut immense. Après avoir accompli ses dernières volontés, il vous a fallu reprendre la route, seul avec "le chien", dans ce vieux fourgon qui brinquebalait de partout mais qui représentait toute votre vie. Les questions sont venues dans votre tête, qu'alliez-vous faire, que vouliez-vous faire, quels buts vous fixer? Vous étiez désemparé. Votre père vous avait laissé plusieurs messages au cours de sa vie dont celui-ci : "Tu es tellement doué que tu pourrais expérimenter tout un tas de choses, comme si tu vivais plusieurs vies. Alors, vis-les... Et tu seras couvert de gloire mon Tino" Vous évoquez V. Hugo, Baudelaire, Rimbaud, Verlaine, Ella Fitzgerald et beaucoup d'autres aussi qui ont traversé le temps et ont laissé des traces de leur passage. Et c'est là que l'évidence vous a sauté aux yeux, vous alliez écrire. "Mais j'étais certain d'une chose : si Antoine allait bientôt vendre sur les marchés, Tino, lui, désormais serait écrivain." (Ch. 5). Et puis, au long de vos pérégrinations, une fuite d'eau provenant du toit de votre vieux tacot déclencha une découverte qui va bouleverser votre vie et vous envoyer dans le passé. Ce passé que vous ne connaissiez pas, votre père étant inflexible si vous abordiez le sujet. Vos recherches vous ont fait rencontrer des personnes pour le moins surprenantes et déterminantes pour la suite de votre histoire. C'est ici que j'arrête ma chronique, d'abord chers lecteurs, pour que vous ayez envie de connaître ce qu'il va se passer, et parce que la suite, Toni, je ne peux pas l'écrire, j'ai le cœur en miette, de chagrin et de joie, ce que vous avez écrit est un immense cri d'Amour et d'Humanité dans ce qu'elle a de plus beau et de plus laid. Un livre tellement rempli d'émotions, que j'ai lu en une soirée et un jour sans presque m'arrêt

Publié par maelle-clement : le 10/01/2020

Je découvre cet auteur grâce à ce livre et on peut dire que j'ai vraiment beaucoup aimé vu l'envie que j'avais de trouver du temps pour le lire. J'ai beaucoup aimé ce road-trip du héros et de ses comparses afin de retrouver ses origines. Ce héros qui nous fait voyager à travers l'Europe, qui nous fait aussi voyager dans ce que l'homme a de plus beau, sans tous les artifices que la consommation apporte, l'essentiel : l'amour d'un père. C'est aussi pour le lecteur un livre qui fait réfléchir sur... tout, tout simplement. C'était vraiment une très belle lecture que je recommande avec presque un pincement au coeur de l'avoir déjà fini....

Publié par judith-l : le 13/01/2020

Laurent Grima écrit avec ses tripes, avec son coeur, avec son âme. Il ne triche pas, et son histoire vibre et déborde de vie et d'émotions. J'ai rarement lu un ouvrage aussi inclassable. Ca part dans tous les sens, mais l'auteur maîtrise son histoire. C'est bouleversant sans jamais être gnan-gnan. En plus, c'est drôle et intelligent ! Mais surtout, ça fait un bien fou de lire une histoire d'humains, simplement. Pas des individus cyniques et blasés, qui se gaussent de tout ce qui ne se rapporte pas à eux ; non, une histoire d'hommes vraiment réels et dérisoires, mais animés par la bonté, la générosité, la solidatité -la colère aussi ; qui n'ont pas peur d'aimer, de pleurer, de souffrir et de se jeter à corps perdu dans l'aventure de la vie, même si elle n'est pas avare de coups. Ce livre est une pépite, écrite avec amour et qui fait du bien de façon intelligente ; pourquoi s'en priver ?

Publié par celine-godreau : le 25/01/2020

On m'a parlé d'un roman inclassable, de quoi titiller ma curiosité. Tino, Antoine ou Günther selon les moments, est un homme sans identité. Il a vécu avec son père qui lui aussi n'avait pas de nom. Il ne savait finalement rien de lui. Son père l'a fait voyager au gré des marchés aux 4 coins du monde. Malheureusement celui-ci va décéder brutalement. Comme il lui avait promis, Tino va exécuter ses dernières volontés. Une fois celles-ci réalisées, il se retrouve seul mais se promet de vivre plusieurs vies. Il reprend la route avec « le chien » dans son camion Citroën et on va le suivre dans les rencontres enrichissantes qu'il va faire tout au long de ses voyages. Tout a déjà été dit plusieurs fois dans d'autres critiques. le style est agréable et fluide. Il y a un bon rythme. A chaque fin de chapitre il y a le petit truc qui donne envie de poursuivre sa lecture. Ce roman est émouvant, bouleversant et drôle (j'ai aimé les articles à vendre, je voyais la scène se dérouler sous mes yeux). J'aime de manière générale, les romans où l'histoire nous amène à réfléchir sur la vie, sur la société dans laquelle on vit. Vous l'aurez compris, je suis aussi enthousiaste que les autres lecteurs. Si vous souhaitez faire une belle découverte en ce début d'année, je vous conseille ce roman.

