RAVENSBRÜCK 2015

de Jean-François Moreau

  4 Commentaires  

RAVENSBRÜCK 2015

Cela commence comme un roman, mi-Simenon, mi-Rabelais, qui part d'une enquête sur un cas familial et va déboucher en 2015 sur l'histoire inédite et authentique de cinq déportées résistantes politiques arrêtées à Verdelais où Marguerite Chabiron était pharmacienne depuis 1930. C'est, sans pastiche ...

En lire plus

Cela commence comme un roman, mi-Simenon, mi-Rabelais, qui part d'une enquête sur un cas familial et va déboucher en 2015 sur l'histoire inédite et authentique de cinq déportées résistantes politiques arrêtées à Verdelais où Marguerite Chabiron était pharmacienne depuis 1930. C'est, sans pastiche et dans la réalité vraie, le pendant de La Bicyclette bleue de Régine Deforges qui avait lu RAVENSBRÜCK'2015 et l'avait apprécié, comme Jean Mauriac apprécie d'avoir retrouvé, vivante, Monique Cosset qui fut son premier amour. C'est l'invention d'une formule de "e-feuilleton" mensuel permettant le passage de la mémoire atroce du nazisme du XXe siècle au XXIe, sans sombrer dans le sadomasochisme obscène ni un style conventionnellement ennuyeux. L'avertissement-préface rend compte de l'actualité de la réflexion sur le néonazisme renaissant dans le monde entier.

(−) Réduire

4 Commentaires

Publié par moreau : le 24/03/2015

Cela commence par un roman mi-Simenon, mi-Rabelais, mais vite la réalité de l'authentique enquête de l'auteur devient supérieure à la biofiction.

Publié par michelemoreau : le 24/03/2015

C'est un livre inclassable sur la forme mais, sur le fond, il est le seul ouvrage en langue française qui apporte des éléments nouveaux originaux sur Ravensbrück avec l'histoire authentique inédite de cinq déportées. J'ai connue l'admirable Tante Guite durant les dernières années de son calvaire. Tout est vrai dans ce "roman" qui dépasse la fiction…

Publié par moreau : le 24/03/2015

C'est vrai, c'est souvent aussi hilarant qu'émouvant!

Publié par moreau : le 26/05/2015

Leur histoire est celle de la folie meurtrière et assassine des hommes qui les ont expédiées à Ravensbrück juste avant la libération de Rennes par l'armée Patton le 4 août 1944. Elles revinrent vivantes par miracle mais ma tante vécut un calvaire neurologique jusqu'à son décès en 1967. Pour en savoir plus, https://www.youtube.com/watch?v=DVoBFAcvbY0&feature=youtu.be

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !