Vincent Billerot

Ma biographie

Vous me connaissez tous contrairement à la multitude d'auteurs anonymes publiant leur livre sur Librinova.
Enfin vous ne me connaissiez pas écrivain, vous connaissiez "l'autre"...
Peut-être m'avez vous écrit plein d'espoir pour que je m'occupe de vous ?
Il en est ainsi depuis que les miracles jalonnent ma route. Depuis que les journaux télévisés s'intéressent aux guérisons inexpliquées que j' accomplis.
Ainsi vous me connaissez tous. Mes débuts de kiné puis la célébrité soudaine que vous me jalousez sans la connaitre véritablement.
Une vie de milliardaire débauché.
Certes.
Mais dans ma routine, j'ai vu des thorax reprendre leur mécanique immuable et quotidienne.
Des pouls se rengorgés de sang.
Des souffles à nouveau capable d'exaucer la buée.
Grace à moi.

Seulement en sauvant la vie des autres, de sang et de buée, je n'avais pas sauvé la mienne.

En l'écrivant si.










Ma revue de presse

tu nous remercieras plus tard

LIRE L'ARTICLE

Mes publications

tu-nous-remercieras-plus-tard

Tu nous remercieras plus tard

  de Vincent Billerot

Je m’appelle Vincent. Cela arrive. Cela m’est arrivé. Une des plus belles choses qui soient tombées sur moi d’ailleurs.

C’est la réflexion que je me faisais alors que je rampais au bout de moi-même sur le carrelage glacé de ma salle de bains.

Vous me connaissez tous. Sur les forums, on me surnomme « l’homme aux mille miracles ».

Vous pensez me connaître grâce à la vie de milliardaire débauché que je mène.

Grâce à toutes les guérisons inexpliquées qui jalonnent ma route. Peut-être m’avez-vous écrit, plein d’espoir, afin que je m’occupe de vous ?

Seulement j’ai mon lot de douleurs et de souffrances comme tout le monde.

J’ai deux parents comme vous tous. C’est eux que je remercierai plus tard. Ils font un peu partie de ce lot.

Mais pas que.

Je souffre d’un syndrome d’évitement. Une maladie psychiatrique assez rare où l’on choisit d’être seul par une peur terrible d’être rejeté par l’autre.

Une maladie qui me pousse à m’isoler du monde. À éviter toujours. Coûte que coûte.

À m’éviter.

Alors lorsque je regardais mon visage hagard dans le miroir embué, j’ai réalisé que sauver les autres ne me sauvait pas pour autant.

Pour me sauver, il me fallait écrire ce livre.

JE DÉCOUVRE LE LIVRE

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez-nous sur les réseaux sociaux.