Francis DOLMANI

Ma biographie

Pendant longtemps, je me suis contenté d'écrire des chroniques humoristiques dans un cadre essentiellement professionnel, pour prendre un peu de recul et mettre une pointe de dérision dans la banalité du quotidien. Certains collègues disaient apprécier mon style tandis que d'autres baissaient la tête en me croisant dans les couloirs... Le déclic s'est produit par l'entremise d'une sublime franco-marocaine qui m'a encouragé à me lancer dans l'aventure de l'écriture et qui m'a inspiré les premiers mots sur la fameuse page blanche. Ah, l'amour... 

Mes écrits sont librement inspirés d'expériences réelles et imaginaires. On peut donc y voir des similitudes avec mon propre environnement socioprofessionnel : l'enseignement, la musique, le théâtre de la vie, la quête de la réalisation de soi sont des thèmes qui me tiennent à cœur, tout comme les notions de hasard, d'héritage et de transmission. L'amour et l'amitié y tiennent également une place prépondérante, en dépit du temps qui passe...



"On fait ce qu'on peut avec ce qu'on est, ce qu'on a et ce qu'on nous donne." (Francis Dolmani) Le destin, le hasard, la dérision et la nostalgie tiennent une grande place dans la vie de ces personnages "lambda", losers "magnifiques" et hypersensibles qui font ce qu'ils peuvent pour exister intensément, pas vraiment à plaindre et pourtant pas si heureux que ça...

Mon portrait littéraire

Mon livre favori

Ellynn de Robert Mallet

Mon auteur favori

Michel Houellebecq

Mon héros / héroïne favori(te)

Superdupont (Lob/Gotlib)

Le livre que j'aime offrir

Fluide Glacial (magazine humour et BD)

Mes genres littéraires favoris

Romans contemporains , Essais , BDs / mangas

Mes publications

le-grand-saut

Le Grand Saut

  de Francis DOLMANI

Absurde et humour noir sont au menu de ces six nouvelles où la mort rôde nonchalamment… Le Grand Saut met en scène des personnages a priori antagonistes, bien décidés à mettre fin à leurs jours. Pourtant, ils hésitent, tergiversent, pour finalement se pencher sur les véritables raisons qui les ont amenés sur la « falaise des suicidés ». D’autres s’ignorent et se méprisent avant de se trouver des points communs et des raisons, peut-être, de ne pas sauter. Le troisième binôme réfléchit surtout à la manière de donner à leur acte tragique une touche insolite pour la postérité. Le dernier épisode voit intervenir la Mort en personne, venue soutenir un candidat au suicide que plus rien ne semble rattacher à la vie. Mais le destin réserve bien des surprises… Sauvetage en Mer retrace l’épopée d’une famille bourgeoise en quête de sensations fortes. Volontairement perdus en pleine mer sur un radeau de survie dernier cri, ils peuvent vibrer en toute tranquillité grâce aux équipements ultramodernes de leur esquif. Mais l’arrivée inopinée de deux sauveteurs incompétents va sérieusement contrecarrer leur plan… La Route d’Aurora peut se lire comme une comédie grinçante qui parle de communautarisme, de peur de l’autre, de liberté et de quête de sens à travers le combat de « la Fille » qui rêve d’une vie meilleure, loin de la Communauté et de ses codes rigides et sclérosants. Oniriques ou désabusés, loufoques ou tragiques, réalistes ou décalés, six récits à dévorer sans modération.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE


en-premiere-ligne-1

En première ligne

  de Francis DOLMANI

Charlie Daniello est professeur d’anglais en lycée professionnel, un métier qu’il n’a pas vraiment choisi mais qui lui permet de gagner correctement sa vie, au prix toutefois de souffrances et de frustrations fluctuantes au gré des classes et des années qui s’enchaînent avec plus ou moins de brio. L’arrivée dans son établissement de la divine Assia, une superbe franco-marocaine au charme ravageur, fera naître en lui une passion fulgurante, apte peut-être à transcender ses relatives inaptitudes et à lui faire oublier la vacuité d’une profession et d’une discipline trop souvent dénigrée par des élèves en manque de confiance et de repères. Un amour à sens unique qui fera également écho aux difficultés inhérentes à l’exil, à l’intégration et à la quête d’une identité propre dans une société multiculturelle en perpétuelle évolution. Mais la reconnaissance n’arrive pas nécessairement là où on l’attend le plus…

L’épopée tragi-comique d’un enseignant lambda soudain emporté par sa passion subite pour une belle maghrébine au charme infaillible. On y découvre le portrait d’un antihéros attachant, tour à tour idéaliste et désabusé, qui tente de se réaliser dans le milieu parfois difficile de l’enseignement. Un essai pragmatique et percutant sur les réalités du système éducatif, avec ses failles, ses forces et ses faiblesses, avec en filigrane l'évolution de notre société multiculturelle. Un texte cru et décalé qui mêle fiction et réalité dans une satire politiquement incorrecte.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE


parentheses-2

Parenthèses

  de Francis DOLMANI

Francis est le fruit des amours difficiles d’Antoine Luciani, un brave maçon corse illettré un peu tyran et d’Hélène Martin, une ouvrière Lyonnaise soucieuse de bien faire, timide et complexée. Tétanisé par un père possessif et névrosé qui vit son exil sur le continent comme une déchirure intolérable, Francis développera très tôt une hypersensibilité à l’amour, à la féminité et à la vie en général, qu’il ne peut concevoir que comme une suite ininterrompue d’expériences toutes plus exaltantes les unes que les autres. Les joies comme les souffrances n’en seront que plus fortes, exacerbées par un quotidien trop morne qu’il s’efforce de magnifier en poursuivant sans grande assurance mais avec une velléité certaine ses rêves de notoriété artistique. Des chimères difficilement compatibles avec l’univers formaté et anonyme de l’Éducation nationale que Francis a rejoint un peu par hasard, peut-être même par inadvertance… 

Courant inlassablement après sa conception du bonheur, il luttera sans relâche pour « trouver sa place », réelle ou fantasmée, négligeant au passage les quelques faveurs d’un destin pourtant prodigue. On dit parfois que la résilience est forcément au bout du chemin… ou pas. Mais après tout, un destin est un destin, aussi piètre ou glorieux soit-il. Comme le disait un condisciple de Pierre de Coubertin : « L’important, c’est moins de gagner que de prendre part. »

JE DÉCOUVRE LE LIVRE

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez-nous sur les réseaux sociaux.