La liste des maisons d’édition à éviter

La liste des maisons d’édition à éviter
14/06/2023
Conseils pour trouver un éditeur
18 commentaires

Vous avez terminé d’écrire votre livre, il est lu, relu, corrigé : il est temps de penser à l’édition ! Trouver à quelle maison d’édition envoyer son manuscrit n’est pas long fleuve tranquille. Il est préférable d’éviter ces maisons d’édition qui se disent à compte d’éditeur mais qui n’en sont pas véritablement. Comment détecter les éditeurs à compte d’auteur ? Quelles sont les maisons d’édition à éviter ? Voici nos conseils pour faire votre choix en toute sérénité.

Les différents types d’éditeurs

Selon la Société des gens de lettres, le seul contrat d’édition à compte d’éditeur valable est celui où l’auteur ou l’autrice cède ses droits à l’éditeur. Ce dernier prend en charge l’ensemble des frais et dépenses nécessaires à la publication et à l’exploitation du livre. L’auteur ne débourse aucune somme et est même rémunéré sous forme de droits d’auteurs.

De nombreuses maisons d’édition sont en fait à compte d’auteur. Dans ce cas, vous cédez vos droits sur le livre et la maison vous demande en sus de l’argent pour financer l’édition de votre livre. Cette somme est souvent considérable et il est généralement plus intéressant d’opter pour l’auto-édition qui vous permet de conserver vos droits sur votre oeuvre. Dans le compte à demi (ou édition à compte participatif), la maison d’édition prend en charge certains frais, mais l’auteur s’engage à acheter un certain nombre d’exemplaires du livre ou à financer une partie de l’édition.

Détecter une maison d’édition à compte d’auteur ou à demi

Il y a plusieurs signaux qui permettent de savoir que vous avez affaire à une maison d’édition à compte d’auteur ou à demi.

La maison d’édition fait de la publicité pour solliciter des manuscrits

Prudence, un véritable éditeur à compte d’éditeur est naturellement submergé de manuscrits sans avoir besoin de publicité ! La seule exception réside dans les appels à textes qui sont souvent émis par des éditeurs pour des anthologies ou dans le cadre de concours d’écriture.

Si vous croisez ce type de publicité, consultez le site internet de l’éditeur et notamment ses mentions légales ou ses conditions générales de vente afin de connaître les modalités d’édition. Et si cette rubrique n’existe pas, fuyez !

L’éditeur vous répond dans des délais très courts

Le temps de l’édition traditionnelle est long, très long. Il faut compter six mois minimum pour avoir un retour du service des manuscrits. Si on vous promet (ou si vous recevez) une réponse sous quelques semaines, prudence. Même si on vous prétend le contraire, aucun comité de lecture n’a pu réellement lire le manuscrit. Lisez à cet égard l’édifiante expérience de Nicolas Parisi, qui a envoyé à ces maisons d’édition un manuscrit écrit avec un générateur de phrases aléatoires, simplement bien mis en page… et qui a été accepté (plusieurs fois !) par un soi-disant comité de lecture.

Et si on vous produit une lettre contenant soi-disant une synthèse de fiche de lecture, sachez que les phrases sont passe-partout et peuvent s’appliquer indifféremment à n’importe quel ouvrage. Par exemple « vous entraînez vos lecteurs dans des aventures rebondissantes et enthousiasmantes. À cela, ajoutons que votre style est beau, limpide, que vos descriptions sont fines et que vos personnages ont une épaisseur qui les rend parfaitement cohérents. »

Vous recevez des relances (insistantes) de la part de l’éditeur

Après vous avoir envoyé le courrier d’acceptation et la proposition de contrat, l’éditeur vous relance plusieurs fois pour vous inviter à signer votre contrat le plus rapidement possible pour ne pas perdre de temps. Dans une maison d’édition à compte d’éditeur, encore une fois, le temps est long.

Si on vous demande de l’argent ou on vous oblige à acheter un certain nombre d’exemplaires, il ne s’agit pas d’un éditeur à compte d’éditeur.

Le site internet de l’éditeur s’adresse d’abord aux auteurs (et non aux lecteurs)

Les clients d’une maison d’édition à compte d’éditeur, comme Gallimard ou J’ai Lu, ce sont les lecteurs, ceux qui achètent les livres. Le catalogue est donc mis en avant et il y a éventuellement une page quelque part pour soumettre son manuscrit. Sur le site d’une maison à compte d’auteur, on s’adresse au client qui est l’auteur avec des mentions comme « Soumettez votre manuscrit » ou « Publiez votre livre  » dès la page d’accueil, avant même le catalogue.

Attention, dans le cas des plateformes d’autoédition et les prestataires de services pour les auteurs comme Librinova, l’auteur est là aussi le client. Mais tout est clairement établi, puisque le site ne se présente pas comme une « maison d’édition ». Surtout, dans ce cas, vous ne signez pas un contrat d’édition (puisque vous êtes votre propre éditeur) et vous conservez tous vos droits.

Vous cherchez une véritable maison d’édition à compte d’éditeur ?

Consultez la liste d’éditeurs partenaires de Librinova, garantie 100 % compte d’éditeur.

Les maisons d’édition à compte d’auteur et à compte participatif

La difficulté pour l’auteur débutant (ou même aguerri !) est de détecter les maisons d’édition à éviter. Pour vous faciliter la tâche, voici une liste (non exhaustive) des principales maisons d’éditions à compte d’auteur ou à compte participatif. L’autrice Florence Cochet tient également à jour une liste des contrats qu’elle ne signerait pas.

  • Les Éditions Almathée proposent des contrats à compte d’auteur (comptez environ 3000 à 4000 € pour publier votre livre).
  • Les Éditions Baudelaire : l’édition à compte participatif est clairement indiquée dans la FAQ de leur site.
  • Les Éditions de l’Onde répondent sous quinze jours aux demandes de publication… Les frais s’élèvent de 1500 € à 2600 € sur le principe du compte d’auteur.
  • Les Éditions Persée indiquent aussi la réception de l’avis du comité de lecture sous un mois. La participation de l’auteur s’élève à environ 4500 €.
  • Les éditions Jets d’encre accepteront de vous publier moyennant une participation d’environ 3000 €. Elles proposent aussi des services additionnels (payants).
  • Édilivre propose un modèle assez inédit d’édition alternative. Les frais d’édition sont pris en charge gratuitement par l’éditeur, mais toutes les prestations de soutien et de promotion sont payantes (couverture, contact avec la presse, participation à des salons…). Par ailleurs, il n’y a aucun travail éditorial sur le texte (sauf à prendre des prestations payantes également).
  • Les Éditions du Panthéon, à compte d’auteur, demandent environ 3500 € pour une publication.
  • Les Éditions Vérone demandent quant à elles une participation de l’auteur avoisinant les 2500 €, mais le travail semble assez professionnel.
  • Les Éditions Spinelle proposent un contrat participatif obligeant l’auteur à acquérir une trentaine d’exemplaires du livre.
  • Les éditions Trois colonnes promettent une réponse sous trois mois et demandent une participation d’environ 2500 €.
  • Le Sentier du livre demande une participation aux frais d’édition d’environ 1200 €.
  • Le Lys Bleu Éditions se présente comme une maison d’édition à compte d’éditeur. Cependant, l’auteur doit participer aux frais d’édition à hauteur de 750 € ou acheter une quarantaine d’exemplaires (à 70 % du prix public). C’est donc du compte d’auteur participatif.
  • Publibook est un éditeur à compte d’auteur, avec un forfait à partir de 450 €. Depuis mai 2022, la maison regroupe les éditeurs Société des écrivains, Mon Petit Éditeur et Connaissance des savoirs sous la bannière « Publibook – Société des écrivains ».

Notez que les Éditions Sydney Laurent, un éditeur à compte participatif bien connu, ont été mises en liquidation judiciaire en mars 2023. La maison d’édition à compte d’auteur Anovi est un des rares acteurs à afficher clairement qu’il s’agit de compte d’auteur, avec un contrat sans surprises (mais elle n’accepte actuellement plus de manuscrits, un signe de son sérieux). Enfin, la maison d’édition L’Harmattan propose de véritables contrats d’édition à compte d’éditeur, mais les droits ne sont versés qu’à partir du 501e ouvrage vendu.

Vous hésitez sur le contrat d’édition qu’on vous a envoyé ? Vous voulez être conseillé sur votre manuscrit et avoir de l’aide pour trouver un éditeur ? Librinova  propose à ses auteurs d’accéder aux services d’un agent littéraire grâce au programme « Agent littéraire », accessible sous certaines conditions