Éditer un livre : comment faire ?

Un éditeur fait office de chef d’orchestre gérant bon nombre d’éléments en amont et en aval de la publication d’un livre. Lorsque l’on s’auto-édite, on peut vite se sentir dépassé par les événements. Pas de panique, suivez les étapes pour éditer votre livre sans difficulté.

 

Relecture du manuscrit : une question de forme mais aussi de fond

Le premier travail de l’éditeur est celui du texte : il accompagne l’auteur pour l’améliorer, aussi bien sur le fond (histoire, structure, personnages…) que sur la forme (style, orthographe…). De votre côté, vous êtes arrivé au bout de votre manuscrit après de longues heures d’écriture et de remise en question. Il vous reste désormais encore ce travail fastidieux à réaliser : la relecture. Ne négligez pas cette étape et prenez le temps qu’il faut pour que votre manuscrit soit parfait.

 

Travailler sur le texte : prendre du recul sur son histoire

C’est sans doute l’étape la plus compliquée lorsqu’on n’a pas d’éditeur. En effet, ce dernier aide l’auteur à prendre du recul sur son texte pour l’améliorer. De votre côté, vous pouvez faire appel à des proches mais aussi tenter répondre aux questions suivantes :

  • Toutes les scènes de votre livre sont-elles utiles et nécessaires ? Y a-t-il qui doivent être coupées ? En effet, beaucoup de premiers jets demandent ensuite à être raccourcis pour rendre le texte plus dynamique ou tout simplement car tout n’a pas besoin d’être raconté, certains éléments peuvent être sous-entendus.
  • Y a-t-il des personnages à développer ou au contraire à supprimer ? Attention aux personnages « utilitaires » qui servent juste à faire avancer l’histoire et qui manquent de fond.
  • Reste-t-il des incohérences ? Vous n’avez pas écrit votre manuscrit d’une traite. Et vous avez sûrement ajouté ou supprimé des éléments en cours de rédaction, rendant votre histoire incohérente par endroits. La relecture permet de vérifier si tous les éléments de la narration s’imbriquent bien entre eux.
  • Les dialogues sont-ils crédibles ?
  • Le texte est-il ancré dans le temps et dans l’espace ? Si ce n’est pas le cas, est-ce un choix délibéré ?
  • Le texte est-il équilibré ? Il arrive que les auteurs passent beaucoup de temps sur le début et peu sur la fin car ils ont hâte de terminer… et ça se sent à la lecture !

 

Corriger les fautes d’orthographe et de syntaxe

L’autre point à vérifier au moment de la relecture est évidemment les fautes d’orthographe et de syntaxe qui auraient pu se glisser dans le texte. Après avoir laissé reposer votre manuscrit, replongez-vous dedans. Imprimez-le et relisez-le méticuleusement. Pour compléter votre chasse aux fautes, vous pouvez utiliser un logiciel de correction.

 

Respecter les règles typographiques

Il existe des règles typographiques précises qu’il faut maîtriser. Espaces oubliées ou en trop, guillemets français ou anglais, tirets de dialogues, césures mal placées, sont autant d’éléments à vérifier. Prenez le temps de voir aussi si la ponctuation est correcte pour que le lecteur puisse respirer aux bons moments lors de sa lecture.

 

Se faire aider pour la relecture de votre manuscrit

Une fois que vous avez fait le premier élagage sur la forme et le fond, faites appel à des proches pour relire votre manuscrit. Ils seront en mesure de vous indiquer les incohérences qui subsisteraient encore dans l’histoire et remarqueront quelques erreurs qui vous auraient échappé.

 

Conception graphique du livre : un travail de professionnel

Une fois le livre relu, corrigé, voire modifié à certains endroits, l’éditeur se lance dans la mise en page et la couverture (design, quatrième de couverture, etc.). Dans une maison d’édition, l’équipe de fabrication, composée notamment de graphistes, réalise ce travail. En tant qu’auteur auto-édité, il faut songer à certains éléments. La couverture est le premier élément qui sautera aux yeux de vos lecteurs, il faut donc la soigner et faire en sorte de vous distinguer. Le choix de la police de caractères et de l’illustration ne se fait pas au hasard. Tout d’abord, le titre doit être lisible et bien visible. Le style de police ainsi que sa taille doivent donc être réfléchis. Souhaitez-vous utiliser une photo pour illustrer votre couverture, ou un dessin ? Préférez-vous laisser la couverture monochrome ? Si oui, quelle couleur choisir ? Autant de questions qui permettent de concevoir un roman unique.

