Auto-édition et maison d’édition : avantages et limites

L’auto-édition séduit de plus en plus d’auteurs débutants ou confirmés. Les avantages sont nombreux même si les maisons d’édition traditionnelles restent encore un idéal à atteindre pour nombre de ces auteurs. Pourquoi choisir entre l’auto-édition et l’édition traditionnelle ? Quels sont les avantages et les limites de ces deux canaux de diffusion ?

 

Pourquoi l’auto-édition séduit de plus en plus ?

Souvent considérée à tort comme une solution de repli pour des auteurs n’ayant pas séduit les maisons d’édition classiques, l’auto-édition comporte bien plus d’avantages que d’inconvénients.

 

  • Autonomie et liberté

L’auteur auto-édité reste seul maître de son livre. Il peut choisir le titre, la couverture, le format désiré – numérique ou papier, et même le prix du livre. Cette autonomie est possible car, dans ce système, l’auteur conserve l’intégralité de ses droits d’auteur. Néanmoins, si cette liberté est séduisante, elle peut aussi effrayer certains. Éditeur est un véritable métier qui consiste à accompagner l’auteur dans son processus d’écriture : travail éditorial, corrections, création de maquette, de couverture, promotion… Un auteur auto-édité est seul et doit endosser toutes les casquettes, de correcteur à commercial.

Bon à savoir

Savoir écrire n’est pas la seule condition à remplir pour s’auto-éditer. Cela demande un investissement personnel important, parfois difficile à gérer pour les auteurs. C’est pourquoi Librinova propose un accompagnement sur-mesure et des services d’édition à la carte. Cela permet d’alléger certaines contraintes de l’auteur auto-édité, comme la promotion ou la conception graphique, en les délégant à des professionnels.

 

  • Immédiateté de la publication

En choisissant l’auto-édition plutôt que l’édition traditionnelle, les auteurs peuvent profiter d’une publication presque immédiate une fois leur manuscrit terminé. En bonus, les auteurs les plus productifs ont la possibilité de publier autant de livres qu’ils le souhaitent et selon leur propre planning. À l’inverse, se faire publier en maison d’édition demande de la patience. D’abord, il faut souvent attendre longtemps les réponses et savoir essuyer de nombreux refus. Puis, si vous avez la chance de voir votre livre accepté par un éditeur, il faut encore attendre plusieurs mois avant de le voir rejoindre les librairies. Enfin, les auteurs de maisons d’édition ne peuvent publier en général qu’un seul livre par an (grand maximum !).

 

  • Proximité avec son lectorat… et les maisons d’édition traditionnelles

Pour être lu, l’idéal est de se constituer une communauté de lecteurs. Cela est d’autant plus vrai pour les auteurs auto-édités. Ces derniers en ont bien conscience et favorisent la proximité avec les lecteurs, en communiquant avec eux, notamment sur les réseaux sociaux. En entretenant une relation directe avec leur lectorat, ils le fidélisent au fur et à mesure. Cette proximité est essentielle non seulement pour diffuser un ouvrage auto-édité mais aussi pour attirer l’attention des maisons d’édition classiques. Nombreux sont les auteurs auto-édités, repérés par des éditeurs grâce à leur base de lecteurs fidèles. De fait, les éditeurs sont moins frileux à l’idée de publier un auteur avec un lectorat solide plutôt qu’un auteur totalement inconnu du grand public, car ils peuvent identifier rapidement à quel type de cible l’auteur s’adresse et connaissent déjà son potentiel en termes de ventes à plus grande échelle. Mieux vaut donc chouchouter ses lecteurs !

 

Se faire publier par une maison d’édition : encore un idéal

Des milliers de manuscrits sont envoyés chaque année aux maisons d’édition et finalement, peu sont publiés. Mais qu’est-ce qui pousse les auteurs à se tourner vers l’édition traditionnelle ?

 

  • Bénéficier du prestige de la maison d’édition

Un livre publié chez un éditeur traditionnel bénéficie du prestige de la maison d’édition. Au-delà de cela, signer chez un éditeur constitue souvent le but premier de tout écrivain en quête de reconnaissance de ses pairs.

 

  • Se concentrer sur l’écriture et progresser grâce au travail éditorial

De la fabrication à la diffusion en passant par la promotion, l’éditeur prend tout en charge sans que l’auteur n’ait à avancer de frais ni à s’investir personnellement dans le processus. L’auteur ne doit donc se concentrer « que » sur l’écriture. Mais en échange du travail de l’éditeur, l’auteur publié ne conserve pas l’intégralité de ses droits d’auteur. Il ne touche qu’un certain pourcentage sur les ventes de l’ouvrage. Ce pourcentage peut varier entre 6 % et 14 % du prix de vente d’un livre, en fonction du type de livre et de son tirage. Par ailleurs, grâce aux échanges avec l’éditeur et au travail éditorial, les auteurs apprennent et progressent d’un livre à l’autre.

 

  • Bénéficier d’une plus grande diffusion et d’une promotion

Une fois publié en maison d’édition classique, le livre bénéficie de l’aura de son éditeur et peut ainsi être diffusé à plus grande échelle. Une maison d’édition possède des contacts privilégiés dans les réseaux de diffusion et de distribution, favorisant la vente de l’ouvrage en librairie.

Les éditeurs investissent également dans la promotion de leurs livres : articles de presse, signatures dans les librairies et les salons, tout est souvent mis en œuvre pour séduire et attirer les lecteurs.

Finalement, que ce soit l’auto-édition ou l’édition traditionnelle, les deux mondes ne sont pas si éloignés l’un de l’autre, à ceci près que l’auto-édition peut constituer un tremplin vers les maisons d’édition. Un autre avantage donc pour l’auto-édition !

 

Pour aller plus loin :

→ Auto-édition numérique et auto-édition papier : que choisir ?

→ Comment faire publier son livre par un éditeur ?

→ De l’auto-édition d’un livre chez Librinova à l’édition chez Michel Lafon, l’extraordinaire aventure de Carène Ponte 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !