La Cuisine diplomatique


De Alexander Khodakov

Une autobiographie, mais pas des « mémoires » classiques. Alexander Khodakov a participé à la construction de l’Histoire, avec un grand H. Mais ce qu’il nous livre ici, c’est la petite histoire, la vie quotidienne qui se déroule dans les coulisses du luxe et de la pleine lumière de la diplomatie. Aventures, situations insolites et souvent farfelues, il a vécu mille vies en une. De Moscou à l’Algérie, au Gabon, au Congo, au Zaïre, aux États-Unis, en Europe, dans tous les lieux de la planète où s’est dessiné l’avenir de notre monde. Il déteste le protocole, mais doit se conformer aux mœurs et coutumes de la diplomatie et de la haute société. Dans l’ombre de ce monde brillant et lisse, il nous rappelle avec un humour désenchanté que les artisans de notre Histoire sont des femmes et des hommes, avec leur grandeur, leurs petitesses, leur courage et leurs lâchetés. La panoplie de la condition humaine est là, avec le meilleur et le pire, et il nous la montre, avec le sourire…

Télécharger un extrait
Livre numérique
4,99€
Publié le : 04/12/2020
ISBN : 9791026269335
Formats : PDF - EPub - MobiPocket
Livre papier
29,90€
Publié le : 04/12/2020
ISBN : 9791026269342
Formats : Broché - 140x216
Pages : 893

Voulez-vous donner votre avis sur ce livre ?


Alexander Khodakov


Né à Moscou en 1952, Alexander Khodakov fait ses études de droit  à  l’Institut de relations internationales de Moscou. En 1974 il est recruté par le Ministère des affaires étrangères de l’URSS et part en poste au Gabon. Rentré à Moscou, il intègre le département juridique du Ministère. De 1985 à  1991 il travaille  à New York au sein de la mission permanente de l’URSS auprès des Nations unies. De retour à Moscou en 1991 il revient au département juridique, dont il devient directeur en 1994. Quatre ans plus tard il est nommé ambassadeur de Russie aux Pays-Bas et représentant permanent auprès de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). En 2004 il passe au service de l’OIAC comme directeur des projets spéciaux et ensuite secrétaire des organes directifs. En 2011 il rejoint le greffe de la Cour pénale internationale et exerce pendant trois ans comme conseiller spécial pour les relations extérieures.

Depuis 2015 il vit  à La Haye, avec son épouse, Nadia.