Starling

de Mélanie Taquet

  2 Commentaires  

Starling

À trente et un ans, Emma est une femme-enfant qui peine à trouver sa place. Forte mais fragile, hypersensible et introspective, elle passe ses soirées devant Netflix ou à rédiger des chroniques littéraires pour son blog, vagabonde dans Londres et écrit pour oublier les problèmes de sa vie.

Quand la jeun ...

En lire plus

À trente et un ans, Emma est une femme-enfant qui peine à trouver sa place. Forte mais fragile, hypersensible et introspective, elle passe ses soirées devant Netflix ou à rédiger des chroniques littéraires pour son blog, vagabonde dans Londres et écrit pour oublier les problèmes de sa vie.

Quand la jeune femme accepte de suivre Chiara, sa meilleure amie et colocataire à une soirée au pub, elle est loin de se douter que l’ambivalent Bilal, fantôme d’une relation interdite, va refaire une entrée fracassante dans sa vie et tout bouleverser sur son passage. Comment garder la tête froide face à cette passion dévastatrice qui l’habite et l’abîme ? Avec l’aide de Chiara et de son "Carnet des petits bonheurs", Emma va apprendre que la vie n’est pas toujours rose, que la douleur s’apprivoise, et que grandir n’est pas une sentence…

Un tendre roman d’amitié, une quête de soi qui nous embarque avec humour et émotion entre Londres, Prague et Paris.

(−) Réduire

2 Commentaires

Publié par lolita-cornuet : le 06/11/2019

Au résumé, peut-être vous direz-vous qu’il s’agit d’une romance contemporaine. Mais on va bien au-delà de ça. Oui, on a une forme de romance, mais pour montrer la façon dont l’amour peut nous enfoncer profondément lorsque l’on est pas assez fort psychologiquement. Ce roman apporte pour moi de très bonnes et justes pensées autour de la dépression, de la perte de confiance en soi, et de l’importance de s’aimer avant de penser à aimer quelqu’un. Comment peut-on aimer si l’on ne s’aime pas soi-même ? Telle est la question que tente de poser avec finesse Melanie Taquet. Son écriture est de surcroît très personnelle et on sent très vite un rapprochement entre l’autrice et son personnage principal, Emma. Déjà, Emma est autrice, on retrouve une certaine mise en abîme du processus d’écriture d’un livre ... dans un livre qui est en train d’être écrit. La difficulté d’une production littéraire, tout le mécanisme que cela entraîne. On a aussi beaucouuuup d'humour, et de références à la vie actuelle. Les dialogues sont ainsi très réalistes et on peut très facilement entrer dans la peau des personnages de cette manière. J'ai bien aimé l'aspect "voyage" de l'intrigue, on passe de Londres, à Paris, mais aussi par Prague (que je veux clairement visiter). J'ai trouvé les propos de l'autrice justes, imprégnés de la vie qui nous entoure quotidiennement. Le fait que soit abordé le sujet de la relation amoureuse comme pansement nocif à la dépression m'a beaucoup touchée personnellement. De plus, l'écriture est réellement addictive. Simple dans un sens, complexe dans ses messages. Je n'ai tout bonnement pas réussi à décrocher de ma lecture, enfin, quand j'avais le temps de lire ! Une lecture vraiment géniale donc, qui m'a apporté beaucoup de joie.

Publié par marie-gras : le 19/11/2019

Je connais déjà Mélanie Taquet pour avoir lu d'autres romans d'elle, La dissonante mélodie des souvenirs, et surtout Reste aussi longtemps que tu voudras et la suite, Reviens quand tu veux. Dans ces deux dernières histoires, elle m'a emmenée en Italie. Ici, elle a choisi de placer son histoire à Londres et à Prague. J'ai retrouvé avec plaisir son style, sa plume, sa façon de raconter la vie de ses personnages en y incluant de beaux messages sur la vie. Une lecture qui joint l'utile à l'agréable, que demander de plus ! Je ne vais pas revenir beaucoup sur le fond de l'histoire, par peur de trop vous en dévoiler, je pense que le résumé en dit déjà assez. J'ai fait donc la connaissance de Emma. C'est une jeune femme très sensible, avec beaucoup d'empathie. Elle est blogueuse littéraire et écrit des romans. Elle vit en colocation avec sa meilleure amie Chiara, elles se connaissent depuis leurs jeunes années. Chiara et ses parents ont été d'un grand soutien pour Emma quand elle a perdu ses parents. Elle procrastine beaucoup en trainant sur les réseaux sociaux ou sur Netflix. Chiara veut la sortir de l'appartement et l'oblige à la suivre à une soirée où elle doit retrouver son petit ami Matt. Emma la suit bon gré mal gré. Mais à cette soirée se trouve un homme qu'elle ne voulait plus voir, qui la trouble, bien qu'il n'y ait jamais eu grand chose entre eux. Seulement, Bilal n'est pas seul, il est accompagné de sa petite amie. Emma va accuser le coup. Bilal n'est pas clair dans ce qu'il veut. Emma va devoir prendre sur elle pour continuer à vivre avec cette information. Chiara va l'aider à reprendre confiance en elle en lui donnant un carnet qu'elle appelle le « carnet des petits bonheurs » où Emma devra noter en quelques phrases chacun de ses bons moments dans sa journée. Ce qui doit lui servir à remonter la pente et à se retrouver elle-même. Et c'est là que l'histoire prend une tournure plus importante qu'une romance puisqu'elle va aborder des sujets plus profonds sur la vie en général. À travers Emma, on a quelques réflexions sur la confiance en soi, sur l'acceptation de soi et l'amour que l'on se porte, sur l'amour et sur l'amitié. Celle-ci prend une grande place dans le roman, Chiara et Emma se portent une belle affection, elles se disent les choses quand il faut, s'entraident, se soutiennent. Tout le monde aurait envie de connaître une telle relation qui fait grandir. Emma est auteure et blogueuse à la fois, j'ai bien aimé cet aspect, la suivre dans ses difficultés à gérer son emploi du temps, à se motiver pour écrire quand l'envie n'est pas là. J'ai retrouvé alors en elle certains points communs avec ce que je vis, sa réussite et la façon dont elle y est arrivée ne peut être que porteuse d'espoir pour chacun. J'ai beaucoup aimé suivre Emma et Chiara. J'avais envie de dire à Emma de ne pas lâcher et de continuer dans sa quête d'elle-même. Elle va devoir prendre des décisions difficiles, qui lui seront bénéfiques et lui permettront de prendre soin d'elle. La dépression qu'elle vit est parsemée de hauts et de bas où les bonnes résolutions sont parfois mis au second plan. Je me suis beaucoup retrouvée aussi dans Emma, par des traits de caractère commun et pour avoir vécu également une grosse dépression qui a ravagé tout dans ma vie. J'ai trouvé ainsi beaucoup de justesse dans ce que décrit l'auteure. Nous avons tous une grande force intérieure malgré notre faiblesse apparente, il faut juste arriver à l'exprimer et à l'imposer. Je me suis ainsi attachée à Emma. Il faut dire que ce sentiment est renforcé également par le choix narratif de Mélanie Taquet, qui a employé la première personne du singulier. Ce « je » permet de rentrer dans la peau d'Emma et de ressentir tout ce qu'elle vit, de bon comme du mauvais. J'aime beaucoup ce procédé qui fait que je me sens très proche des personnages. J'ai ainsi souvent été émue face aux événements vécus par les deux jeunes femmes. Comme dans ses précédents romans, Mélanie Taquet est également très soigneuse dans la description des décors et des ambiances des villes où ses

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez nous sur les réseaux sociaux.