Secouer puis verser

Nouvelles

de PATRICK KURTKOWIAK

  3 Commentaires  

Secouer puis verser

Dix nouvelles, un recueil sur le temps qui passe, les aventures d'hier et d'aujourd'hui. Ruptures et passions soudaines, rock'n'roll et contrées lointaines, verre moitié vide ou moitié plein, Secouer puis Verser.

En lire plus

Dix nouvelles, un recueil sur le temps qui passe, les aventures d'hier et d'aujourd'hui. Ruptures et passions soudaines, rock'n'roll et contrées lointaines, verre moitié vide ou moitié plein, Secouer puis Verser.

(−) Réduire
3 Commentaires

Publié par fdumaurier : le 02/03/2020

Ayant eu le plaisir de lire plusieurs des nouvelles précédentes de cet auteur, je suis content d'avoir pu me procurer ce recueil que j'ai lu assez rapidement. J'apprécie grandement la diversité des lieux et des circonstances qui démontre une grande créativité cinématographique, ainsi qu'un style vivant qui ne manque pas d'humour.

Publié par fdumaurier : le 06/03/2020

Ayant eu le plaisir de lire plusieurs des nouvelles précédentes de cet auteur, je suis content d'avoir pu me procurer ce recueil que j'ai lu assez rapidement. J'apprécie grandement la diversité des lieux et des circonstances qui démontre une grande créativité cinématographique, ainsi qu'un style vivant qui ne manque pas d'humour.

Publié par marylinestan : le 20/03/2020

Secouer puis verser est un recueil de dix nouvelles signées par Patrick Kurtkowiak. On y retrouve son univers inspiré par les voyages, l’observation et l’écoute de ses semblables, son humour décalé et son trait de plume direct. Ainsi la première nouvelle qui s’offre au lecteur « La Fille du Monastère » est née d’une anecdote authentique : celle d’une jeune femme qui décide subitement de faire une retraite. L’imagination de l’auteur fait le reste et trousse une intrigue habile. « La Complainte du Vieux Beau » est ma préférée. Centrée sur l’exaspérante personnalité du Vieux Beau, elle exprime des émotions véritables : la douleur de vieillir, la souffrance de la solitude, la prise de conscience, soudain, de la vacuité du paraître. La trame s’inscrit dans une réalité actuelle : la prison, la peur du terrorisme subtilement suggérée, et finit par un cocktail de tolérance, de fraternité bienvenu. « Les Vacances de la Championne » et « Rade Nostalgie » évoquent le terrible sujet de l’exploitation des enfants. La truculente « Notoriété » démarre sur des chapeaux de roues, on croit l’affaire vite pliée : le personnage principal assume tellement bien sa vénalité qu’on est presque acquis à sa cause. Las ! En quelques phrases, tout repart vers une autre direction, vers un dénouement inattendu. C’est bien le propre des nouvelles réussies, comme le fait de pouvoir les lire séparément en prenant son temps. Secouer, verser, et consommer. Sans modération.

Logo étoile

Pour tout savoir de l'activité de Librinova,
suivez-nous sur les réseaux sociaux.