Publié par isabelle-foulon : le 11/02/2020

J'ai "Les trois vies de l'homme" avec énormément de plaisir. On se laisse embarquer avec joie dans cette aventure peu commune. Laura Grima a une jolie plume et vraiment de belles choses à raconter. Je salue son audace et le remercie pour cet instant de lecture fascinant ! Je recommande chaleureusement !

Publié par romain-savary-1 : le 30/03/2020

Une histoire vraiment originale. J’ai ressenti un grand panel d’émotions en lisant ces lignes. On se prend vraiment au jeu de la quête de Tino. Ce livre est une belle leçon d’humanité. Il mérite d’être lu et reconnu

Publié par maud-mazet : le 23/04/2020

Après avoir découvert Laurent Grima avec (re) vivre, je me suis laissée embarquer dans l'histoire de Tino. On voyage avec ce personnage un peu hors norme mais dans lequel on peut se reconnaître. Un livre qu'on a du mal à lâcher une fois sa lecture commencée et dans lequel on éprouve toute une gamme de sentiments. Un livre qu'on aurait tendance à dévorer mais qui faut prendre le temps de savourer pour en ressortir... différent. Une grande générosité sous la plume de L'auteur dont j'attends le troisième roman avec impatience.

Publié par magali-discours : le 05/05/2020

Parce que chacun trouvera peut être un peu de soi dans le labirynthe de ces vies... il y a cet annonyme: une sorte de Thésée qui se lance vers un minautore, il y a les fils de l'amour tressés par une mystérieuse Ariane qui accompagne le héro de la filiation à la paternité... il y a les pépites de poésie au fil des pages, les vérités, les chagrins et les joies entremêlés, la beauté des choses simples et la bonté des gens humbles... parce qu'il y a tout ça et bien plus encore il faut lire ce livre en forme de mythe!

Publié par jennifer-riu : le 09/06/2020

Je viens de terminer l'ouvrage de Laurent GRIMA et j'avoue que ce livre va me marquer sur le plan humain ! Il ne faut pas confondre : Réussir dans la vie et réussir sa vie... Tino (personnage) nous le démontre dans ce merveilleux roman qui sent bon le soleil... J'ai d'abord replongé dans le film du GRAND BLEU que j'ai adoré puis j'ai senti la garrigue de PAGNOL... C'est pétillant, vivant, plein d'humour, de pudeur... J'ai voyagé, ri, pleuré... Cet auteur est très talentueux... Un style bien à lui, plein de délicatesse... Je suis très touchée par cette lecture. Vraiment !!!

Publié par jennifer-riu : le 09/06/2020

Je viens de terminer l'ouvrage de Laurent GRIMA et j'avoue que ce livre va me marquer sur le plan humain ! Il ne faut pas confondre : Réussir dans la vie et réussir sa vie... Tino (personnage) nous le démontre dans ce merveilleux roman qui sent bon le soleil... J'ai d'abord replongé dans le film du GRAND BLEU que j'ai adoré puis j'ai senti la garrigue de PAGNOL... C'est pétillant, vivant, plein d'humour, de pudeur... J'ai voyagé, ri, pleuré... Cet auteur est très talentueux... Un style bien à lui, plein de délicatesse... Je suis très touchée par cette lecture. Vraiment !!!

Publié par melanie-lemaire : le 16/07/2020

Un roman plein d'aventures qui saura toucher les lecteurs. On y suit la vie de Tino, apatride qui vient de perdre son père et qui va chercher à trouver qui il est en plongeant à la fois dans le passé, le présent et l'avenir. Le tout servi par une plume magnifique qui joue superbement avec les mots.

Publié par jocelyne-fonlupt-kilic : le 10/08/2020

Au-delà de l’état civil qu’est-ce qui constitue l’identité d’une personne ? Pour Freud, l’identité se construit jour après jour. Celle du narrateur – sans nom – s’est forgée ainsi au contact de son père, un marginal porteur d’un lourd secret et qui a « oublié » de déclarer son fils à l’état civil. À sa disparition, le héros doit effectuer lui-même ses choix de vie. C’est autour de cette question centrale que l’auteur a construit son roman. Qui prend une dimension universelle. Quête du héros, comme dans un roman d’initiation et diversité des personnages secondaires. En procédant par petites touches successives, ce sont presque tous les peuples de la Méditerranée que l’auteur fait se côtoyer, chacun apportant une pierre à la mosaïque. « Les trois vies de l’homme qui n’existait pas » est l’un des deux ou trois meilleurs romans que j’ai lus cette année. D’une part par ses qualités littéraires, il y a de belles trouvailles en termes d’images, d’autre part par la dimension humaine qu’il explore. Un style, une belle écriture. Un vrai sujet. Résultat : un excellent roman qui mérite une vraie maison d’édition avec un bon distributeur.