 

Autre élément à travailler : la quatrième de couverture. Elle doit présenter un résumé de votre roman suffisamment attrayant pour donner envie au lecteur de choisir votre livre. Une courte biographie d’auteur peut également être ajoutée après le résumé.

Après avoir pris soin de l’apparence du livre, il faut vous attaquer à la mise en page de votre texte. Il faut respecter le format choisi pour votre livre et répondre à un certain nombre de standards de l’édition (copyright, début de chapitres sur la page de droite etc.) Laissez une marge adaptée selon si vous faites publier votre roman au format papier ou numérique. L’astuce si vous ne maîtrisez pas cet exercice est de laisser une marge identique en haut, en bas, à gauche et à droite. Concentrez-vous ensuite sur la taille de votre police de caractères. En général, la taille 10 ou 12 est suffisante pour offrir un confort de lecture. Si vous disposez de chapitres, n’oubliez pas de les indiquer de manière lisible. S’ils ont un titre, assurez-vous de les faire ressortir par rapport au reste du texte.

 

Promotion du livre : une opération délicate

Écrire un ouvrage bien ficelé et concevoir son identité graphique ne suffisent parfois pas à trouver son lectorat. Faire connaître son livre est l’ultime étape de l’édition. L’éditeur se charge également de la partie marketing de l’édition. Il active son réseau en fournissant des communiqués de presse aux journalistes et autres blogueurs. Il communique sur les réseaux sociaux pour annoncer la sortie du livre, etc. Si vous vous auto-éditez, vous pouvez réaliser certaines de ces choses. Dans un premier temps, faites appel à votre réseau personnel (proches, amis, etc.) et encouragez-les à diffuser l’information. Tournez-vous ensuite vers les blogueurs littéraires pour leur présenter votre roman. Créez des pages d’auteurs sur les réseaux sociaux les plus populaires comme Facebook et Twitter et communiquez. Utilisez des hashtags pertinents pour faciliter la diffusion de l’information. Si vous choisissez le format papier, vous pouvez aussi vous rapprocher des libraires et leur demander d’organiser une dédicace dans leur boutique. Quelques pistes à explorer pour promouvoir votre livre.

 

Comment être accompagné en auto-édition ?

Vous souhaitez éditer votre livre sans passer par l’envoi aux maisons d’édition classiques mais vous voulez tout de même être accompagné dans le processus ? Librinova propose des services éditoriaux additionnels comme :

  • La mise en page de votre manuscrit
  • La relecture de votre texte
  • La rédaction du résumé de votre livre
  • Une relecture critique suivie de conseils
  • Un diagnostic éditorial complet

En plus de ces services, vous pouvez profiter du savoir-faire de Librinova en ce qui concerne la conception graphique, et la promotion de votre livre. Retrouvez tous les services à la carte de Librinova. Ce n’est pas parce que vous vous auto-éditez que vous devez forcément tout faire tout seul !

 

Pour aller plus loin :

Auto-édition et maison d’édition : avantages et limites

Comment publier un livre sur internet en auto-édition ?

Éditer un livre : le parcours d’un manuscrit dans la maison d’édition

1 commentaire

Publié par Joëlle Morice Mugnier : le 5 mars 2020

Bonjour,

A l’occasion d’un projet d’autoédition d’un guide d’initiation d’une méthode dont je suis la conceptrice, j’apprécierais être directement en relation téléphonique avec l’un de vos agents pour avoir des renseignements précis en particulier sur les modalités financières, rétrocessions…
Je reste à votre disposition au 07 86 62 30 43.
Merci pour votre retour,

Cordialement,

Joëlle Morice Mugnier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Logo étoile

Tout sur
l’auto-édition