Confidences d'une emmerdeuse

de Hélène de Montaigu

  1 Commentaires  

Confidences d'une emmerdeuse

« Je m’appelle Zénaïde. Je suis une emmerdeuse. Les honorables membres de la fratrie au sein de laquelle j’ai vu le jour, dans leur grande sagesse, m’ont ainsi baptisée. »
Zénaïde a grandi dans un cadre familial avare de sentiments, où la domination masculine prévaut. Elle se sent à part d’une fratrie a ...

En lire plus

« Je m’appelle Zénaïde. Je suis une emmerdeuse. Les honorables membres de la fratrie au sein de laquelle j’ai vu le jour, dans leur grande sagesse, m’ont ainsi baptisée. »


Zénaïde a grandi dans un cadre familial avare de sentiments, où la domination masculine prévaut. Elle se sent à part d’une fratrie avec qui elle ne partage aucune connivence. Pourquoi donc a-t-elle été affublée du qualificatif d’emmerdeuse ? Cette mauvaise réputation, telle un second prénom, lui a collé à la peau toute sa vie. Elle n’a jamais pu s’en débarrasser. De quel outrage, cette petite dernière s’est-elle rendue coupable aux yeux des siens ? Zénaïde veut comprendre, et pour cela, elle va mener son enquête...

D’une plume incisive et pleine d’humour, Hélène de Montaigu livre ici un roman très personnel ; drôle, léger et rafraîchissant, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

(−) Réduire

1 Commentaire

Publié par aubrycoin : le 16/11/2018

Avec une telle citation inaugurale le ton est donné et on sait d’emblée que cette saga familiale sera sans concession. Dernière née d’une grande famille bourgeoise, Zenaide se heurtera toute sa vie au manque d’affection des siens qui ne lui témoigneront qu’une indifférence frisant le mépris. La disparition des parents fera exploser le noyau familial tant les conflits financiers s’avereront porteurs de puissants antagonismes. Par son mariage Zenaide nourrira l’espoir de trouver sa place au sein d’une autre vaste famille plus ouverte et chaleureuse mais de cruelles désillusions viendront anéantir ce doux rêve. Comme elle le rappelle justement « les histoires de famille sont rarement des contes ou les fées ont leur mot à dire à moins qu’elles ne s’appellent Carabosse « Quelle tristesse dans le récit de ces drames ,de ces déconvenues, de ces maladresses qui empoisonnent les rapports humains ! Même si Zenaide trouve au sein de sa famille nucléaire un douillet cocon d’amour, que d’amertume dans son récit qui témoigne d’une détresse qui serre le cœur. On a envie de la consoler et de lui dire de se préserver des fâcheux qui l’entoure. Se situe t’on dans le cadre d’un roman où l’imagination de l’auteur triomphe dans son infinie diversité, dans une auto biographie porteuse de catharsis ou dans une sévère analyse sociologique d’un groupe humain ? Chacun trouvera sa propre réponse en gardant à l’esprit qu’un auteur met incontestablement dans ses livres beaucoup de lui-même car la création littéraire est source de dévoilement intime. La plume d’Helene de Montaigu est parfois féroce mais elle reste juste, elle appuie là où cela fait mal et flirte parfois avec un humour subtil. Alors que l’approche des fêtes de fin d’année renvoie aux inévitables réunions familiales qu’il est de bon ton d’encenser, voici un brûlot d’impertinence qui rappelle à tous ceux qui auraient le tort de l’avoir oublié que la tolérance et le respect sont des valeurs indispensables pour vivre en harmonie avec les autres et que si bien sûr on n’est pas obligé de les apprécier, il faut au moins avoir l’élégance de ne pas le montrer.

Logo étoile

Ne perdez aucune miette d’information :
inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle !

Les informations recueillies sont collectées et traitées, conformément à notre Charte Vie Privée, par Librinova, afin de vous communiquer notre newsletter.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de directives post-mortem et, pour des motifs légitimes, de suppression des informations à caractère personnel vous concernant. Vous pouvez exercer vos droits en nous adressant votre demande, à l’adresse suivante : cnil@librinova.com