Publié par co-et-ses-livres : le 16/08/2020

*** Le titre est intrigant, comment un homme peut-il ne pas exister et avoir trois vies ? Tout s’explique dès qu’on lit l’accroche. Il n’a pas été déclaré à l’état civil…Il a grandi sans connaître sa mère, avec un père marginal qui n’a pas pensé à faire cette déclaration. Cet homme, c’est Tino, ou Antoine, ou encore Gunther. Trois noms que lui donnait son père suivant les circonstances. Appelons-le Tino, puisque c’est le prénom qu’il préfère. Tino n’est jamais allé à l’école, mais il n’est ni analphabète ni illettré grâce à l’éducation que lui a donné son père. Ils vivent modestement, dans un vieux fourgon, voyageant beaucoup, vendant quelques trucs à la sauvette. Modestement, mais avec beaucoup d’amour entre eux deux. Maintenant, Tino a 35 ans, et l’entente entre père et fils est toujours aussi bonne. Mais aujourd’hui est un jour néfaste, le père vient de mourir subitement… Tino doit respecter la promesse faite à son père, non seulement pour les « funérailles » mais aussi à son propre sujet. Tino se retrouve seul, les souvenirs affluent. Il va devoir apprendre à vivre avec et à se découvrir, apprendre à s’ouvrir aux autres et à exister. Un personnage touchant que cet homme qui a tout à découvrir. Un moment de lecture empreint de poésie, de générosité et d’humanité, avec aussi des moments plus sombres et nostalgiques. Une histoire dans laquelle beaucoup de thèmes sont abordés, comme l’amour, l’exclusion, l’amitié, la beauté de la nature, la vie en marge de la société. En bref, un roman qui ne laisse pas de marbre… Je connaissais déjà la plume de Laurent pour avoir lu (Re)vivre que j’avais beaucoup aimé. J’ai été conquise une nouvelle fois avec cette histoire à la fois triste et amusante, porteuse d’espoir, qui se révèle être un regard assez critique sur notre société. Un excellent moment de lecture, merci Laurent !

Publié par jean-luc-menet : le 18/08/2020

Je viens de dévorer ce livre au titre singulier. Que dire, sinon que j'ai adoré ? De quoi parle-t-il ? D'un homme qui se construit suite à un événement tragique. Et qui se construit plusieurs vies à partir de ce qu'il est simplement. Je n'en écris pas plus, car le plaisir est dans la découverte. Spécifiquement ici Le livre est bien écrit. Très bien écrit. le style est agréable, enlevé. Simple ! J'entends par là qu'il a l'air simple et je sais combien il faut de temps pour rendre un texte si limpide, chaque mot semblant être à sa place, et chaque tournure de phrase judicieusement choisie. J'ajoute que c'est une prouesse d'avoir su rendre la lecture si facile avec si peu de dialogues. C'est sans doute dû aux nombreuses introspection du narrateur. La première partie (car oui, j'ai décidé arbitrairement de découper l'ouvrage en trois parties ; après tout, l'auteur n'a-t-il pas découpé la vie de "Tino" en trois vies ?...) est époustouflante, novatrice, inattendue... Ouaouh ! En la lisant, je me suis dit que le pourtant génial Gounelle pouvait aller se rhabiller. La seconde partie (qui commence quand... lisez le livre et vous le saurez...) est délicieuse. Les personnages rencontrés sont beaux et attachants (John-le-magnifique, Saaré l'enfant-phare, Vanessa la déesse. Et puis la partie à la recherche du passé est somptueuse. La troisième partie est un peu plus conventionnelle, moins décoiffante, mais elle est très bien écrite aussi... Et les morceaux du puzzle se mettent en place. Claude Lelouch faisait souvent se rencontrer des personnages à la fin d'un film. Laurent Grima fait de même, mais les personnages sont trois et un en même temps, tout en étant deux, puis trois mais deux (je me comprends...). Comment peut-on faire une vie avec trois tout en restant soi-même ? "Tino" a réussi. Ah oui, on parle du père aussi. La relation au père est géniale. Son passé aussi. Et le passé du père... On regrette juste de ne pas en savoir plus sur la maman... Tout cela pour dire que l'ouvrage est parmi les tout meilleurs que j'ai pu lire ces dernières années dans ce domaine qui est celui de la découverte de soi, de l'aventure humaine... et intérieure.

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez-nous sur les réseaux sociaux.